Objets connectés dans l’habitat : du concept à la réalité !

Objets connectés dans l'habitat
Comment passer du concept de la maison intelligente à un usage réel des ménages ?

L’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat a réalisé avec l’institut Sociovision une étude sur « Les objets connectés dans l’habitat ». Comment passer du concept de la maison intelligente à un usage réel des ménages ?

 

Les objets connectés entrent-ils dans l’ère du quotidien ?

 

Une période charnière est en train de s’ouvrir, où les Objets Connectés de l’Habitat (OCH) sortent de la science-fiction pour entrer dans l’ère du quotidien. Désormais, si une partie des Français se dit prête à basculer, l’adoption massive va-t-elle se faire pour autant ?

Tout dépendra de leur capacité à se rendre vraiment utiles à leurs yeux. La question est de savoir s’ils vont devenir indispensables ou s’ils resteront à l’état d’accessoires ou de gadgets à la mode. Aujourd’hui, la question n’est pas tranchée, on est presque à 50/50 entre les « Pour » et les « Contre ».

 

Les freins sont clairement identifiés

 

En première position, on retrouve le prix, 83% des sondés pensent que ces objets sont réservés aux gens qui ont les moyens.

D’autant plus que leur utilité est parfois remise en cause ! Les geeks, les passionnés de technologie vont se faire plaisir. Mais pour les autres ce sont des gadgets inutiles qui en définitive vont nous compliquer la vie !

Sans compter, ceux qui expriment des craintes liées à l’espionnage, à la diffusion d’ondes nocives pour la santé ou encore un problème d’insuffisance d’autonomie des appareils qui peuvent engendrer des problèmes de sécurité.

Le seul moyen d’échapper à l’impression de gadgétisation et de convaincre une majorité de Français, c’est de répondre à de vrais besoins ! La seule question à se poser est : Qu’est-ce-que les Français font chez eux, et surtout sur ce qu’ils souhaitent y faire plus, mieux ou plus vite ?

 

Mise en avant de la performance technologique et l’innovation

 

Aujourd’hui les fabricants d’objets connectés pour l’habitat mais aussi pour tous les domaines, se concentrent sur la performance technologique des produits qu’ils proposent. Cette argumentation s’adresse encore à un public d’initiés, de geeks.

Pour qu’une nouvelle technologie investisse le marché et rentre dans les mœurs, elle doit donc apporter un réel bénéfice au consommateur.

Pour dépasser les réticences liées à la maison connectée, les fabricants devront intégrer les différents modes de relations aux objets connectés. Même si les objets connectés sont à la mode et que l’on en parle beaucoup, les marques doivent encore faire des efforts pour nous convaincre.

Elles doivent transformer les discours valorisant la technologie, l’innovation, la performance de l’objet, en discours de bénéfices consommateurs capables de séduire le plus grand nombre.

 

3 grandes catégories d’utilisateurs, pour quels usages ?

 

Pour alimenter la réflexion, l’étude Promotelec a analysé les usages possibles permettant de mettre en lumière 3 grandes catégories d’utilisateurs. Tous devront être pris en compte dans le discours des fabricants.

Pour faire simple, on a les « ouverts » (43%), les « fermés » (43%) et les indifférents (14%).

Parmi les ouverts, on retrouvera les « early-adopters », suréquipés en objets connectés ; les enthousiastes excités à l’idée de les utiliser dans leur maison pour tout contrôler à distance. Enfin les pragmatiques, moins équipés que la moyenne et plus exigeants sur la prise en charge des tâches ménagères et l’amélioration de leur confort au quotidien.

Parmi les fermés, on a les sceptiques pour qui ces objets représentent avant tout un danger. Ils se sentent dépassés et peu intéressés par la technologie et n’ont aucune intention d’équipement à court terme. Mais on a aussi les réfractaires qui ne veulent pas en entendre parler.

Enfin, les indifférents, ni pour ni contre qui attendent de voir. Ils constituent une marge de manœuvre à faire basculer chez les « ouverts » pour inverser la tendance. Familiers des objets connectés, ils ne les utilisent pas toujours personnellement. Pour eux, le plus important est de passer du temps avec leurs proches et leur famille.

L’étude Promotelec vient confirmer que les objets connectés ne sont pas seulement attendus autour de bénéfices rationnels (gain de temps, sécurité, économies), mais aussi autour de bénéfices émotionnels qui contribueront à donner le sentiment d’une « qualité de vie augmentée ».

Une condition indispensable pour que chacun puisse facilement se projeter dans sa maison du futur.

Etude Promotelec / Sociovision sur les Objets Connectés dans l’Habitat auprès de 1 625 personnes représentatives de la population française de 15 à 75 ans, administrée en ligne du 14 au 24 mai 2018.