Aller au contenu

Diagnostics

DPE : vendre plus cher grâce à une bonne étiquette énergétique

influence du DPE sur la vente

Les biens immobiliers classés G sortiront du parc locatif d’ici à 2025. Pour les biens classés F, ce sera à partir de 2028. Cette mesure d’interdiction de louer incite de nombreux propriétaires à vendre leur bien au lieu d’entreprendre une rénovation. Ainsi, le DPE d’un logement peut influencer les termes d’une transaction que ce soit sur le prix ou le délai de vente. Un bon classement énergétique permet-il vraiment de vendre plus cher et plus rapidement ? SeLoger et Meilleurs Agents ont mené l’enquête…

Sommaire

Une décote jusqu’à -18 % pour les biens affichant un mauvais DPE

En France, les passoires thermiques sont des logements dont le classement énergétique se situent entre les étiquettes F ou G. Ces logements sont considérés comme énergivores et présentent un niveau d’empreinte carbone élevé. À l’inverse, Les logements étiquetés en A ou B auront une meilleure côte auprès des futurs acquéreurs.

On peut donc en conclure qu’un mauvais classement énergétique entraîne la dépréciation de la valeur d’un bien. Concrètement, un bien classé F ou G se vend 6,7 % moins cher que celui classé C, D ou E. Cette étude SeLoger/Meilleurs Agents porte sur tous les types de biens présentant les mêmes caractéristiques : année de construction, superficie, etc.

Décote selon le classement du DPE

Une décote selon l’étiquette énergétique

 

En revanche, un appartement étiqueté F ou G est cédé à un prix minoré de -13 % par rapport à un bien étiqueté A ou B. Par ailleurs, une maison énergivore peut subir une décote allant jusqu’à -18 % en France.

“ Pour l’acquéreur d’un logement énergivore, le levier de négociation porte sur la perspective de devoir réaliser des travaux de rénovation énergétique s’il envisage de le louer.” – Barbara Castillo Rico, Responsable des études économiques chez Meilleurs Agents et SeLoger.




Des prix de vente plus chers grâce à un bon DPE : est-ce toujours le cas ?

Un mauvais DPE provoque mécaniquement une décote des prix de vente des logements. Notons cependant que cela ne concerne pas les zones tendues où la demande est forte et l’offre est rare.

Toutefois, dans certaines métropoles, la valeur verte dont bénéficie le prix d’un bien ayant un bon DPE peut être supérieure à +10 %. À Montpellier, le prix de vente d’un appartement classé A/B est 16,2 % plus cher qu’un bien classé C/D/E. D’ailleurs, c’est la valeur verte ou bonification la plus élevée sur le territoire.

Pour ce classement de la valeur verte, Marseille arrive en seconde position (+14,2 %). Puis on retrouve : Toulouse (+13 %), Strasbourg (+11,1 %) et Rennes (+10,3 %).

En revanche, cette valeur verte semble moins élevée dans les villes de :

  • Lyon (+6,6 %) ;
  • Nantes (+6,1 %) ;
  • Nice (+5,6 %) ;
  • Bordeaux (+3,8 %).

Par contre, à Lille et à Paris, la bonification apportée par un bon DPE est particulièrement faible. Par ailleurs, dans la capitale, un logement énergivore (F/G) est vendu 1,1 % plus cher qu’un bien étiqueté C/D/E. Cela est dû au fait que la plupart des biens de prestige sont par nature énergivores.

Vendre plus rapidement avec un bon classement énergétique

Comparable à du home-staging, un bon DPE permet d’écourter les délais de vente d’un bien immobilier. En effet, vendre un logement énergivore demande plus de temps que vendre un logement étiqueté A/B/C/D/E. Ainsi, il en ressort qu’un bon DPE permet de profiter d’un gain de temps non négligeable, à savoir 6 jours. En effet, le délai de vente est de 88 jours pour les classes E/F et de 82 jours pour les autres classes.

Vendre plus rapidement avec un bon classement énergétique

Vendre plus rapidement avec un bon classement énergétique

 

Un bon classement énergétique est donc synonyme d’un gain de temps précieux lors de la vente immobilière. C’est en général un gage de qualité du logement vendu. Car, s’il reste trop longtemps sur le marché, c’est qu’il présente potientiellement des défauts ou qu’il est trop cher. Dans ce cas, les futurs acquéreurs n’hésiteront pas à négocier le prix à la baisse.

De plus, si un acquéreur envisage de louer une passoire thermique, il doit forcément prévoir un budget pour la rénovation énergétique. Ainsi, il est normal qu’il demande au vendeur de réduire le prix du bien pour compenser les travaux à réaliser.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire