Aller au contenu

Equipements

Éclairage : un marché qui entre dans un nouveau cycle de croissance

Alexandre Boulègue, directeur du bureau d’études Xerfi

­Xerfi vient de publier une étude sur le renouveau des marchés de l’éclairage et des Solutions smart. À cette occasion, ­Alexandre Boulègue, directeur du bureau d’études Xerfi, nous livre son analyse sur les perspectives de la filière française de l’éclairage à moyen terme. ­

Les perspectives de la filière française de l’éclairage à moyen terme

­Les acteurs des marchés de l’éclairage sont bel et bien entrés dans un nouveau cycle de croissance. En cela, plusieurs raisons sont évoquées : le dynamisme de la construction, la relance des investissements des collectivités et l’appétence grandissante des ménages pour l’aménagement de leur logement.

Marché de l'éclairage en France

 

Par ailleurs, les innovations dans les domaines du smart home, du smart building et de la smart city stimulent la demande. Pour autant, le secteur de l’éclairage centré sur l’humain, du LiFi et des lampadaires connectés rencontre moins de succès.

D’autres marchés de niche tels que les solutions de désinfection par UV ou encore l’éclairage des cultures végétales pour accélérer la croissance offrent aussi d’importantes opportunités de développement.

À l’horizon 2023, l’activité des acteurs généralistes et des spécialistes de l’éclairage intérieur cèdera 1,5% par an. En effet, ce marché est sous l’effet de l’intense concurrence des pays à bas coûts de main-d’œuvre. D’ailleurs, on observe déjà la fermeture de plusieurs sites de production en France.

L’éclairage extérieur annonce de belles perspectives

Il faut compter sur le durcissement de la réglementation qui impose le remplacement d’une part significative d’un parc de candélabres vieillissant. Par ailleurs, les innovations ne sont en reste. Que ce soit pour les caméras de vidéosurveillance ou les prises de recharge pour véhicules électriques, la mise au point de solutions de pilotage plus performantes doperont l’activité des fabricants.




Outre la croissance sur le marché national, ils pourront également miser sur leurs ventes à l’export. Pour finir, le chiffre d’affaires des fabricants de solutions d’éclairage extérieur s’appréciera de 6% par an (panel Xerfi).

Quant à l’activité des acteurs de la gestion de réseaux d’éclairage, elle s’adjugera 4% par an d’ici 2023 (panel Xerfi). Elle est portée par les préoccupations croissantes des élus et de leurs administrés en matière d’économies d’énergie.

Enfin, le montant de la consommation des ménages en appareils d’éclairage et celui des investissements des collectivités locales dans l’éclairage urbain étaient de respectivement 790 millions et 500 millions d’euros en 2021. D’après nos calculs, le montant total de la production tricolore de lampes et d’appareils d’éclairage s’élève à environ 1,5 milliard.

Avec l’arrivée des LED, la structure de la concurrence a subi de profonds changements

­La transition vers les LED ou diodes électroluminescentes a de fait entraîné de profonds bouleversements dans l’industrie française de l’éclairage. Principalement positionnés sur les solutions traditionnelles, plusieurs sites ont effectivement fermé. Plus précisément, un cinquième des établissements et des emplois du secteur de la fabrication de lampes et d’appareils d’éclairage ont disparu au cours de la dernière décennie.

Dans le même temps, les importations de ces produits ont bondi de plus de 25%. Dans ces conditions, affirmer que le paysage concurrentiel des marchés de l’éclairage s’est profondément transformé est un doux euphémisme.

Les grands conglomérats d’hier (Philips, Siemens, General Electric…) ont ainsi cédé la place à des spécialistes comme Signify (ex Philips), MLS et Inesa. Mais, la France compte encore plusieurs PME et ETI qui occupent de fortes positions sur le marché des professionnels et celui de l’éclairage public.

Plusieurs start-up se développent par ailleurs sur les marchés de spécialités. Citons, RED Horticulture, qui propose des solutions d’éclairage pour l’agriculture. De même, dans le secteur du Lifi, quelques entreprises se démarquent comme Oledcomm et Lucibel. Pour rappel, le Lifi est un réseau optique sans fil qui utilise des LED pour transmettre des données. En outre, le développement de l’éclairage intelligent a créé des opportunités pour des acteurs intervenant dans la conception de capteurs et de logiciels (Itron, Lacroix City…).

Les prestataires de services collaborent pour remporter des marchés d’envergure

Aux côtés des fournisseurs de solutions, la filière se compose également de prestataires de service. Ces derniers se positionnent les services d’installation et de gestion d’éclairage comme Citelum (EDF) ou Vinci via sa marque Citeos.

Si ces différents types d’acteurs sont en général en concurrence. Pour autant, ils collaborent de plus en plus souvent pour mutualiser leurs savoir-faire et remporter des marchés d’envergure. Ainsi, la rivalité entre fabricants et gestionnaires de réseaux d’éclairage est-elle montée d’un cran. Les frontières sont de plus en plus poreuses entre ces deux activités. Ils leur arrivent pourtant de collaborer pour remporter, par exemple, le marché de l’éclairage d’une agglomération.

Des leviers de croissance grâce aux produits plus intelligents

­Face à la concurrence croissante des fabricants des pays à bas coût, les acteurs présents en France se réorientent vers des activités à plus forte valeur ajoutée. En particulier la conception de produits plus intelligents.

Nombre d’opérateurs ont également choisi de pénétrer des marchés de niche dans l’éclairage de spécialités. Il s’agit alors de solutions pour l’horticulture, pour la désinfection ou encore pour la communication par Lifi.

En parallèle, les éclairagistes tentent de se développer sur d’autres maillons de la chaîne de valeur, en tête desquels les services d’installation et de gestion. Ils cherchent ainsi à se positionner comme interlocuteur unique auprès de leurs clients. Or, la construction d’offres globales passe par des investissements conséquents dans le développement de logiciels. En effet, ces derniers permettent d’exploiter toutes les fonctionnalités des équipements d’éclairage. La mise au point de produits moins énergivores, entre autres via l’exploitation de l’énergie solaire, est aussi d’actualité.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire