Bâtiment refuge : préserver la santé et la sécurité sanitaire des occupants

Bâtiment refuge : préserver la santé et la sécurité sanitaire des occupants

Pour répondre aux enjeux sanitaires sur le long terme, nous devons concevoir des bâtiments sains et performants : le “bâtiment refuge”. Comment repenser le bâtiment pour préserver la santé et la sécurité sanitaire des occupants ? Le regard de Patrick Nossent, président de Certivéa, expert sur les enjeux des villes, infrastructures et bâtiments durables.

URMET 2020 – Bannière 1

Qualité sanitaire, flexibilité, connectivité, services : l’avènement du bâtiment refuge

Notre pays entame un long processus de déconfinement. Ce retour possible au bureau, à l’école, dans les magasins, impose des réaménagements et changements d’usages en urgence au sein des bâtis.

Sur le long terme, nous devons aller plus loin et concevoir des bâtiments sains et performants, qui assurent une fonction de refuge.

Du point de vue de l’Organisation Mondiale de la Santé, la santé se définit comme un état de bien-être physique, mental et social. Cela ne consiste pas seulement en une absence de maladie. La santé passe donc par le confort, la qualité des services, mais également la protection contre les évènements climatiques extrêmes.

Qualité du bâtiment, flexibilité des espaces, connectivité et bonnes pratiques vont jouer un rôle central pour la qualité de vie des occupants.

Les qualités intrinsèques du bâtiment : qualité de l’air intérieur, de l’eau et de l’entretien des espaces

  • Ventilation, filtres, mesure de la qualité de l’air intérieur ;
  • Qualité de l’eau, traitements d’entretien et décontamination des réseaux intérieurs ;
  • Mesure des polluants ;
  • Seuils d’ondes électromagnétiques ;
  • Matériaux antibactériens et faciles à entretenir ;
  • Espace de stockage des déchets, etc.

Accessibilité et flexibilité du bâtiment pour s’adapter aux besoins des usagers

  • Aménagements intérieurs modulables pour la gestion des flux de personnes, l’espacement des postes de travail ;
  • Modularité des usages d’un bâtiment, en particulier d’un bâtiment public.

La connectivité et le numérique pour garantir le maintien de toutes les interactions

  • Pour organiser le télétravail, nécessité de pouvoir compter sur des réseaux sécurisés, fiables avec des outils de partage et de collaboration en ligne ;
  • Services d’informations pour favoriser l’application des consignes sanitaires ;
  • Ouverture des portes sans contact ;
  • Nettoyage automatique des espaces sanitaires, etc.

Les services associés et bonnes pratiques pour préserver la santé et favoriser le mieux-être

  • Démarches d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail en entreprise avec politiques de sensibilisation aux enjeux sanitaires ;
  • Cellule d’écoute psychologique ;
  • Cabine médicale connectée pour bénéficier d’une téléconsultation ou check up santé ;
  • Salles de sport, salles de sieste, espace de restauration collective de qualité ;
  • Ergonomie des postes de travail, etc.

Bâtiment refuge : comment se prémunir durablement des chocs sanitaires et climatiques ?

Le bâtiment refuge doit permettre aux usagers de gérer les chocs climatiques comme sanitaires dans les meilleures conditions possibles. Les innovations en construction / rénovation et les règlementations incluent progressivement ces réalités.

Encore une fois, le secteur doit surtout participer à l’amélioration durable des cadres de vie. Cela suppose un engagement multi thématiques :

  • sobriété énergétique et installations bas carbones,
  • préservation de la biodiversité,
  • santé et confort des usagers,
  • performance économique des territoires.

Notons que pour accompagner les professionnels dans la prise en compte de l’ensemble de ces problématiques, la règlementation ne suffit pas à elle seule. Pour cette raison, les certifications volontaires en développement durable (HQE, R2S, OsmoZ) offrent ainsi des cadres méthodologiques.

En effet, ces certifications proposent des solutions de gestion de projet, des grilles d’évaluation, des référentiels de bonnes pratiques exemplaires… Tous ces outils valorisent les efforts entrepris par les professionnels.

Construire et préserver un cadre de vie durable et résilient suppose qu’on agisse de manière globale sur la qualité de vie, la préservation de l’environnement et la performance économique.

En conclusion, la certification des bâtiments privés ou publics et des infrastructures sur les enjeux de développement durable permet aux professionnels d’apporter une réponse holistique à ces enjeux.


À propos de Certivéa

Opérateur de services sur la performance durable des bâtiments non résidentiels, des infrastructures et des territoires, Certivea est un acteur majeur de la qualité de vie dans la ville durable. Filiale du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment et partenaire de l’Alliance HQE GBC France, Certivéa développe et commercialise l’offre HQE™ en France.


Guide des Pros 2020 (728×150)