Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le secteur immobilier a connu des signes d’essoufflement en 2018 face à la commercialisation. L’année 2019 quant à elle, sest caractérisée par une stagnation des ventes et un net recul des mises en vente. Focus sur l’étude du marché du logement neuf en Ile-de-France.

Des ventes en hausse en 2019

État des ventes, mises en vente et stock de logements neufs en Ile-de-France de janvier à décembre 2019… L’analyse nous est proposée par l’Observatoire du Logement de l’ADIL de Paris. Un observatoire qui fait le point sur la conjoncture annuelle dans le marché du logement neuf en Ile-de-France.

Nouvel espace web

En 2019, le nombre de ventes de logements neufs en Ile-de-France atteignait un record avec une augmentation de 4% à l’année.

Une croissance annoncée par le secteur collectif (+5%) alors que le secteur de l’individuel groupé régresse (-8%). Toutefois, la zone centrale est toujours aussi attractive. Elle concentre 56% des transactions de la région Ile-de-France, soit 2% de plus qu’en 2019.

seine-saint-denis-en-tete-des-ventes-adil-logements-neuf-marché

Cette année, la Seine-Saint-Denis se positionne comme le département le plus attractif. En effet, c’est avec 8 791 logements neufs vendus que le département dépasse les Hauts-de-Seine (8 265 unités).

Une chute de la commercialisation

Dans la région francilienne, moins de 30 000 logements étaient commercialisés cette année. De plus, cette baisse annuelle touche également le marché des appartements (-20%). Mais aussi celui des maisons neuves avec une chute de -57%.

Dans le collectif, les 2 et 3 pièces, qui représentent près de 70% des nouvelles typologies sur le marché du logement neuf, chutent d’environ 20% chacun.

Par ailleurs, le Grand Paris a accueilli une majorité des lancements de programmes dans le neuf (60%). On remarque que la Seine-Saint-Denis arrive largement en tête des départements. Ce département reste l’un des plus privilégiés par les promoteurs (6 836 lots introduits). En contre-exemple, l’Essonne compte moins de 2.000 commercialisations sur son territoire.

Des prix contrastés selon les départements

En 2019, deux tendances se dessinaient à l’échelle régionale. Les prix moyens du marché du logement neuf à Paris, en ce qui concerne les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne et du Val-d’Oise sont stables. Alors qu’en Essonne (+6%), en Val-de-Marne (+8%) ou pour les Yvelines (+10%), ces départements enregistraient des hausses de prix conséquentes.

Quant à la valeur, Paris reste bien évidemment le département le plus onéreux (12 863 €/m2).

Les Hauts-de-Seine arrivent en deuxième position avec 7 108 €/m2, suivies des Yvelines (5 139 €/m2) en deuxième périphérie.

prix-contratés-marché-logement-neuf-ADIL

C’est donc en Seine-et-Marne que le marché du logement neuf reste le plus abordable avec 3 967 €/m2 pour un appartement.

Les perspectives attendues en 2020

La faiblesse des taux d’intérêt et le maintien des dispositifs d’investissement, comme le PTZ et le Pinel, permettent de rassurer les fondamentaux de la demande dans le neuf.

Cependant, la hausse des prix dans le marché du logement neuf, fait face à la faiblesse des nouvelles offres. De plus, le contexte inédit de cette crise sanitaire, ne permet aucune projection durable et quantifiable pour le moment.

La crise du Covid laisse présager que la conjoncture de l’immobilier neuf en 2020 devrait connaître des ralentissements.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)