Les taux de crédit immobilier depuis la crise du coronavirus

La crise du coronavirus a influé sur les décisions des ménages concernant leur projet immobilier. Si certains ont décidé de tout arrêter, d’autres ont maintenu leur plan. Quelles sont réellement les conséquences de la crise sur le secteur de l’immobilier ? Les taux de crédit immobilier sont-ils toujours attractifs ? Dans cet article, découvrez l’évolution du marché immobilier entre 2020 et 2021.

Des taux de crédit immobilier, attractifs à certaines conditions

Le taux immobilier parisien et national est en baisse depuis le deuxième semestre 2020. Cela apporte une bouffée d’oxygène au marché immobilier de la capitale. Toutefois, le durcissement des conditions d’emprunt fait encore hésiter les acquéreurs.

Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021
GRDF 2021

La baisse des taux de prêt immobilier depuis juin 2020

Le deuxième semestre 2020 a été marqué par la baisse des taux de crédit immobilier. Entre juin et mai 2020, le recul est de 0,05 à 0,30 %. Cela dépend des durées de prêt, des profils d’emprunteurs et des établissements financiers. Le taux moyen pour un prêt immobilier sur 20 ans oscille autour de 1,40 % brut en juin 2020. Il était de 1,50 % en mai 2020. Le taux immobilier en crise sanitaire poursuit sa baisse jusqu’en 2021.

Le taux immobilier encore plus bas en 2021

La moyenne brute hors assurance et frais annexes sur vingt ans descend à 1,10 % en février 2021. Elle est conservée jusqu’en avril 2021, avec seulement de petits réajustements de la part des banques. Ces dernières y appliquent +0,05 à +0,20 point ou -0,05 à -0,20 point. Par ailleurs, certains emprunteurs bénéficient d’un taux de crédit immobilier encore plus attractif jusqu’à 0,80 % sur 20 ans selon leur profil.

Resserrement des conditions d’octroi de prêts

La baisse des taux de crédit immobilier et la crise sanitaire avantagent les acquéreurs et les investisseurs dans le secteur. Cependant, si les taux sont plutôt attractifs, les conditions d’accès au prêt se resserrent de plus en plus. Depuis janvier 2020, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) exige aux banques l’application des critères d’octroi de crédit stricts. En effet, la durée de prêt doit être limitée à 25 ans au maximum. L’endettement ne doit pas dépasser la barre de 33 % et le total de sept ans de revenus.

taux de crédit immobilier - refus des prêts en hausse

Nombre de refus de prêts en hausse

Depuis septembre 2020, le nombre de refus de prêt immobilier a significativement augmenté. En outre, cette tendance est observable sur tout le territoire français, elle touche surtout le marché immobilier parisien. Presque toutes les banques exigent systématiquement plus de 10 % d’apport personnel dans les dossiers de demande de prêt. Ainsi, pour garantir l’accès au financement, les emprunteurs doivent présenter 20 % d’apport. De même, ils doivent éviter le taux d’usure qui a connu une baisse depuis le 1er avril 2021. Ce seuil est aujourd’hui fixé à 2,60 % contre 2,67 % durant le premier trimestre de l’année. Rappelons que le taux d’usure est le taux de crédit immobilier maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer.

L’impact de la crise sanitaire sur les prix de l’immobilier à Paris

La crise sanitaire a eu un impact sur le marché immobilier à Paris. En effet, la hausse annuelle des prix du mètre carré a reculé progressivement du premier au quatrième trimestre 2020.

Le recul progressif de la hausse annuelle des prix en 2020

Malgré le contexte de la crise du COVID-19, on a constaté le dynamisme du marché immobilier au premier trimestre 2020. À cette époque, les prix de l’immobilier ont connu une hausse de 8 % par an dans la capitale. Au deuxième trimestre, ce pourcentage a cependant baissé à 7,8 % par an. Puis, au troisième trimestre, le recul de la hausse annuelle des prix se poursuivait. De sorte qu’elle était à 7 % pour descendre jusqu’à 5,4 % au quatrième trimestre 2020. Aussi, le prix moyen du mètre carré était de 10 770 euros en fin de cette année.

Les conséquences de la crise jusqu’en 2021

La crise sanitaire a des conséquences non négligeables sur le pouvoir d’achat des ménages et l’économie globale du pays. L’accès au logement devient plus difficile pour certains foyers. La stagnation du marché immobilier est observée dans les zones tendues, surtout à Paris. Les chiffres ont confirmé cet état du marché en 2020. La tendance baissière des prix de l’immobilier se prolonge jusqu’en début 2021. Le prix moyen est passé de 10 850 euros en novembre 2020 à 10 700 euros en mars 2021. En seulement quatre mois, on constate donc un fléchissement de prix de 1,4 %. Paris garde tout de même un prix moyen au mètre carré nettement supérieur au reste du territoire. Les taux de crédit immobilier ont baissé pour rendre les offres plus attractives.

Les impacts concrets de la crise sanitaire sur les ménages et l’immobilier

Depuis mars 2020, la crise sanitaire s’est transformée en crise économique touchant tous les secteurs, dont l’immobilier. Elle a aussi des impacts importants sur la situation financière des ménages français. Ces derniers connaissent aujourd’hui une baisse significative de leurs revenus et de leur pouvoir d’achat. D’après le ministère du Travail, plus de 300 000 salariés n’exercent plus qu’une activité partielle de longue durée (APDL).

Ainsi, dans ce contexte incertain, la plupart des ménages ne considèrent plus les projets immobiliers comme leur priorité. En 2020, des projets d’acquisition immobilière en cours ont été d’ailleurs abandonnés brusquement. En dépit de la crise, les acteurs de l’immobilier espèrent voir le marché s’améliorer en 2021. Au premier trimestre, on a constaté une hausse légère des prix immobiliers et une baisse des délais de vente. La demande a notamment augmenté de 8 % à Paris et de 12 % en Île-de-France (hors Paris).

Conclusion

Le marché immobilier parisien est particulièrement instable depuis la crise du coronavirus. En 2020, la hausse annuelle des prix du mètre carré a reculé. Elle est passée de 8 % au premier trimestre jusqu’à 5,4 % au quatrième trimestre de cette année. Les taux de crédit immobilier ont également baissé pour encourager les ménages à emprunter et à investir. Les banques étant plus prudentes, les conditions d’emprunt se durcissent. Toutefois, en 2021, le marché se relance progressivement, avec notamment la diminution des délais de vente et le réajustement des prix.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150