Aller au contenu

Immobilier

Immobilier de luxe français : grand gagnant de cette pandémie

Immobilier de luxe français : grand gagnant de cette pandémie

L’industrie de l’immobilier de luxe affiche une insolente bonne santé face à la pandémie. En effet, l’étude Belles Demeures réalisée avec OpinionWay en mai 2021 révèle que 83 % des porteurs de projet expriment leur confiance. Considéré comme un marché refuge, l’immobilier de prestige s’impose comme un actif vivant. Cependant, il réserve quelques surprises.

L’immobilier de luxe : de belles performances en perspective

L’immobilier haut de gamme français sort grand vainqueur de cette crise sanitaire. Chaque indicateur est au vert pour ce marché de toutes les folies et de toutes les extrêmes. Le prix est à la stabilité, contrairement au marché résidentiel traditionnel où la flambée tend à se généraliser. Suite à cette crise, les acheteurs privilégient plus que jamais le bien-être, l’art de vivre et la beauté à la française.

immobilier de luxe
Source : Belles demeures – Opinionway

 

L’immobilier de prestige est placé sous le signe de la confiance et de l’optimisme, toujours d’après l’étude Belles Demeures. 48 % des acquéreurs estiment que la situation économique du pays s’améliorera dans les six prochains mois. Les porteurs de projet se révèlent aussi optimistes, car 36 % d’entre eux anticipent une amélioration de leur propre situation financière.

Selon ces ressentis, il semble bien que ce soit le moment idéal pour acquérir un bien immobilier de luxe en France. 64 % des porteurs de projets partagent cette opinion en mai 2021, contre 38 % en juin 2020. De plus, 58 % des panélistes envisagent de sauter le pas dans les 12 prochains mois. En 2021, l’immobilier haut de gamme français compte parmi les valeurs sûres en matière de placement, contrairement à 2020 (11 %). Il a gagné en attractivité pour 45 % des sondés.

Immobilier de luxe : des acheteurs opportunistes et confiants

Sur le terrain, la confiance des acquéreurs dans l’immobilier de luxe fait des émules. On recense 2,5 millions de visites par mois, soit 23 % de plus par rapport aux neuf mois précédents. Il s’agit bien d’internautes actifs, et non de rêveurs.

“ Belles Demeures affiche en moyenne 2,5 millions de visites par mois. On compte en moyenne 80000 demandes qualifiées de mises en relation entre porteurs de projet et professionnels. Il ne s’agit donc pas de rêveurs, mais bien d’internautes actifs.” – Solange Roblot, Chef de marché Belles Demeures.

Les prix publiés dans les annonces restent stables, à +1 % sur 12 mois, avec une moyenne de 8 871 €/m² en France. Cette donnée reflète avant tout le ressenti des investisseurs, percevant la situation comme une véritable opportunité. 44 % anticipent la stabilité des prix, 30 % pronostiquent une hausse et 26 % voient un recul.

“ À noter qu’en moyenne, un bien immobilier de luxe « trouve » preneur en 110 jours pour un budget de 1,52 million d’euros.” – Séverine Amate, Porte-parole Belles Demeures.

L’Île-de-France, chouchou des acquéreurs dans l’immobilier de prestige

Malgré l’appétence des futurs acquéreurs pour la campagne (25 %) et le littoral (28 %), le milieu urbain demeure le plus privilégié. En effet, 41 % des futurs acheteurs préfèrent ce cadre de vie, selon l’étude Belles Demeures. C’est la raison pour laquelle la Région Capitale reste en haut du classement des territoires les plus plébiscités.

Dans la Capitale, les prix de l’immobilier de luxe se stabilisent. Pourtant, la nature des biens suggérés à la diffusion évolue. On retrouve ainsi plus de petites surfaces cette année. L’inventaire d’annonces est d’ailleurs plus fourni dans l’hypercentre de Paris. En effet, on observe +150 % de biens diffusés. Les biens affichant un prix supérieur à 10 millions d’euros ont augmenté de 60 % en un an.

type de biens de luxe et budget

 

Depuis un an, on constate un ralentissement des recherches en région parisienne. Celles-ci représentaient 41 % de toutes les recherches sur Belles Demeures l’an dernier et régressent à 17 % cette année. Les Parisiens axent leurs recherches en Île-de-France. Seulement 23 % de l’audience parisienne cherchent dans la Capitale (6è, 7è, 16è et 17è).

Les régions Auvergne-Rhône Alpes, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur se classent après la région Capitale. L’Aquitaine et la Bretagne figurent dans la liste des grandes gagnantes de cette crise sanitaire, en triplant leur volume de consultations des annonces. Certains territoires montent en puissance, car les porteurs de projet souhaitent changer de vie (38 %). Pour cela, 41 % des panélistes sont prêts à investir plus de 1,5 million d’euros dans un projet immobilier de luxe (27 % en 2020).

66 % des nouveaux propriétaires recherchent une résidence principale. Le projet d’achat porte en majorité sur une villa ou une propriété (42 %). Viennent ensuite les recherches d’appartement (27 %), et de château ou de manoir (20 %).

Des vendeurs parfois en décalage avec la demande

Visiblement, le marché de l’immobilier de luxe risque de créer des tensions. Pour la première fois, Belles Demeures analyse la psychologie des vendeurs de biens haut de gamme en France. Ils sont persuadés (plus que les acheteurs) que c’est la bonne période pour vendre un bien de luxe. 67 % des vendeurs en sont convaincus, contre 59 % des acheteurs. 75 % d’entre eux envisagent donc de commercialiser leurs biens dans les 12 prochains mois. En outre, 79 % prétendent être confiants quant à l’aboutissement de leur projet immobilier.

“ À la différence du segment classique où l’on assiste à une contraction du nombre de biens mis à la vente, le segment du luxe affiche une dynamique réelle. On observe un pic à +33% d’annonces publiées en mai 2021 sur Belles Demeures par rapport à mai 2020 et sur 12 mois cette hausse est de +10%.” – Séverine Amate.

Une offre amplifiée dénichant un public déterminé dans l’achat, puisqu’on constate une réduction du temps moyen de mise en ligne. Cette dernière est de 10 %, soit 110 jours en moyenne, contre 136 jours en 2020.

Or, on risque d’avoir un décalage entre l’offre à venir et la demande. Si 40 % des projets de vente concernent une villa ou une maison, ils sont aussi 40 % à vouloir abandonner leur appartement. Rajoutons que seulement 9 % sont prêts à céder leur château ou leur manoir. Il est à noter que 20 % des acquéreurs se projettent sur un manoir ou un château, et 27 % sur un appartement. Cette asymétrie illustre l’évolution des aspirations des acquéreurs… et risque de rehausser les prix.

Immobilier de luxe : le retour des acquéreurs étrangers

18 % de l’audience sur Belles Demeures est internationale. Le retour des acquéreurs étrangers se fait sentir, puisqu’en 2020, ils ne représentaient que 10 % des recherches. Les internationaux s’installent principalement en Suisse, en Belgique, au Benelux, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Le marché de l’immobilier de luxe doit son insolente bonne santé aux clients français et européens. Un signe évident de l’émergence des «?nouveaux riches?» provenant des pays comme la France et la Belgique.

“ Le premier trimestre 2021 a été le plus fort depuis 20 ans avec plus de 400 millions vendus. Le deuxième trimestre s’annonce tout aussi prometteur avec des chiffres comparables. Même si l’activité de la part des acheteurs Français pourrait éventuellement se calmer après l’été, les acheteurs étrangers vont prendre le relais dès que voyager sera de nouveau possible.” – Didier Fagnen, Directeur des opérations nationales, Sotheby’s International Realty France.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire