Chronique Hebdo Copro : QualiSR pour les copropriétés en difficulté

Pour faire suite à la 5ème journée solidarité logement organisée par la fondation I LOGE YOU que nous soutenons et qui s’est tenue vendredi 30 novembre. J’ai pensé qu’un sujet sur le rôle des professionnels de l’immobilier en matière de « mieux logement » était tout indiqué.

 

En copropriété, le sujet sensible est celui des copropriétés en difficulté !

 

Il faut éviter à tout pris qu’une copropriété fragile ne devienne une copropriété en difficulté. Il ne faut surtout pas attendre qu’il soit trop tard. Dans ce type de situation, la prévention ou par la suite le redressement demandent de l’expérience et des compétences spécifiques au gestionnaire de copropriété.

 

Pour gérer une copropriété fragile, le syndic doit être encore plus efficace qu’à l’ordinaire

 

Aujourd’hui, les syndics volontaires pour gérer ce type de copropriétés ne se bousculent pas et les copropriétés fragiles se dégradent. C’est pourquoi une association s’est créée, il s’agit de QualiSR qui a pour objectif de faire émerger et de promouvoir la certification des syndics engagés dans la prévention et le redressement des copropriétés en difficulté.

 

L’Association QualiSR a construit le référentiel et mis en place la certification

 

Elle assiste les syndics dans leur formation pour les mener, eux et leurs équipes, vers la certification. Une certification validée par le comité français d’accréditation (Cofrac) au début du mois de juin 2018 et valable 3 ans après un parcours éprouvant pour le syndic.

Le process de certification QualiSR passe par un accompagnement, une formation, à l’issue de laquelle le syndic s’engage sur : une gestion rigoureuse, un suivi quotidien des problèmes, une réelle efficacité dans le recouvrement des charges, la mobilisation des ressources et dispositifs d’aides appropriés… Sans oublier, bien sûr, une réactivité et disponibilité à toute épreuve en phase avec la situation !

 

Ce niveau de prestations est supérieur à celui que l’on rencontre généralement

 

Il doit en effet, s’adapter aux exigences du terrain. La certification va sécuriser les acteurs en situation de choisir ou préconiser un syndic et justifier les surcoûts de gestion.

C’est un gage de la qualité des prestations présentées par le syndic pour toutes les parties. Notons quand même que cette qualification reconnue est synonyme également de tarif plus élevé. Le niveau de prestation étant plus élevé et nécessitant plus d’accompagnement va demander des moyens et des ressources plus importants.

Mais il ne faut pas croire que pour le syndic c’est une partie de plaisir ! Il doit réussir l’audit de certification qui est déjà un véritable challenge. C’est aussi un projet d’entreprise qui fait monter en compétences l’ensemble du personnel et qui permet d’ajouter un volet sociétal de prévention et de traitement de situations de dégradation des services aux habitants.

L’objectif ultime pour le syndic est, par la suite, de pouvoir être désigné en tant qu’administrateur provisoire de la copropriété grâce à cette qualification particulière.

 

Une dizaine de certificats QualiSR seront décernés d’ici la fin 2018

 

On est encore loin de l’objectif que s’est fixé QualiSR soit 80 à 100 syndics certifiés sur l’ensemble du territoire français.

Nous lançons donc un appel aux syndics de France qui veulent agir et se rendre utiles pour enrayer le processus de dégradation des copropriétés et mener à terme une opération de redressement réussie !

J’espère que cette chronique vous aura intéressée, nous attendons vos commentaires. Je vous souhaite une excellente semaine, on se retrouve lundi prochain. D’ici là portez-vous bien et continuez de nous suivre sur Monimmeuble.com…

 » L’hebdo copro « , chaque lundi, retrouvez Isabelle DAHAN, fondatrice de Monimmeuble.com pour un point sur l’actualité de la copropriété.

Cette chronique est diffusée sur la radio web de l’immobilier : Radio Immo.

QUALISR ACCOMPAGNE LES SYNDICS DE COPROPRIÉTÉS FRAGILES. Une émission enregistrée le 3 décembre 2018 à 17h09, durée : 5 minutes.

Pour écouter cette chronique sous forme de Podcast, c’est ici

Pour écouter toutes les chroniques « Hebdo Copro », c’est ici