La location meublée : un marché qui se réinvente à Paris

La location meublée : un marché qui se réinvente à Paris

Loyers qui baissent, augmentation des locataires français, étudiants, et des baux en résidence principale en hausse… Suite à la crise sanitaire et économique, où en est le marché de la location meublée à Paris ? On dresse le bilan avec le baromètre Lodgis.

Les Copros Vertes (FNAIM)
URMET 2020 – Bannière 1
Les Copros Vertes (CERQUAL)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support

Baisse temporaire des loyers à Paris

Malgré cette période de crise inédite, la location meublée semble bien tirer son épingle du jeu. La transformation numérique des agences immobilières a permis au secteur immobilier de se réinventer. La location meublée ressort renforcée de cette période, elle a su prouver sa capacité à accompagner de manière personnalisée les clients.

D’ailleurs, pour prendre l’exemple de Lodgis, l’agence prône le 100 % digital. En effet, le leader de la location meublée en Ile-de-France dresse un bilan d’étape pour le secteur et dévoile son nouveau baromètre.

Dans la capitale, le prix d’un loyer au mètre carré durant le deuxième trimestre 2020 s’élève à 36,56 €.

Lodgis constate une baisse de 5% des loyers parisiens puisqu’ils étaient à 38.50€ à la même période l’année dernière.

D’ailleurs, Alexis Alban, directeur général adjoint chez Lodgis, pense que cette baisse n’est que contextuelle, et sans doute temporaire. En effet, l’offre est nettement supérieure à la demande depuis que de nombreux propriétaires se tournent vers la location meublée. Alors que ces derniers louaient leurs biens sur des plateformes de location saisonnière touristique.

C’est pourquoi certains n’hésitent pas à baisser le montant du loyer afin de louer rapidement et leur épargner une vacance trop longue.

“ Toutefois, les prix pourraient revenir à la normale d’ici quelques mois, une fois les locataires étrangers de retour en France et à Paris. ” – Alexis Alban, directeur général adjoint chez Lodgis.

De plus en plus de location meublée

Depuis le trimestre dernier, la proportion des locataires français est en pleine hausse ! En effet, elle gagne +22.5 points de plus par rapport au second trimestre 2019. Durant le dernier semestre, les locataires représentent 60 % des clients Lodgis, contre 36 % en 2019.

Les locataires européens et américains sont, quant à eux, moins nombreux. D’ailleurs, ils perdent respectivement -12.5 et -7 points. Une fois de plus, la crise du covid-19 tient une place importante dans l’explication de ce phénomène.

provenance-locataires-meublés-location-meublée-paris-lodgis-monimmeuble

Effectivement, la fermeture des frontières durant la crise redéfinit le profil type de la location meublée. Cette tendance risque d’ailleurs de s’affirmer avec une baisse des loyers meublés à Paris.

“ C’est une véritable opportunité pour les locataires français d’accéder à un logement meublé, et ses nombreux avantages, au prix du vide. ”- Alexis Alban.

Les étudiants à l’affût de la location meublée

Étonnement, on observe un intérêt particulier pour la location meublée chez les étudiants avec une augmentation de 3 points par rapport au deuxième trimestre 2019. À contrario, on constate une baisse de 4 points chez les professionnels. Ces changements proviennent du fait qu’il est plus facile pour les étudiants de se projeter sur leur rentrée universitaire.

étudiants-professionnels-location-meublée-lodgis-monimmeuble

Report des missions, expatriations, déploiement du télétravail à grande échelle… Les professionnels ont quant à eux moins de visibilité sur leur mobilité. De plus, la réouverture des frontières et la reprise de l’activité devraient inverser la tendance. Ou du moins, elle pourrait relancer les locations habituelles des professionnels en mobilité, français et étrangers.

Le bail mobilité subit son premier ralentissement

Ces derniers mois, les baux en résidence principale sont les seuls à connaître une augmentation. D’ailleurs, avec une hausse de +11 points, ils représentent désormais un tiers des baux signés durant le second trimestre au lieu de 22 % l’année dernière. Les baux en résidence principale mettent ainsi dans l’ombre les baux mobilité, société et résidence secondaire.

La crise sanitaire a temporairement stoppé les déplacements, notamment ceux des étrangers qui espéraient séjourner à Paris cette année. C’est pourquoi la location meublée concerne principalement les Français qui s’installent durablement en cas de déplacements nécessaires et prévus.

“Les locataires sont moins concernés par une mobilité professionnelle mouvante.”

Cette tendance est confirmée par l’augmentation de la durée moyenne de séjour. Celle-ci s’élève sur cette période à 6 mois, soit une hausse de 12 jours. Toutefois, considérons que cette analyse porte sur les 3 mois de crise que nous venons de traverser.

Espérons qu’avec la période estivale, la ré-ouverture des frontières et la rentrée universitaire qui se profile, la mobilité sera à nouveau de retour.

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support