Aller au contenu

Immobilier

Immobilier : la 4e vague du baromètre de l’agence IMOP

Immobilier : la 4e vague du baromètre de l’agence IMOP

L’agence immobilière IMOP a confié à Harris Interactive son enquête sur la perception des Français du marché immobilier. Alors que les incertitudes liées à la crise sanitaire s’atténuent, sont-ils prêts à se lancer dans un projet d’acquisition ? Ce baromètre étudie aussi comment les Français perçoivent les diagnostics immobiliers obligatoires dans un contexte d’évolution des réglementations. Quels sont les enseignements majeurs à retenir de cette enquête ?

Un marché immobilier dynamique où les Français perçoivent des hausses de prix

Depuis le début du baromètre, les Français pensent que les prix de l’immobilier sont en hausse constante sur un an. Ainsi, 84 % des interrogés confirment l’augmentation des prix des logements au cours des derniers mois. Par ailleurs, selon leur pronostic, cette hausse se poursuivra dans les mois à venir. 74 % d’entre eux anticipent une envolée des prix sur tout le territoire français.

La perception des Français est presque la même, aussi bien au niveau national qu’au niveau local (quartier, ville ou agglomération). 74 % d’entre eux prévoient une hausse des prix dans leur agglomération, et 68 % dans leur quartier d’ailleurs. Cependant, cette hausse n’est pas homogène en France. Elle semble être plus forte dans les zones rurales (+7 points).

Aujourd’hui, les Français sont de plus en plus attirés par les zones rurales. En effet, leur engouement pour l’exode urbain paraît renforcer l’inquiétude des ruraux face à un potentiel phénomène inflationniste. Notons que, jusqu’à présent, l’inflation touche moins les habitants des villes rurales.

Une progression notable sur le marché de l’immobilier francilien

À la suite de la forte hausse constatée à l’automne dernier (+19 points), on note une tendance vers une stabilité des opinions en février 2022. Ainsi, 75 % des Franciliens pensent que les prix ont connu une augmentation. Par rapport à la proportion enregistrée en octobre 2021, celle-ci a augmenté seulement de +4 points.

Pour les mois à venir, le pronostic est en forte hausse sur ce marché. Il semble que de plus en plus de Franciliens prévoient une envolée des prix prochainement. Un an auparavant, ils se montraient particulièrement optimistes concernant l’évolution du marché de l’immobilier. Toutefois, en mai 2021, ils ont reculé et sont devenus plus pessimistes en observant l’état réel du marché à Paris.

Une certaine stabilité des projets d’achats immobiliers

D’après l’enquête de l’agence IMOP, la part des Français ayant des projets d’achats immobiliers est stable. 15 % des répondants affirment avoir un projet immobilier pour l’année prochaine. Cette part est seulement supérieure de +1 point par rapport à celle constatée en octobre 2021.




En effet, les projets d’acquérir une résidence principale se situent à un niveau presque semblable à celui des vagues de baromètre précédentes. Cependant, les Français expriment plus d’intérêt à l’investissement locatif. 21 % d’entre eux envisagent d’investir. Une progression de +5 points en 4 mois a donc été constatée. Notons que la part de Français déclarant être certains de sauter le pas est de 7 % seulement.

Une bonne connaissance des diagnostics immobiliers obligatoires

L’agence IMOP a aussi enquêté sur l’état de connaissance et la perception des Français en matière de diagnostics immobiliers obligatoires. Le premier enseignement tiré de cette étude est que les Français connaissent bien le principe des diagnostics. En effet, 81 % d’entre eux disent en avoir entendu parler. Près de la moitié des répondants déclarent d’ailleurs connaître exactement les diagnostics immobiliers obligatoires.

immobilier - diagnostics immobiliers

 

Les chiffres suivants expliquent plus précisément le niveau de connaissance des Français concernant les différents diagnostics, notamment :

  • le diagnostic de performance énergétique (82 %) ;
  • le diagnostic immobilier « amiante » (81 %) ;
  • les diagnostics « termites », « plomb » et « électricité » (plus de 75 %) ;
  • l’état des nuisances sonores aériennes (62 %) ;
  • le diagnostic « assainissement non collectif » (57 %).

Ces niveaux de notoriété élevés cachent toutefois de grandes disparités entre les propriétaires et les locataires. 57 % des propriétaires obligés de s’y soumettre connaissent précisément ces diagnostics, contre 35 % des locataires seulement. Par ailleurs, 80 % des bailleurs maîtrisent bien ce sujet.

Les diagnostics immobiliers utiles dans le cadre d’un projet immobilier

Les Français ne considèrent pas les diagnostics comme des lourdeurs administratives. Au contraire, 3 Français sur 4 pensent qu’ils sont utiles. Cette utilité est d’ailleurs liée à leur niveau de notoriété. Ainsi, 86 % jugent utiles les diagnostics relatifs à l’amiante et à la performance énergétique. Ces deux documents sont d’ailleurs très utiles pour respectivement 53 % et 47 % des répondants.

Le diagnostic immobilier « électricité » a également obtenu des opinions favorables élevées (87 %). En revanche, 78 % des Français trouvent utile le diagnostic « assainissement collectif », contre 74 % pour le diagnostic « nuisances sonores ». En effet, les propriétaires comme les locataires expriment l’importance de ces diagnostics immobiliers obligatoires. Cela constitue un signe de fortes attentes de réassurance nécessaire lors de la concrétisation d’un projet immobilier.

Dans le cadre d’un achat ou d’une location, 88 % des Français estiment que le diagnostic de performance énergétique est important. Ils sont aussi de cet avis concernant le diagnostic « électricité ». Globalement, plus de 3 Français ayant un projet immobilier sur 4 pensent qu’il est essentiel de vérifier chaque diagnostic lors du choix d’un bien.

L’inquiétude des propriétaires face à l’application progressive de l’interdiction de la location des biens classés E, F ou G

Comment les propriétaires perçoivent-ils les modifications apportées par la loi Climat et Résilience ? Nous avons vu précédemment que les Français connaissent le diagnostic de performance énergétique (DPE). Pourtant, 48 % des répondants disent ne pas être au courant de la classe énergétique de leur logement.

Le gouvernement a mis en place des mesures limitant la vente et la location des logements énergivores. Il vise ainsi à réduire progressivement le nombre des « passoires énergétiques ». Dans ce contexte, 1 propriétaire sur 2 déclare être inquiet concernant l’impact de ces mesures.

’impact des mesures à venir portant sur la location des passoires énergétiques

 

Plus précisément, 50 % des propriétaires redoutent une baisse du prix de vente de leur bien. 48 % anticipent même des difficultés à revendre leur logement. Auprès des bailleurs, cette crainte est d’ailleurs plus forte. 65 % d’entre eux craignent une dévaluation de leur logement. 61 % redoutent l’application de l’interdiction de louer.

Face à ces mesures coercitives, les propriétaires semblent être davantage prêts à s’adapter qu’à les éviter. 56 % d’entre eux prévoient des travaux de rénovation (dont 73 % sont des bailleurs). La proportion de ceux qui envisagent la vente est moins élevée, mais n’est pas négligeable. Elle s’élève à 37 % pour les propriétaires, contre 59 % pour les bailleurs.

À propos de cette enquête d’opinion sur le marché immobilier français

La 4e vague du baromètre de l’agence immobilière en ligne IMOP a été effectuée par l’institut Harris Interactive. Cette enquête s’est déroulée entre le 16 et le 18 février 2022. L’institut a questionné un échantillon représentatif de 1 045 Français âgés de 18 ans et plus. Il a utilisé la méthode des quotas appliqués à différents variables (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, région et taille de l’agglomération des répondants).

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire