Immobilier francilien : le Crédit Agricole IDF révèle les emprunteurs 2021

Immobilier francilien : le Crédit Agricole IDF révèle les emprunteurs 2021

Le Crédit Agricole d’Île-de-France a divulgué le profil des emprunteurs franciliens du premier semestre 2021. Grâce aux 7 300 prêts effectués, une étude pour la plateforme Où-acheter-idf.fr montre les tendances en matière d’immobilier francilien. L’investigation concerne le budget alloué, la durée d’un prêt et les communes les plus convoitées. Le marché de l’immobilier ne cesse d’évoluer malgré la crise sanitaire.

Au sein du marché évolutif de l’immobilier francilien, quels départements et communes sont prisés par les nouveaux emprunteurs ?

En premier lieu, le marché de l’immobilier francilien est en perpétuel changement. En haut de l’affiche se place le département des Hauts-de-Seine (92). Quatre communes ont particulièrement conquis les emprunteurs. Celles-ci connaissent un accroissement de 9,9 % du montant moyen du prêt. Quant au montant moyen du projet, l’augmentation est de 12,4 %. Ainsi, 7 % des projets ont été concrétisés au sein de la commune du Rueil-Malmaison. De ce fait, Boulogne-Billancourt se trouve reléguée à la deuxième place. Toutefois, Colombes a gardé sa place dans le cœur des emprunteurs et sur le podium.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Immobilier Francilien - les moyennes en Ile de France
Source : Où-acheter-idf.fr

 

Ensuite vient le département des Yvelines (78), dont les trois communes les plus appréciées sont Versailles, Sartrouville et Poissy. Il représente 17 % des projets immobiliers, avec une hausse assez conséquente concernant les montants. Assurément, une augmentation moyenne de 6,1 % pour le prêt et de 16,3 % pour le projet a été constatée.

Le département de l’Essonne (91), quant à lui, présente un bilan assez positif avec 17 % des projets sur l’immobilier francilien. Par rapport aux montants, l’accroissement du prêt est moindre, car une hausse de 3,2 % seulement est notée. Les résultats sont plus positifs quant au montant moyen du projet avec un surplus de 11,5 %. Continuant sur sa lancée, Savigny-sur-Orge remporte la première place. En effet, 5 % des projets ont été réalisés dans cette commune. Massy et Evry-Courcouronnes sont celles qui la suivent de près.

Par ailleurs, les trois communes les plus estimées dans la région Île-de-France sont bien mises en évidence. Il s’agit du 15e arrondissement, du 18e arrondissement et de la commune de Saint-Maur-des-Fossés.

Immobilier francilien : quel profil d’emprunteurs se démarque ?

Nombre de ménages souhaitent abandonner leur statut de locataire et être propriétaires d’un logement dans la zone francilienne. Les profils d’emprunteurs ci-dessous se trouvent en tête de liste.

Le profil des primo-accédants

Tout d’abord, les ménages souhaitant acquérir leur premier bien immobilier francilien, ou primo-accédant, ont jeté leur dévolu sur la commune de l’Essonne. La commune des Hauts-de-Seine n’est pas en reste et garde son attractivité. En termes d’emprunt, avec une moyenne d’âge de 34 ans, les nouveaux emprunteurs ont dépensé 280 913 € durant 268 mois. Ceux-ci représentent 46 % des emprunteurs, ce qui équivaut à une minorité. De plus, en comparaison avec l’année précédente, une baisse de 4,5 % a été constatée.

Au contraire, concernant le montant réservé au projet, une augmentation de 1,9 % est remarquée sur la même période. En effet, la somme allouée au projet atteint 362 682 € sur les six premiers mois de l’année. Néanmoins, les primo-accédants ont été beaucoup moins nombreux cette année et ont tendance à acheter ce qui est ancien. D’ailleurs, seuls 12 % parmi eux ont investi dans la commune administrative de Paris, hors banlieue, c’est-à-dire intra-muros. Malheureusement, ces chiffres n’ont cessé de baisser avec le temps.

Le profil des secundo-accédants

En ce qui concerne les secundo-accédants, la majorité de leur projet tourne autour de la Grande Couronne. Cette banlieue regroupe quatre grands départements qui bénéficient de l’investissement des secundo-accédants. Ces derniers ont une moyenne d’âge de 42 ans et ont déjà été propriétaires. Ils procèdent généralement à une revente et à un achat au sein de l’immobilier francilien, ou vice-versa. À part cela, leur emprunt s’étale sur 209 mois et s’élève en moyenne à 546 112 €.

En outre, le précédent chiffre désigne un accroissement de 4,9 %. En termes de montant alloué au projet, le chiffre va au-delà. Une augmentation de 7,8 % a été constatée, avec un montant moyen de 714 849 €. Toujours en perpétuelle évolution, le pourcentage de ceux qui optent pour l’achat d’un logement s’élève à 59 %. Pour la plupart, ils sont friands de lieux où il est relativement agréable de vivre sans s’éloigner de la capitale et de sa banlieue.

Ces investisseurs dans l’immobilier francilien sont notamment convaincus par la proximité des espaces verts sans aucune difficulté de circulation. En plus de cela, ils sont attirés par la qualité des établissements scolaires environnants et le degré de sécurité de la commune.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)