Efficacité énergétique : Un marché qui ne demande qu’à décoller

Efficacité énergétique : Un marché qui ne demande qu’à décoller
www.xerfi.fr

Le contexte est, en effet, favorable entre la prise de conscience des agents économiques, le volontarisme des pouvoirs publics en matière d’efficacité énergétique, la mise en place d’un cadre réglementaire mêlant incitations et obligations ou encore une offre technologique plus développée.

Pour permettre aux professionnels de mieux appréhender les changements à l’œuvre, les experts de Precepta se sont livrés à une analyse prospective approfondie, dessinant trois scénarios aux conclusions originales. Et si des stratégies public/privé coordonnées permettaient le décollage de l’efficacité énergétique et son passage à un marché de masse ?

Trois grands modèles d’affaires coexistent sur le marché de l’efficacité énergétique

Orientée BtoB, la plateforme industrielle, développée par des acteurs à tous les niveaux de la filière, vise à optimiser la performance énergétique d’un site. Les plateformes d’intermédiation en travaux cherchent, elles, à fluidifier la mise en relation entre offreurs et demandeurs de travaux énergétiques. Basé sur la génération et l’analyse de données, les thermostats connectés sont l’archétype du business model data-driven en matière d’efficacité  énergétique.

Déjà, Nest et Wiser ont pris une longueur d’avance, d’après le benchmark réalisé par les experts de Precepta. Le premier bénéficie en particulier de la taille de son écosystème et de la puissance financière de sa maison mère (Google). Le second mise également sur la taille de son écosystème mais aussi sur la forte compatibilité de son thermostat et la puissance de la marque Schneider Electric. EDF a, lui, choisi de se différencier avec son thermostat Sowee.

« Malgré son récent essor, le marché des solutions d’efficacité énergétique (SEE) est encore loin d’avoir exprimé tout son potentiel. En réalité, un certain nombre de freins subsistent. C’est le cas au niveau de l’offre à la fois peu lisible et peu accessible. Un travail de fond apparaît dès lors indispensable pour susciter l’adhésion et la confiance des clients professionnels et particuliers. Le marché pourrait ainsi prendre une autre dimension », souligne Thibaud Brejon de Lavergnée, auteur de l’étude.

Un tel travail concerne trois catégories d’acteurs en particulier, de l’avis des experts de Precepta : les équipementiers, les acteurs du BTP et les fournisseurs d’énergie. Ces opérateurs doivent également adopter des stratégies de conquête plus agressives s’ils veulent garder la main, notamment face aux géants du numérique. Ils devront aussi identifier et pénétrer les maillons stratégiques de la chaîne de valeur du futur face aux multiples bouleversements stratégiques comme le Big Data, la blockchain ou les plateformes numériques.

Les géants de l’IT en embuscade

Le marché des solutions d’efficacité énergétique est de fait âprement disputé par deux grandes familles stratégiques d’acteurs. La première regroupe les leaders historiques positionnés sur les activités primaires (équipementiers, fournisseurs d’énergie et de services d’efficacité énergétique, acteurs du BTP) tandis que la seconde se compose des nouveaux entrants comme les cabinets de conseil en efficacité énergétique et les start-up de l’IT.

Or, si les équipementiers revendiquent leurs capacités d’innovation et leur accès aux grands comptes clients internationaux pour se déployer dans le serviciel et les fournisseurs d’énergie leurs bastions, les géants de l’IT font planer une véritable menace sur les acteurs traditionnels. Ils disposent en effet de leurs propres infrastructures numériques et physiques mais aussi de devices (thermostats et enceintes connectés). Ils pilotent en outre des écosystèmes en construction susceptibles d’ubériser le marché par le bas.

« Ces spécialistes de la donnée vont chercher à s’emparer de la maîtrise de la relation client grâce à l’exploitation de données en masse. A ce titre, la maison est un moyen pour eux de pénétrer durablement le quotidien de l’utilisateur, notamment via l’enceinte domestique. Celle-ci est d’ailleurs le terrain d’une bataille entre trois réseaux de valeur : Amazon avec Amazon Echo, Apple avec HomeKit et HomePod, Google avec Google Home », commente Thibaud Brejon de Lavergnée.

Dans ce contexte, les acteurs traditionnels pourraient bien à terme être relégués au rang de sous-traitant d’un ou plusieurs de ces géants de l’IT. Entre croissance interne, croissance externe et partenariats, les acteurs traditionnels multiplient les offensives pour intégrer plus largement la filière et renforcer leur compétitivité de long terme. Il n’existe pourtant pas de « one best way » mais plutôt une grande variété de réponses, selon le business model de l’opérateur, son positionnement, etc.

« Le décollage du marché des solutions d’efficacité énergétique (SEE)  suppose la génération d’un effet prescripteur qui exige de surmonter l’écueil actuel de la qualité au moyen d’actions collectives et individuelles », conclut Thibaud Brejon de Lavergnée.

Source : www.xerfi.fr