Chaudières individuelles : mieux comprendre le passage à la condensation en copropriété

Chaudières individuelles : mieux comprendre le passage à la condensation en copropriété

En copropriété, la rénovation énergétique peut consister à remplacer les chaudières individuelles gaz par des chaudières à condensation. S’engager dans ce type de travaux peut s’avérer être une source considérable d’économies. Quelles sont les configurations d’installation ? Les bénéfices potentiels ? Les aides disponibles ? On vous dit tout !

URMET 2020 – Bannière 1

Éliminer progressivement les chaudières individuelles les moins performantes

La directive européenne Ecoconception a un objectif clair, elle souhaite réduire l’impact environnemental de tous les appareils consommant de l’énergie. Aussi s’agissant des chaudières individuelles à gaz, il est question d’éliminer progressivement les chaudières les moins performantes. Ce n’est pas une mince affaire !

On estime à plus de 3 millions le nombre de chaudières individuelles à rénover en logements collectifs.

Pour autant, parmi les chaudières individuelles à rénover, il faut faire la distinction entre les chaudières raccordées à un conduit individuel (1,7 million) ou à un conduit collectif (1,5 million). Précisons que le conduit collectif assure une évacuation des fumées commune à plusieurs chaudières.

Dans tous les cas de figure, les chaudières à condensation se présentent désormais comme l’unique solution pour respecter les rendements de performances ainsi que les seuils d’émission de polluants atmosphériques exigés.

Pour les copropriétaires, les atouts sont nombreux. En effet, ils gagnent en confort thermique que ce soit pour le chauffage ou la production d’eau chaude. Sans compter sur les économies d’énergie substantielles qui peuvent atteindre de 25 % à 30 % par rapport à une chaudière ancienne (de plus de 15 ans) selon l’ADEME.

Bien que le design de ces nouvelles chaudières soit plus compact donc plus discret, elles imposent certaines contraintes techniques lors de leur installation. Le fonctionnement même de la chaudière individuelle à condensation induit, la plupart du temps, une rénovation des conduits existants (en cas de réutilisation).

Raccordement individuel ou collectif : Faut-il rénover les conduits ?

Les chaudières à condensation produisent des fumées de faibles températures (50-60° C). Elles présentent donc un risque fort de condensation dans les conduits classiques. Le conduit doit pouvoir résister aux condensats et être étanche sinon ils pourraient à terme être altéré.

“ Pour éviter ce risque, il est donc interdit d’installer une chaudière à condensation sur des conduits collectifs ainsi que sur des conduits individuels maçonnés si ceux-ci ne font pas l’objet d’une rénovation.” – Mathieu Helbert, responsable Efficacité Énergétique au sein du Pôle Cegibat.

À ce propos, soulignons que les appareils raccordés à un conduit individuel peuvent être remplacés au cas par cas. En effet, ce type de conduit n’assure que l’évacuation des fumées de la chaudière raccordée. Sa rénovation est donc indépendante des installations des autres copropriétaires.

Pour le raccordement à un conduit collectif, c’est une tout autre histoire. Une rénovation globale s’impose dès lors que l’on souhaite installer des appareils à condensation.

En France, 5 configurations de conduits collectifs sont concernées en cas de rénovation : Alsace, Shunt, VMC-gaz, conduit d’Alvéoles technique gaz, conduit collectif pour chaudière étanche fonctionnant en tirage naturel (3CE).

Il existe des solutions de rénovation adaptées à toutes les typologies de conduits collectifs existants, excepté pour le cas de la VMC-gaz.

Des solutions de rénovation pour les conduits collectifs

Vous pouvez opter pour une solution au cas par cas

Cette solution est radicale puisqu’elle consiste à supprimer l’ancien raccordement au conduit collectif. La toute nouvelle chaudière à condensation étanche va évacuer ses fumées grâce à une ventouse placée en façade. Cette ventouse pourra également être placée en toiture dans l’hypothèse où le logement se trouve au dernier étage.

Compte tenu des modifications générées sur le bâtiment, un accord préalable et systématique de la copropriété s’impose. D’autre part, cette solution suppose que la pièce qui accueille la chaudière ventouse se trouve en périphérie du bâtiment.

La solution de rénovation globale

Cette solution propose la rénovation du conduit collectif ainsi que le remplacement de l’intégralité des chaudières raccordés à ce conduit. Cela induit un budget de travaux plus conséquent qui se révèle parfois complexe à mettre en œuvre. En effet cette rénovation globale du système de chauffage nécessite un vote de la majorité des copropriétaires.

“ Des actions de communication et de sensibilisation de la part du syndic, accompagné par un bureau d’études, doivent être menées sur cette problématique afin d’expliquer le bien fondé et l’intérêt général de cette rénovation.” – Mathieu Helbert.

 

Installation de chaudières individuelles à condensation sur un conduit collectif en rénovation. Accompagnement de copropriétaires à Bourgoin Jallieu (Isère).

C’est en effet le défi relevé par la copropriété des Lilattes lorsque les chaudières individuelles de cette copropriété de l’Isère ont commencé à tomber en panne. Le syndic a sensibilisé les 32 copropriétaires à l’installation de chaudières à condensation. Ce qui imposait également d’effectuer des travaux sur les conduits collectifs.

“ Il s’agit là d’une opération exemplaire ! Car la copropriété des Lilattes est l’une des premières à s’engager ainsi collectivement dans une telle rénovation énergétique.” – Samir Hassani, gestionnaire de copropriété au sein de la Régie Valexim by Bochard.

Le coût global de l’opération s’élève à 56 000 €. Au-delà des prix négociés pour l’achat groupé des chaudières, chaque copropriétaire a bénéficié, à titre individuel, des Certificats d’Économie d’Énergie, de crédits d’impôts. À noter, en raison du caractère exemplaire et précurseur de cette opération, la copropriété a perçu une aide exceptionnelle de la part de GRDF.

Cette réalisation à la copropriété des Lilattes est une réussite !

Cette rénovation globale du système de chauffage n’aura duré que trois semaines en période hors chauffe. Sans incidences sur le quotidien des habitants qui ont pu rester dans leur logement. Désormais, les copropriétaires profitent d’une véritable diminution de leur facture de chauffage pour un meilleur confort. Et, par la même occasion, la copropriété a augmenté sa valeur patrimoniale…

Des dispositifs financiers incitatifs

Les rénovations de chaudières individuelles raccordées à des conduits collectifs représentent un coût supplémentaire pour les copropriétaires. Toutefois, plusieurs aides ont été mises en place comme la prime « Coup de pouce chauffage et conduits d’évacuation » ou le dispositif MaPrimeRénov’ lancé au 1er janvier 2020.

 

aides pour les chaudières individuelles

 

Notons que pour favoriser la relance de l’économie, l’échéance du « Coup de pouce Chauffage », a été prolongée d’un an jusqu’au 31 décembre 2021. Tous les ménages peuvent bénéficier de cette offre. Les montants de primes attribués seront cependant différenciés en fonction de leurs niveaux de ressources.

En ce qui concerne le dispositif MaPrimeRénov’, le plan de relance, étend l’aide à l’ensemble des propriétaires occupants ainsi qu’aux copropriétés et aux propriétaires bailleurs. Aussi pour répondre à la forte demande, le budget de MaPrimeRénov a été rallongé de 185 millions d’euros en juin 2020, avant même le plan de relance.

Rappelons que la crise sanitaire a mis en difficulté le secteur du logement. Elle a considérablement ralenti les travaux de rénovation ou de construction. En soutien à ce secteur, le plan de relance prévoit un appui financier de 2 Md€ pour la rénovation des logements privés.

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support