Aller au contenu

Immobilier

Exode parisien : les départements voisins en tirent profit

Exode parisien : les départements voisins en tirent profit

Le réseau “L’immobilier Sans Vis-À-Vis” poursuit son travail d’observation du phénomène d’exode parisien. En effet, de nombreux citadins choisissent de quitter Paris depuis le début de la crise sanitaire. La plupart d’entre eux décident de rejoindre les départements limitrophes de la capitale, dont les Hauts-de-Seine. Ils souhaitent profiter d’une meilleure qualité de vie sans pour autant bouleverser leur quotidien.

Un exode parisien vers les départements proches

Un grand nombre de Parisiens ont quitté la capitale pour migrer vers les départements voisins. Ils sont convaincus par les nombreux avantages offerts par la Grande Couronne par exemple. Ils peuvent notamment y bénéficier d’un meilleur cadre de vie, d’une plus grande surface habitable et de la proximité avec Paris. Ainsi, dans le cadre de l’exode parisien, ces citadins n’ont pas besoin de changer toutes leurs habitudes ou encore de démissionner de son travail.

exode parisien
Le sans vis-à-vis devient un critère essentiel dans les zones urbaines

 

Selon Cédric Jullien, co-fondateur du réseau “L’immobilier Sans Vis-À-Vis”, la demande dans les Hauts-de-Seine a significativement augmenté. Grâce à son paysage verdoyant et au cadre de vie agréable dans l’Ouest parisien, ce département est aujourd’hui particulièrement attractif. Par ailleurs, il offre un accès facile à la capitale, représentant un avantage non négligeable. En raison de sa forte attractivité, la hausse du prix de l’immobilier a bondi de 22,5 % en cinq ans dans ce département (chiffre des Notaires de France).

La qualité de vie, un critère de choix majeur d’un bien

Les Parisiens souhaitant quitter la capitale sont attentifs sur la localisation de leur nouveau logement. Cependant, ils sont plus exigeants concernant la qualité de vie. Les acheteurs sont à la recherche d’un meilleur lieu de vie dans un espace urbain. Ils désirent s’installer dans une habitation sans nuisance visuelle où ils peuvent vivre en toute intimité.

Plus de la moitié des Français affirment que le « sans vis-à-vis » constitue un critère important dans le choix de leur bien (sondage Yougov pour MeilleursAgents). Ainsi, Cédric Jullien et Arnaud Jorel s’associent en 2010 pour développer le concept de l’immobilier privilégiant le « sans vis-à-vis ». Leur offre immobilière répond aux besoins des acquéreurs d’aujourd’hui pour un exode parisien réussi.

Les solutions du groupe L’immobilier Sans Vis-À-Vis face à l’exode parisien

Le groupe L’immobilier Sans Vis-À-Vis est le seul acteur consacré entièrement aux biens immobiliers avec une vue dégagée. Il offre des solutions répondant réellement aux exigences des Français en cette période de pandémie. En effet, les acheteurs recherchent des logements spacieux offrant une magnifique vue sur l’extérieur et une meilleure qualité de vie.




Les agences de l’enseigne proposent uniquement des biens immobiliers rares avec un dégagement d’au moins 40 mètres face au séjour. Leurs experts dénichent donc des habitats sans vis-à-vis donnant sur un jardin, un parc, un square, des monuments, etc. Depuis 2021, le groupe continue de se développer en franchise. Dans le cadre de l’exode parisien, il propose d’accompagner tous les porteurs de projet en quête d’une habitation sans vis-à-vis.

Des acquéreurs en quête d’un meilleur lieu de vie

Antoine Clerc et son épouse ont pu concrétiser leur projet immobilier grâce à l’accompagnement et au conseil de Cédric Jullien. Au début, le couple a, en effet, hésité à quitter la « Ville Lumière ». Avec leur fils, ils vivaient dans un petit appartement de deux pièces dans le 13? arrondissement de Paris. Suite au confinement de 2020, ils ont enfin décidé de déménager en périphérie parisienne.

Cette famille a pu acheter un joli appartement de quatre pièces plein sud, localisé dans le centre-ville de Suresnes. Leur nouveau logement est situé dans une belle résidence verdoyante. Ce lieu de vie répond à tous leurs critères, en l’occurrence :

  • plus d’espace ;
  • plus de verdure ;
  • présence d’un petit extérieur ;
  • situation à seulement 30 minutes de la capitale.

Le couple déclare donc être satisfait de leur choix. Comme Antoine Clerc et son épouse, plusieurs Parisiens ont envie d’habiter dans un logement sans vis-à-vis. Favorisant l’exode parisien, ils veulent gagner en confort de vie et réduire leur stress au quotidien. Ils souhaitent profiter d’un meilleur lieu de vie sans s’éloigner de la capitale et se sentir bien chez eux.

Le « sans vis-à-vis », le critère primordial en milieu urbain

Huit Français sur dix pensent que leur état de forme dépend étroitement de leur lieu de vie (étude OpinionWay). 83 % des répondants estiment d’ailleurs que l’hébergement a un impact direct sur :

  • le sommeil ;
  • la résistance aux maladies ;
  • le niveau de stress et de concentration ;
  • la qualité de vie.

Cédric Jullien et Arnaud Jorel sont persuadés qu’une vue dégagée assure une bonne qualité de vie dans les zones urbaines. Ce critère permet, en effet, d’éviter les nuisances visuelles et lumineuses chez soi. Ces dernières sont parmi les causes principales de l’exode parisien. Ainsi, le groupe s’engage à trouver pour ses clients des logements avec une vue dégagée, situés en milieu urbain. Ce sont des biens rares et difficiles à dénicher.

Dans ce contexte, l’enseigne L’immobilier Sans Vis-À-Vis prévoit d’ouvrir des agences dans les grandes villes françaises (Rennes, Bordeaux, Nantes, Lyon, Nice, Strasbourg, Toulouse et Aix-en-Provence). Elle a pour objectif de répondre aux demandes des acquéreurs souhaitant déménager en province ou vers les villes côtières. C’est pourquoi le concept à la franchise a été ouvert.

“ Nous voulons également répondre aux demandes des Français désirant changer de cadre de vie pour la province ou le bord de mer. C’est pourquoi nous avons ouvert notre concept à la franchise.” – Cédric Jullien.

Ce groupe envisage de collaborer avec des entrepreneurs motivés et prêts à bâtir ensemble le réseau immobilier de demain, unique et innovant. Il s’appuie sur son savoir-faire et son expérience d’une dizaine d’années dans le domaine de l’immobilier sans vis-à-vis.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire