Qualité du logement : ce que nous révèle le confinement

Qualité du logement : ce que nous révèle le confinement

Ville, campagne, maison ou appartement… La période de confinement a révélé l’importance de la qualité du logement pour les Français. Après ces longues semaines de confinement, comment les Français ont-ils vécu cette expérience dans leur logement ?

Des inégalités de logement selon Qualitel

Pour en avoir le cœur net, l’Association Qualitel et l’Institut Ipsos mènent l’enquête auprès de 2 600 personnes interrogées selon 63 questions et 17 critères de notation.

Privation de loisirs, télétravail, école à la maison… Les Français ont dû revisiter leur quotidien durant ces deux mois de confinement. On retrouve incontestablement la qualité du logement au centre de ces nouveaux modes de vies improvisés.

Perçu habituellement comme un “cocon”, le logement aide à vivre cette période pandémique inédite. À l’inverse chez certains, il a aussi contribué à des tensions supplémentaires.

L’importance de la qualité du logement

Un grand nombre de Français ont apprécié leur logement durant ces deux mois confinés. À savoir qu’une partie (34 %) affirme même pouvoir vivre en confinement, longtemps, sans problème.

Le plus souvent, il s’agit de personnes âgées de plus de 60 ans, vivant en couple et propriétaire d’une maison dans une commune rurale. D’après l’enquête, ce sont eux qui donnent la meilleure note quant à la qualité de leur logement avec 7,2/10. À contrario, ceux qui “commencent à en avoir marre” évoquent une note de 6,7/10.

Pourtant certains ressortent de cette période avec un lien renforcé à leur domicile. En effet, 37 % affirment avoir adoré leur logement durant le confinement.

À l’inverse, 20 % des Français (c’est-à-dire près de 8 millions de foyers) déclarent avoir mal-supporté leur logement durant la période de confinement. D’ailleurs, on retrouve parmi ces derniers, une sur-proportion de jeunes (28 % des moins de 35 ans), ou de personnes vivant seules (26 %). Il en est de même pour les personnes vivant en appartement (29 %). Ou celles avec des revenus modestes (32 % des personnes touchant moins de 1 250 € par mois).

La période de confinement est donc révélatrice de l’importance de la qualité du logement chez les Français.

Les facteurs contribuant à la qualité du logement

Vivre en agglomération, ou à la campagne

Sans grande surprise, les Français qui vivent à la campagne juge d’une qualité du logement favorable. Ces derniers vivent alors mieux le confinement. D’ailleurs, 65 % des personnes vivant dans des zones rurales estiment que leur logement est adapté pour vivre ce genre de période.

Les personnes vivant dans une grande métropole déclarent à 47 % avoir un logement adapté (35 % pour l’Île-de-France).

catégories-agglomération-qualitel-qualité-du-logement

Le Qualiscore ci-dessus est un indice de la qualité du logement perçue sur la base de 17 critères comme le confort thermique, l’isolation acoustique, ventilation, luminosité, etc.

Vivre en appartement ou en maison

Vivre en maison serait donc un avantage concret durant la période de confinement, contrairement à ceux qui vivent en appartement. Ces personnes vivant en appartement ne sont d’ailleurs que 28 % à penser que leur logement est adapté à cette situation. Contre 65 % des foyers vivant dans une maison.

maison-appartement-qualitel-qualité-logement

Statut de l’occupant et qualité du logement

Les propriétaires semblent noter plus généreusement leur bien en cette période de crise sanitaire. En effet, les propriétaires évaluent à 7,3/10 leur foyer par rapport aux locataires qui sont en moyenne autour des 6/10.

À savoir que ce sont ces mêmes propriétaires qui trouvent à 61 % que la qualité du logement est idéale (33 % pour les locataires).

L’espace : un véritable luxe

Ce n’est pas un secret, la surface d’un logement constitue un critère important afin de vivre aisément le confinement. À noter que seul 1 Français sur 4, habitant dans un logement de moins de 75 m2 (hors studio), juge son bien adapté au confinement. Cette proportion passe à près de 8 Français sur 10 pour ceux qui disposent d’un logement de plus de 120 m2.

espace-exterieur-qualitel-qualité-logement-confinement

Cette proportion s’explique par l’absence d’un espace extérieur à 52 %, d’une surface globale trop petite (49 %) ou encore l’absence d’une pièce pour s’isoler (33 %).

Vers de nouveaux horizons

Les Français vivant dans un appartement (38 %) constatent que cette crise sanitaire leur a donné envie de déménager. D’ailleurs, c’est aussi le cas pour 31 % des personnes vivant en agglomération parisienne.

Le constat est le même pour les parents. Effectivement, 41 % des personnes ayant des enfants en bas âge souhaitent déménager suite au confinement. Ces derniers ont davantage souffert d’un manque d’espace. Ces difficultés ont toutefois été anticipées puisqu’ils ont été nombreux à passer le confinement ailleurs que dans leur domicile principal (11 %).

Enfin, si 94 % des Français ont décidé de se confiner chez eux, 6 % ont préféré bouger afin de se confiner dans un autre logement. Non pas pour disposer d’un espace plus grand, mais surtout pour retrouver leur famille ou leurs proches (52 %).

Guide des Pros 2020 (728×150)

1 COMMENTAIRE

  1. Cette période a été très révélatrice en effet. J’ai la chance de ne pas être en centre-ville et de profiter d’une petite arrière-cour. C’est certain que si j’avais été ailleurs, j’aurais vite trouvé le confinement insupportable. Cependant, j’ai eu tout le loisir de me rendre compte des aménagements à faire !