Crédit immobilier : Hausse des taux même pour les profils haut-de-gamme

Crédit immobilier : Hausse des taux même pour les profils haut-de-gamme
www.vousfinancer.com

Au 3ème trimestre 2015, les taux de crédit immobilier ont poursuivi leur mouvement de remontée même si celui-ci est toutefois resté limité pour les profils haut-de-gamme. Les revenus sont aujourd’hui un critère de choix pour les banques, davantage encore que l’apport ou le niveau d’endettement.

Les profils haut-de-gamme continuent à bénéficier de taux très bas, aux alentours de 2,1% sur 20 ans (contre 2,65% en moyenne tous profils confondus). En cette fin d’année, les revenus sont aujourd’hui un critère de choix pour les banques, davantage encore que l’apport ou le niveau d’endettement.

Le Baromètre Vousfinancer.com constate que la hausse des taux de crédit immobilier concerne également les meilleurs profils qui empruntent au mieux  à 1,90% sur 20 ans à Metz, ou 1,95% à Bordeaux. En mai, ils pouvaient encore emprunter à 1,64% à Grenoble ou à Lyon.

« Depuis le mois de mai, les taux de crédit ont augmenté de 0,30 point, soit un retour à leur niveau de début 2015. Toutefois, alors qu’en moyenne on emprunte actuellement à 2,65% sur 20 ans, certains emprunteurs bénéficient de décotes liées à leur profil leur permettant d’emprunter à des taux proches de 2%. Ce sont eux que nous appelons ‘les chouchous des banques’ : essentiellement des couples avec des revenus supérieurs à 4000 € nets par mois à deux et au moins 10% d’apport », constate Sandrine Allonier, responsable des relations banques de Vousfinancer.com.

Depuis le début de l’année 2015, dans un environnement de taux globalement très bas, le niveau de revenus est devenu un critère prédominant, davantage que l’apport ou le taux d’endettement, comme en témoigne notamment la mise en place de nouveaux barèmes de taux « VIP » ou « premium » dans plusieurs banques.

« Alors que nous ne sommes qu’en septembre, beaucoup de banques ont déjà atteint leurs objectifs de production de crédit, ce qui leur permet d’être plus sélectives et de privilégier ainsi les meilleurs dossiers, c’est-à-dire ceux avec lesquels elles pourront mettre en place une vraie relation sur le long terme : les hauts revenus qui ont des perspectives d’épargne, mais également et fort heureusement, les primo-accédants pour lesquels toute la relation bancaire est à construire », analyse Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.com.

Autre constat, avec les récentes hausses de taux, la part des renégociations a fortement diminué en septembre pour ne représenter que 25% des nouvelles demandes de crédit contre 50% en juin. « En septembre, les demandes de renégociation ont baissé car, dans un contexte de remontées des taux, ces opérations concernent potentiellement moins de crédits et deviennent moins rentables. D’un point de vue opérationnel c’est une bonne chose puisque cela a permis de réduire l’engorgement de dossiers constaté dans les banques durant l’été et contribué ainsi à un retour à la normale des délais de traitement des dossiers chez nos partenaires bancaires », constate Sandrine Allonier, responsable des relations banques de Vousfinancer.com.

Source : www.vousfinancer.com