Logements en rez-de-chaussée : quid de l’assurance habitation ?

Logements en rez-de-chaussée : quid de l’assurance habitation ?

Vivre dans un appartement ou une maison en rez-de-chaussée peut être synonyme de plusieurs avantages : pas d’étage à monter au retour des courses, une cour ou un jardin pour profiter du soleil et permettre à son chien de se dégourdir les pattes… Mais cela comporte aussi son lot d’inconvénients : le logement étant plus facile d’accès, il présente logiquement davantage de risques (effraction, sinistre). Une attention toute particulière doit alors être portée aux garanties comprises dans son assurance habitation pour bénéficier d’une protection optimale en cas de pépin.

Des mesures de sécurité à mettre en place

Lorsque l’on décide d’assurer son logement en rez-de-chaussée, il est important de mettre en place un certain nombre de mesures pour assurer sa propre sécurité, mais aussi celle de ses biens.

Les Copros Vertes (FNAIM)
URMET 2020 – Bannière 1
Les Copros Vertes (CERQUAL)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support
Semaine Réno Copro

Au niveau de l’assurance tout d’abord, il est recommandé de souscrire un contrat qui couvre tous les sinistres de façon optimale, tant au niveau du remboursement que de l’assistance ou encore de l’aide juridique.

Certaines garanties comprises dans le contrat peuvent être renforcées telles que le vol ou les dégâts des eaux/inondations (surtout si le logement se situe à proximité d’un cours d’eau).

Ensuite, il faudra s’attarder sur les équipements compris à l’intérieur du logement, notamment ceux qui correspondent aux points d’accès : portes et fenêtres, portes indépendantes donnant un accès direct au logement (porte de garage par exemple).

Certains assureurs exigent par exemple que les fenêtres soient munies de volets, d’un vitrage anti-effraction (plus épais) et parfois de barreaux en fer. Côté portes, ces dernières doivent être équipées de serrures renforcées avec plusieurs points d’ancrage, d’un blindage intérieur ou encore de barres de renfort.

L’idéal étant, enfin, d’équiper le logement d’un système d’alarme ou de télé-surveillance.

Des surcoûts à prévoir

Si les logements situés en rez-de-chaussée sont bien souvent moins chers que ceux situés à l’étage (à l’achat ou à la location), ils demeurent toutefois plus onéreux au moment de les assurer.

Les professionnels de l’assurance estiment que la fréquence des vols est aujourd’hui plus grande de 15% pour les rez-de-chaussée. Même chose pour les risques d’inondations, qui sont, eux, multipliés par trois.

Mais qui dit renfort des garanties dit aussi cotisations plus élevées, et donc un facteur à prévoir dans son budget au moment de louer ou d’acheter en rez-de-chaussée. En général, plus l’on habite bas, plus le montant de l’assurance habitation grimpe.

Ainsi, on constate en moyenne un écart de prix de l’ordre 5% à 12% auprès des principales compagnies d’assurance. Mais ce n’est pas le cas pour toutes : certaines choisissent en effet de mutualiser les risques sur l’ensemble de leurs assurés et de proposer des tarifs identiques quel que soit l’étage auquel se situe le bien à assurer.

À noter également que certaines assurances appliquent une franchise supplémentaire en cas d’absence de certains des dispositifs de sécurité cités plus haut. Cette dernière peut osciller entre 10 et 16% en fonction des compagnies. Pour autant, le locataire n’est, à l’heure actuelle, pas tenu de les installer.

Avant de se lancer dans l’achat ou la location d’un bien en rez-de-chaussée, il est donc important d’avoir toutes ces informations en tête. De la même manière, il est important de bien se renseigner sur les dispositifs de sécurité en place dans le logement en question (s’il est déjà habité) afin d’avoir une idée plus précise du montant des cotisations qui seront comprises au sein de son assurance habitation. Quelle que soit la formule choisie, l’essentiel est de se protéger efficacement soi-même ainsi que ses biens !

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support