Immobilier post-covid : reprise de la demande et des prix en progression

Immobilier post-covid : reprise de la demande et des prix en progression

En 2019, le nombre de ventes était en pleine hausse. Tout allait donc très bien et cela devait se poursuivre. Mais, le 17 mars, le confinement a mis le marché de l’immobilier en pause. Depuis, qu’en est-il ? Le marché immobilier post-covid est-il toujours prometteur ?

Les Copros Vertes (FNAIM)
URMET 2020 – Bannière 1
Les Copros Vertes (CERQUAL)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support
Semaine Réno Copro

Que s’est-il passé durant le 1er semestre ?

2019 fut une année exceptionnelle en matière de ventes sur le marché immobilier. Cette année encore. D’ailleurs, d’après le réseau CENTURY 21 du groupe Nexity, le nombre de ventes d’appartements et maisons progressait de 6,8 % et 7,6 % respectivement avant l’arrivée de la crise sanitaire.

De même, les prix au mètre carré commençaient à grimper légèrement. Toujours avant l’impact du Covid-19, les Français étaient moins attirés par l’acquisition d’une résidence principale. Les achats reculent de 63,9 %, par rapport à 68,2 % en 2019.

À contrario, les investissements locatifs poursuivent leur progression ! Ces derniers atteignent même un nouveau record avec 30,3% de transactions enregistrées.

En début d’année 2020, les taux d’intérêt proposés étaient au plus bas et la demande était soutenue. Ainsi, tous les voyants étaient au vert ! Dorénavant, qu’en est-il du marché immobilier post-covid ?

Le confinement : cause principale d’une mise à l’arrêt

Arrêt des visites, déménagement ou transactions… La majorité des agences immobilières ont dû cesser leur activité et garder leurs portes fermées. Seules quelques offres se voient acceptées puisqu’elles l’étaient déjà avant le confinement.

Comme de nombreux Français, et surtout pour veiller à la santé de tous, le secteur immobilier s’est donc vu en pause jusqu’à la fin du confinement.

Préoccupée par l’épidémie, le cœur de la France entière, et son économie a cessé de battre. D’ailleurs ce phénomène se ressent profondément puisque le trafic du site internet Century21 chute de 50 % pendant ce confinement.

Le marché immobilier post-covid en France

Malgré une audience en retrait, le groupe Century21 ne se laisse pas abattre. Heureusement, l’audience repart de plus belle avec plus de 3,1 millions de visiteurs ! Un record enregistré au mois de mai. Ainsi, le marché immobilier post-covid gagne +10 % de visites contrairement à l’an passé.

Mise à l’arrêt

Durant le confinement, beaucoup d’acheteurs se demandent s’ils ne doivent pas baisser les bras. C’est pourquoi à cette période, on observe un retrait des mises en vente de 27,6 % contrairement à l’an passé.

La demande reste forte malgré des mises en vente à bout de souffle.

En effet, les ménages ayant commencé leurs démarches avant le confinement maintiennent leurs projets. De plus, les candidats acquéreurs s’ajoutent à la demande puisque les conséquences de la crise sanitaire les poussent à acheter.

Des prix en hausse

Sans grande surprise, on prévoyait déjà que les prix ne baisseraient pas. C’est même l’effet inverse qui s’est produit. D’ailleurs, on observe une augmentation respective de +2,3 % et +3,1 % pour les maisons et appartements entre le premier semestre 2019 et 2020.

Ainsi, le prix au mètre carré atteint des records historiques pour atteindre”’ en moyenne 2160€ pour une maison et 3638€ pour un appartement !

semestre-france-post-covid-immobilier-prix-moyen-superficie-écart-acquisition
Que s’est-il passé en France au 1er semestre 2020 ?

 

Naturellement, cette hausse met à mal le montant moyen des transactions ! À savoir qu’un appartement se vend désormais à 214 123€ en moyenne et 241 505€ pour une maison.

Superficie d’un bien immobilier post-covid en France

Cette situation pousse les vendeurs à ne pas accepter les offres trop basses puisque les acquéreurs sont nombreux. C’est bien pour cela qu’on constate une réduction de -9 % des écarts de prix en 2020.

En parallèle, les conditions d’octroi au crédit sont moins clémentes. C’est pourquoi les acquéreurs s’y reprennent à deux fois avant de négocier… Par peur de voir leur emprunt refusé s’ils en font la demande d’ici quelques mois.

On se demande alors si cette augmentation des prix influe sur la superficie moyenne d’un logement acquis ? En réalité non, puisque la superficie d’un bien immobilier post-covid diminue de -0,5 m2 pour une maison, et de -1,3 % pour un appartement.

Soit, la superficie moyenne d’une maison passe de 115,7m2 à 115,2m2 une fois le confinement levé. Le principal obstacle à l’acquisition demeure le prix.

Vouloir n’est pas faire

Le marché immobilier post-covid suscite l’intérêt des ménages. Soucieux de leur bien-être, ces derniers augmentent la requête “acheter une résidence secondaire” de 57 %. Autre cas plus flagrant, la requête “maison de campagne” vit son ascension avec 156 % de hausse !

résidence principale secondaire acquisition immobilier post-covid
Les acquisitions en France

 

Toutefois c’est la résidence principale qui l’emporte depuis le 11 mai 2020 (date du déconfinement). En effet, les transactions pour les résidences principales atteignent les 68,3 %. Alors qu’aujourd’hui les résidences secondaires ne concernent que 4,3 % des achats.

Profil des intéressés

Toit pour la famille, constitution d’un patrimoine, recherche de sécurité… Ces critères engagent forcément un type de profil précis.

Qui a acheté au 1er semestre 2020 en France ?

 

En effet, la part d’acquisition concerne surtout les personnes âgées de moins de 40 ans. D’ailleurs, ces derniers représentent 50 % des acquéreurs depuis la fin du confinement.

Le marché immobilier post-covid à Paris

Vivre dans un petit logement en période de crise sanitaire s’avère difficile. C’est bien le cas à Paris, où les acquéreurs se résolvent à acheter un logement plus grand. Ainsi, les Parisiens s’octroient 10 m2 de superficie moyenne en plus suite au confinement (comparé à la même période en 2019) !

Des prix au mètre carré qui grimpent

La superficie moyenne d’un appartement à Paris bat des records avec 53m 2 au premier semestre 2020. Tant pis si le prix au m2 grimpe aussi… Puisqu’il atteint désormais 10671€, un taux historique dans la capitale.

Le montant moyen d’une transaction immobilière s’envole à Paris. Il atteint désormais 547 022€ (soit +17,2 % depuis le semestre 2019).

durée moyenne crédit Paris immobilier
Que s’est-il passé à Paris au 1er semestre 2020 ?

 

C’est pourquoi les Parisiens prolongent la durée de leur crédit : 21,7 ans en moyenne. De plus, ils augmentent la quotité de financement par emprunt.

À Paris comme ailleurs, l’acquisition immobilière concerne en grande majorité la résidence principale (60,3 % des transactions). Toutefois, on remarque que ce phénomène s’est amplifié après le confinement. En effet, le marché immobilier post-covid enregistre +8,2 % pour l’achat d’une résidence principale.

Une hausse des prix en Ile-de-France

La hausse des prix ne concerne pas seulement la capitale. En effet, celle-ci s’observe aussi en Île-de-France où le prix moyen au mètre carré d’une maison francilienne augmente de 2,8 %. Notons qu’entre le premier semestre 2019 et 2020, une maison s’acquiert à 3137€ par mètre carré.

ile-de-france prix metre carré
Que s’est-il passé en Ile-de-France au 1er semestre 2020 ?

 

Ce phénomène est encore plus prononcé pour les appartements. En effet, le prix moyen au mètre carré atteint 4229€, entraînant alors une augmentation de 8,8 %.

Tout comme Paris, l’Île-de-France bat des records avec ces niveaux de prix !

Globalement en Île-de-France, il faut compter en moyenne 346 680€ pour une maison, et 254 644€ pour un appartement.

La superficie moyenne évolue peu en Ile-de-France

Envie de confort, d’une pièce supplémentaire, d’un jardin… On pensait qu’avec le confinement les Franciliens envisageraient des logements plus grands. Pourtant les superficies moyennes n’évoluent pas vraiment. Cela tient surement du fait que les acquéreurs doivent revoir à la baisse leur envie d’espace.

À savoir que les profils les plus intéressés dans l’acquisition d’un bien immobilier post-covid sont les employés, ouvriers et cadres moyens.

Tout de même, on relève un intérêt marqué chez les retraités avec une progression de +14,9 %, mais aussi chez les cadres supérieurs avec +9,2 %. Ces derniers recherchent surtout plus d’espace et de verdure.

Le marché immobilier post-covid dans les régions

Fuir la capitale durant la crise sanitaire n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît. Il n’y a pas eu d’exode massif de Parisiens vers la campagne ou le littoral. C’est pourquoi l’afflux de Parisiens reste faible dans le Bassin d’Arcachon, le nord de la Bretagne, la Haute-Normandie ou l’Aisne.

Dans ces régions, les projets d’acquisitions suscités durant le confinement n’aboutissent pas. Ou du moins, pas encore…

montant moyen région France transaction immobilier post-covid post covid prix maison appartement
Montant de vente moyen et surface moyenne des transactions par région

 

De plus, l’évolution des prix varie beaucoup selon les régions. En effet, en Auvergne-Rhône-Alpes les prix restent stables. Pour ce qui est de la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est, les Hauts de France, la Normandie, l’Occitanie ainsi que Provence-Alpes-Côte d’Azur les prix en hausse au maximum à 5 %.

À contrario, il n’y a que la Nouvelle-Aquitaine qui voit son prix au mètre carré diminuer.

En conclusion, on peut dire que malgré la crise sanitaire, la demande reste vigoureuse. L’avant et l’après confinement n’y change rien bien que les prix continuent leur progression. Toutefois, l’immobilier post-covid s’est recentré sur la résidence principale. Le marché de l’ancien devrait rester porteur, mais nous n’avons pas le recul nécessaire pour estimer l’impact de la crise sur l’économie. Une répercussion inévitable sur l’immobilier…

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support