Entreprises artisanales du Bâtiment : la croissance s’accélère au 3e Trimestre 2016

Entreprises artisanales du Bâtiment : la croissance s’accélère au 3e Trimestre 2016
www.capeb.fr

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment annonce une consolidation de l’activité au 3e trimestre 2016, qui enregistre même une progression globale de 2%. Un regain d’activité qui s’intensifie depuis le début de l’année, porté par le marché de la construction neuve, qui passe de +1,5% à +2%.

 

La construction neuve comme premier levier de croissance

Alors que les signaux pour l’immobilier se font plus positifs, le nombre de permis de construire de logements déposés sur 12 mois cumulés connait une croissance à deux chiffres, à +11,4%. Emportées par ce mouvement vertueux, les mises en chantier connaissent une hausse significative de 7,7%, soit 363.500 logements neufs commencés en cumul sur 12 mois.

« La dynamique d’accompagnement des travaux enclenchée ses dernières années porte ses premiers fruits, les aides aux travaux ainsi que le dispositif Pinel ont permis de soutenir la demande des ménages et des investisseurs. Dans cette période charnière, nous invitons le gouvernement à pérenniser les mesures efficaces d’aide aux travaux pour soutenir les efforts consentis, ces dernières années, par les chefs d’entreprise artisanales et leurs salariés », souligne Patrick Liébus, Président de la CAPEB.

L’entretien-rénovation en lente progression

L’activité en entretien-rénovation poursuit sa timide progression au troisième trimestre (+1%), avec une croissance de 1,5% des travaux de performance énergétique qui bénéficient de maintien et/ou du renforcement des dispositifs d’aide en faveur des économies d’énergie.


« C’est en travaillant en bonne intelligence avec l’ensemble des acteurs du secteur du Bâtiment en France et en traçant une feuille de route claire et cohérente que nous pourrons consolider ce regain de l’activité sur l’ensemble du territoire national. Les décideurs politiques doivent inscrire dans la durée les dispositifs tels que l’EcoPTZ, le CITE, la TVA à taux réduit, qui permettent de générer de l’activité en construction comme en rénovation. Les acteurs financiers ont aussi leur rôle à jouer pour soutenir les besoins en trésorerie des chefs d’entreprise artisanales »
, conclut Patrick Liébus.

Source : www.capeb.fr