Chronique Hebdo Copro : Rénovation énergétique, accompagner les copropriétaires

Les professionnels du bâtiment se sont réunis le 8 mars au Palais Brongniart à l’occasion d’EnerJ-meeting. Il s’agit d’une journée accès sur l’efficacité énergétique et environnementale du bâtiment autour de la thématique de la rénovation et de la construction neuve. Sachant que la rénovation est bien plus complexe à élaborer et à mettre en œuvre qu’une réglementation pour le neuf.

 

Comme l’a souligné Michèle Pappalardo, directrice du cabinet ministériel de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, il y a une multiplicité de décisions à prendre et d’acteurs à convaincre.

 

C’est une action diffuse où il faut de la coordination, il y a donc une cohérence à avoir sur toute la chaîne entre réglementations, aides et professionnels.

 

La cinquantaine d’orateurs ont été amenés à débattre sur trois thématiques phares : la rénovation énergétique des logements, celle des bâtiments publics et des bâtiments tertiaires. Il a bien sûr été question de rénovation énergétique des logements en copropriété.

J’ai pour ma part été intéressée par l’intervention de Gaëtan Brisepierre, sociologue, spécialiste des transitions énergétiques et environnementales. Selon lui, la rénovation des copropriétés est un processus social qu’il faut savoir accompagner.

En effet, depuis les avancées du Grenelle de l’environnement, il y a maintenant 10 ans la rénovation énergétique n’a pas décollé dans le secteur des copropriétés, malgré les efforts des pouvoirs publics et des professionnels.

Gaëtan Brisepierre s’interroge à ce propos, pourquoi le taux de transformation des audits énergétiques reste-t-il désespérément si bas ?

Les enquêtes sociologiques de Gaëtan Brisepierre et l’expérience du bureau d’étude NRA, convergent pour dire qu’il est temps de concentrer l’innovation sur la démarche d’accompagnement des copropriétaires.

L’audit énergétique est bien souvent la première étape du processus de décision, au-delà de sa qualité intrinsèque ce qui compte avant tout est qu’il soit une occasion d’impliquer les copropriétaires.

L’auditeur doit se mettre au niveau des attentes de la copropriété et assurer une communication permanente. La rédaction d’un rapport d’audit ne doit représenter que la moitié du travail de l’auditeur car il devra consacrer le reste de son temps aux copropriétaires pour les amener à prendre possession du projet.

Joséphine Ledoux, directrice associée du bureau d’étude NRA conseil, applique cette approche sur le terrain pour responsabiliser les copropriétaires dès l’audit. Elle propose un scénario propre à la copropriété, accompagné par une réflexion sur le financement collectif comme : la vente de terrain, de parties communes ou l’utilisation du fond travaux.

Une étape indispensable pour l’adhésion de la copropriété au projet lors du vote des travaux.

 

La réflexion sur le projet technique doit commencer le plus tôt possible car son appropriation par les copropriétaires se fait progressivement.

 

On ne peut pas se contenter de proposer l’optimum énergétique, il faut négocier chacun des choix avec les copropriétaires comme avec l’écosystème des acteurs, syndics, entreprises et financeurs.

C’est une difficulté que rencontre le maître d’œuvre, qui a parfois du mal à écouter les attentes et à faire preuve de souplesse.

Tout au long du projet, les copropriétaires doivent être maîtres des décisions prises et les professionnels devront faire preuve de pédagogie pour convaincre des choix techniques envisagés. Pourquoi ne pas organiser des visites d’autres sites ou encore planifier des permanences du maître d’oeuvre pour répondre aux interrogations dans le but de désamorcer toutes sources d’angoisse et de malentendu.

Mais le plus souvent, le blocage vient du financement et cela malgré la multiplication des dispositifs nationaux locaux privés. On utilise le levier des subventions et du reste à charge mais on sous-exploite celui des ressources propres à la copropriété, notamment à travers la valorisation de surface à louer, à vendre voir à créer pour co-financer les travaux.

On peut regretter que la communication ne soit pas intégrée dans la mission du maître d’oeuvre alors qu’elle est un ingrédient indispensable à sa réussite. Elle ne va dépendre que de la bonne volonté des professionnels pour amener les copropriétaires à organiser une campagne en faveur du vote, puis pour gérer tous les frottements liés à l’intervention en site occupé lors du chantier.

Enfin, on observe que la focalisation sur la décision amène à négliger l’après travaux. On néglige le rôle du bouche-à-oreille, issu de la première vague de rénovation qui aura pourtant un impact décisif sur la massification.

Il faut bien sûr dans cette étape s’assurer des résultats obtenus, vérifier que la consommation de l’immeuble soit conforme aux objectifs, mais au-delà des chiffres et des pourcentages d’économie d’énergie réalisée, il faut rechercher la satisfaction des habitants, qui seront ainsi les meilleurs portes-paroles.

Vous l’avez compris, ce travail de communication est essentiel jusque dans la phase d’utilisation après travaux pour maintenir le niveau de satisfaction des occupants et servir d’exemple aux bâtiments alentours.

Comme toujours, on va prendre le temps d’élaborer de grandes théories et de rédiger des études pour réfléchir à comment massifier la rénovation des copropriétés alors qu’il faudrait simplement apprendre à écouter, à adapter son discours, à répondre aux interrogations, à calmer les tensions, à favoriser le contexte de la prise de décisions sans rien lâcher en accompagnant encore les copropriétaires même après les travaux.

Solucop 2019 – 728×150

« L’hebdo copro », chaque lundi, retrouvez Isabelle DAHAN, fondatrice de Monimmeuble.com pour un point sur l’actualité de la copropriété. Cette chronique est diffusée sur la radio web de l’immobilier : Radio Immo.

En savoir plus sur la rénovation énergétique

Chronique enregistrée le 19 mars à 17h10, durée : 4 minutes.

Vous pouvez retrouver cette chronique sous forme de podcast ICI

Pour écouter toutes les chroniques « Hebdo Copro » c’est ICI

Club MI Pro #1 728×150
Club MI Plus #1 GIF 728×150
Jurisprudences 2018