Logement en IDF : Un engagement pour une vraie mixité sociale et un environnement de qualité

Logement en IDF : Un engagement pour une vraie mixité sociale et un environnement de qualité
www.iledefrance.fr

La Région Ile de France s’engage pour « Bâtir plus et bâtir mieux ». Il s’agit de répondre aux besoins des 60.000 nouveaux habitants sans transiger sur l’exigence d’une vraie mixité sociale et d’un environnement de qualité. Pour faire de l’Île-de-France une région attractive où il fait bon vivre.

L’Île-de-France demeure la principale zone tendue en matière de logement

L’Île-de-France demeure la principale zone tendue en matière de logement. Les primo-accédants, en particulier les jeunes ménages, sont moins nombreux à pouvoir acheter. La part du logement augmente dans le budget des ménages. Bien que la production de logement social ait significativement progressé, la demande demeure importante, notamment du fait de la baisse des taux de rotation à l’intérieur du parc HLM. On recense en septembre 2017, 704.000 demandeurs de logement social (source SNE) sur la seule région Île-de-France.

En moins de deux ans, ce ne sont pas moins de 100.000 Franciliens qui ont pu être logés ou dont l’habitation a été rénovée et ce sont 34 nouveaux quartiers innovants et écologiques qui ont été lancés. Pour faire face à la crise du logement et faire émerger une offre de logements accessibles au plus grand nombre, la Région a mobilisé plus de 148 M€ permettant la création de près de 17.600 logements destinés aux familles, aux apprentis et jeunes travailleurs et aux étudiants.

Allègement des normes et procédures pour la construction

Convaincue que la relance de la construction ne pourra être obtenue que par un allègement drastique des normes, un véritable choc de simplification a été décidé en janvier 2017. Une dizaine d’obligations qui conditionnaient jusqu’à présent le soutien financier de la Région ont disparu : la création de locaux pour vélos et poussettes, le tri sélectif, l’installation de détecteurs autonomes avertisseurs de fumées et à l’installation centralisée d’antennes collectives, devenues inutiles, ont été abandonnées pour se conformer strictement aux lois en vigueur.

Pour favoriser l’innovation et les bonnes pratiques en termes de développement durable et de performance énergétique, une logique incitative de primes a été retenue. Elles sont attribuées pour des réalisations particulièrement performantes ou innovantes : 500 € par logement pour les bâtiments à énergie positive et bas carbone ou pour le recours aux éco-matériaux, 50% d’aide pour les coûts de végétalisation.

Les aides aux copropriétés

Pour améliorer le quotidien des habitants, la Région aide les copropriétés les plus en difficulté pour financer les travaux indispensables à les sortir de l’impasse. Elle soutient tout particulièrement l’investissement dans des réhabilitations thermiques pour permettre aux copropriétaires de réduire leurs charges.

Depuis début 2016, 15 nouvelles copropriétés (à Aubervilliers, Courcouronnes ou encore à Clichy-sous-Bois) ont fait l’objet d’un label régional qui se traduit par un soutien financier sur la durée. En 2016-2017, la Région a apporté 24,3 M€ de subventions aux copropriétés en difficultés portant sur près de 32.000 logements.

Exemple de la copropriété de GRIGNY 2

(27 tranches d’immeubles regroupant près de 5.000 logements) : 4,6 M€ de crédits de la Région pour le raccordement de la copropriété au nouveau réseau de géothermie créé sur les communes de Grigny-Viry-Châtillon avec pour objectif la baisse des charges de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire de 40%.

Exemple des copropriétés du clos des sansonnets à Epinay-Sur-Seine

(536 logements) et Victor Hugo à Montfermeil (98 logements) : 4,3 M€ de crédits de la Région pour deux opérations de rénovation énergétique (fermeture de loggias, de coursives, isolation par l’extérieur). Les travaux permettront ainsi de faire passer les étiquettes DPE de ces passoires thermiques de E à C pour le Clos des Sansonnets, et de F à D pour la résidence Victor Hugo avec à la clé une réduction des charges de 40%.

Source : www.iledefrance.fr