La grande ville utopique des Français

La grande ville utopique des Français

La grande ville que nous connaissons aujourd'hui pourrait bien changer de visage. Plus d'espaces verts, de liens sociaux, de bien-être… Découvrez à quoi aspirent les Français pour leur grande ville utopique d'ici 2050.

Encore plus d'espaces verts

L'étude réalisée par l'IFOP à la demande du groupe Immobilier Novaxia, a interrogé près de 100 000 habitants afin de comprendre à quoi ressemble leur grande ville utopique de 2050.

URMET 2020 – Bannière 1

Les Français sont satisfaits à 87% de leur lieu d’habitation.

C’est pourquoi la plupart ne sont pas prêts à partir vivre à la campagne. Néanmoins, l'esprit de village est apprécié selon l'enquête. La grande ville de 2050 fait donc place à des mobilités plus agréables. On y retrouve davantage d’espaces publiques et verdoyants.

La majorité des personnes interrogées rejettent l’idée d’une ville futuriste. En effet, dans ce sondage il est surtout question de réintroduire de la verdure dans les grandes villes. Jardins, parcs, espaces verts, terrasses végétalisées ou encore forêts urbaines verdissent la ville au détriment du béton.

La grande ville de demain agit pour et avec ses habitants en lui donnant un meilleur accès aux espaces végétalisés.

La ville idéalisée prend la forme d'un village bienveillant et autonome où les commerces et services publics seraient accessibles à pied.

L’humain au centre des grandes villes utopiques

L’imaginaire collectif pour 2050 souhaite remettre l’humain au centre des grandes villes. En effet, les Parisiens et Lyonnais optent pour la convivialité des habitats collectifs tout en conservant leur intimité au sein de leur logement.

Au cœur des copropriétés, les lieux de partage sont à la fois fonctionnels et non marchands.

Ainsi, les occupants se répartissent une cuisine collective, une crèche ou encore un potager. Ce mode de vie favorise les échanges et les discussions entre voisins. Ainsi, les habitants se retrouvent dans des cafés publics et partagent des activités culturelles ou différents loisirs.

Dans la grande ville utopique, on imagine d'autres possibilités, comme l'utilisation des locaux inhabités pour créer des activités temporaires ou saisonnières. Cela encourage de nouveaux usages portés sur le partage et l’auto-gestion.

Une fois ces liens créés, des réseaux de voisinage permettent alors de mettre en contact les habitants afin d’échanger des services. Pourquoi acheter une perceuse que vous n’utiliserez que deux fois si votre voisin se passionne pour le bricolage ?

Un fort attachement au patrimoine architectural

D’après l’enquête, 68% des sondés admettent leur attachement à l’égard des bâtiments et monuments historiques de leur ville. En effet, ces quartiers chargés de mémoire sont aussi des lieux culturels prestigieux pour les Français. Ainsi l’architecture haussmannienne est un réel repère identitaire. La transformation urbaine doit répondre aux enjeux de la grande ville utopique sans pour autant la dénaturer.

"Transformer la ville sur elle-même, sans faire table rase du passé est dans notre ADN."- Joachim Azan, Président Fondateur de Novaxia

Dans la grande ville utopique, on réinstalle des morceaux de campagne. On réintroduit des matières jugées nobles, naturelles, comme le bois et la pierre, en remplacement du béton. 69% des sondés souhaitent que les élus entreprennent des projets de reconstruction ayant un faible impact environnemental (réhabilitation, matériaux biosourcés…).

Cela peut se traduire par de la rénovation à l'identique ou par de la rénovation qui allie ancien et moderne de manière harmonieuse.

Guide des Pros 2020 (728×150)