Assurance emprunteur : Les Français paient trop cher

Assurance emprunteur : Les Français paient trop cher

À ce jour les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont historiquement bas (1% en moyenne). Désormais, le coût de l’assurance emprunteur pèse plus lourd que celui des intérêts. Pourtant, il est possible de passer par un assureur externe qui vous proposera un prix sur mesure…

Une délégation d’assurance emprunteur

Lors d’un investissement immobilier, les emprunteurs peuvent souscrire une assurance externe. Cette assurance prend en compte les risques réels pour chaque emprunteur et propose un prix sur mesure. Aussi appelée délégation d’assurance, cette opération permet d’économiser entre 6 500 et 15 000 € sur toute la durée du prêt.

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

À ce jour, de plus en plus d’emprunteur sont sensibles à cette question et décident de se tourner vers un organisme tiers. Néanmoins, la plateforme Hyperassur fait un constat intéressant concernant les détenteurs de crédit. Pour la plupart d’entre eux, ils connaissent encore mal cette assurance emprunteur. Ce qui rend difficile le choix du meilleur contrat. Car si l’assurance de prêt immobilier peut sembler simple à appréhender, elle cache néanmoins quelques notions essentielles à connaître.

“ Les économies potentielles, les droits des emprunteurs face aux banques, les éléments à prendre en compte lorsqu’on a un co-emprunteur… Ces informations que méconnait le grand public. Il nous a donc paru opportun de les synthétiser dans une infographie explicative et ludique. ” – Julien Fillaud, Directeur Général d’Hyperassur.

Une volonté pour faire jouer la concurrence

La crise sanitaire a déclenché une crise économique, qui conduit les Français à scruter leurs postes de dépenses. Aussi, les assurances constituent un levier de manœuvre. Désormais, les emprunteurs sont de plus en plus nombreux à faire jouer la concurrence pour leur crédit en cours.

“Les nouveaux emprunts restent majoritaires et représentent 58% des demandes de comparaison d’assurance de prêt. Cependant, les demandes de changement d’assurance de prêt sont en forte hausse : 42% en 2020 vs 24% en 2019 sur Hyperassur.” – Julien Fillaud.

La plateforme constate également que 82% des demandes de comparaison d’assurance emprunteur concernent l’acquisition d’une résidence principale. Le plus souvent, dans le cadre d’un achat pour un montant moyen de 200 000 €. D’ailleurs, c’est une démarche qui intéresse plutôt les hommes (60%) âgés de 46 ans en moyenne.

assurance emprunteur
source : Hyperassur

 

Enfin, il reste un défi de taille pour le marché, rendre le contenu d’assurance emprunteur compréhensible par tous. En effet, il y a un besoin d’effort de pédagogie tant du côté des banques, que du côté des assureurs. Car, les banques incluent cette assurance dans le crédit sans détailler les garanties du contrat ni le calcul du prix. Côté assureurs, on attend d’eux un plus accompagnement de l’internaute dans son parcours.

« En développant notre offre emprunteur, nous avons mené des tests utilisateurs. Cela confirme que les assurés sont souvent démunis face aux questions posées dans les formulaires de comparaison. Ce qui peut parfois amener à abandonner l’étude, et ainsi passer à côté d’une opportunité d’économie importante. » – Julien Fillaud

C’est pourquoi Hyperassur a entrepris ce travail d’éclairage. L’objectif est de rendre à l’emprunteur son autonomie face au monopole des banques.

3 notions clés pour bien cerner les enjeux d’une assurance emprunteur

Les garanties varient selon le type d’achat

Lors d’un accident de vie tel qu’un décès ou une invalidité, l’assurance emprunteur peut prendre en charge les mensualités de l’emprunteur. Elle peut aussi, rembourser intégralement le prêt immobilier de l’emprunteur à la banque.

Certaines garanties sont notamment obligatoires, comme la couverture décès-PTIA. Elle est incluse dans tous les contrats d’assurance de prêt. D’autres dépendent de l’usage du bien, notamment lors de l’achat d’une résidence principale ou secondaire. En effet, il faut rajouter les garanties IPT (Invalidité Permanente Totale) et ITT (Incapacité Totale Temporaire de travail). Toutefois, ce n’est pas nécessaire lors d’un investissement locatif.

Selon ses besoins, l’emprunteur peut également souscrire des garanties optionnelles. On parle alors de l’Invalidité Permanente Partielle (IPP), maladies non objectivables (dos et psy) ou bien perte d’emploi. Plus le contrat d’assurance choisi est couvrant, plus le prix de celui-ci augmente. Par ailleurs, les conditions d’application sont très strictes.

Enfin, les assurés doivent être vigilants quant au mode d’indemnisation. Afin d’éviter toute mauvaise surprise, ils doivent veiller au délai de carence et de franchise ainsi qu’aux exclusions de garanties.

Bien répartir l’assurance de prêt entre les co-emprunteurs

Parfois, deux acheteurs décident d’investir dans un même bien immobilier. Toutefois, l’assurance couvre séparément les emprunteurs. C’est pourquoi, répartir équitablement l’assurance entre ces deux personnes est nécessaire. C’est ce qu’on appelle la quotité.

À savoir qu’un prêt immobilier doit être couvert au minimum à 100% et au maximum à 200%. Plus la protection se renforce, plus le prix augmente. Donc dans le cas d’accident (ou décès) d’un des co-emprunteurs, l’assurance prendra en charge sa part du crédit. Celle-ci dépendra alors de la quotité choisie.

Il est important de faire le bon choix de la quotité. De fait, il pèse lourd dans le prix de l’assurance. Il est donc nécessaire de bien évaluer sa situation personnelle et professionnelle.

D’ailleurs, si les revenus des co-emprunteurs sont similaires, il est conseillé de répartir équitablement la quotité. Ainsi, en cas de décès ou invalidité, l’assurance remboursera la moitié du crédit et l’autre co-emprunteur continuera à rembourser sa part. Toutefois, le prix de l’assurance sera de moitié. Pour des revenus très inégaux entre les emprunteurs, il est conseillé de mettre 100% sur celui qui a les revenus les plus importants et 50% sur l’autre.

assurance de prêt
source : hyperassur

Prêt en cours: il est toujours possible de changer d’assurance emprunteur

Souscrire une assurance emprunteur ne veut pas dire être engagé jusqu’à la fin du remboursement du crédit ! Il est tout à fait possible de réaliser un changement même après la signature l’offre de prêt. En effet, durant la première année du crédit (loi Hamon), le changement est possible à tout moment et sans frais. Seul un préavis de 15 jours avant la date d’échéance est imposé.

Enfin, après un an de crédit (amendement Bourquin), le changement est aussi possible et sans frais. Cette fois-ci, le préavis est de 2 mois avant la date anniversaire du contrat. Cependant, une seule condition doit être respectée. Le nouveau contrat doit présenter des garanties équivalentes ou supérieures au contrat initial.

Pour éviter un refus de la banque, il est important de transmettre tous les documents dans les délais impartis. Attention, un devis n’est pas recevable. Aussi, l’emprunteur doit souscrire son nouveau contrat d’assurance avant de l’envoyer à la banque. Celle-ci a alors 10 jours pour accepter ou refuser la demande de délégation.

assurance emprunteur
source : hyperassur

Un coût très variable en fonction du profil de chacun

Alors que les banques proposent des contrats de groupe, les assureurs externes proposent des contrats individuels. Une solution qui s’avère bien plus intéressante. Car le prix proposé est personnalisé en fonction du profil de l’emprunteur.

Certains critères peuvent avoir un réel impact sur le coût de l’assurance. Tels que l’âge, l’état de santé, le fait d’exercer ou non une profession ou un sport à risques… Par exemple, pour les mêmes conditions d’emprunt, un couple fumeur paiera environ 2,5 fois plus cher son assurance de prêt qu’un couple non-fumeur.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150