Aller au contenu

Entretien

Mise aux normes électriques : l’installation de ma copropriété est-elle en conformité ?

L’installation électrique de votre copropriété doit respecter les normes électriques NF C 15-100 ainsi que tous ses amendements récents. Votre immeuble est ancien, votre installation dans les parties communes vétuste, il est peut-être temps de vous en préoccuper pour votre sécurité. En cas de sinistre, si un défaut de l’installation est avéré, l’indemnisation pourra être remise en cause.

La norme NF C 15-100 : Une réglementation qui s’applique aux installations électriques des parties communes en copropriété

La réglementation est très stricte en la matière pour limiter au maximum les éventuels dangers d’une installation vieillissante et notamment le risque d’incendie ou d’électrocution. Aussi pour assurer une protection maximale des occupants, il n’y a plus de distinction entre les normes portant sur la protection de l’installation électrique et des personnes. La règlementation couvre les systèmes électriques à basse tension dans les tous les immeubles d’habitation.

« Depuis 2010, la norme NF C 15-100 impose de nouveaux standards aussi bien dans les immeubles neufs que dans les bâtiments qui ont connu des rénovations importantes au niveau de leur système électrique, ou encore dans les locaux destinés à la vente ou à la location », indique Patrice de Sousa, directeur de pôle chez Sotrelec.

Par ailleurs un diagnostic électrique selon la norme XP C 16-600 doit être réalisé à l’occasion de la vente ou de la mise en location d’un logement dont l’installation électrique a plus de 15 ans. Ce diagnostic obligatoire ne concerne pas les parties communes. Cela paraît étonnant alors que l’on observe que 75% des parties communes présentent des risques de contacts directs avec des éléments sous tension (prises de terre, différentiel…)

 

Diagnostic, vérification de l’installation électrique et mise aux normes électriques

Le syndic de copropriété a une responsabilité vis-à-vis des copropriétaires et des tiers en cas d’accident ou d’incident ayant pris naissance dans les parties communes. Il doit notamment s’assurer de la mise en sécurité de l’installation électrique des parties communes de la copropriété. La mise à la terre de l’immeuble peut permettre d’engager une première étape de travaux électriques dans les parties communes. Avant d’engager des travaux lourds de rénovation, pensez à faire réaliser un audit complet de votre installation.

La présence d’une prise de terre fait partie des points essentiels de mise en sécurité de l’installation électrique. C’est une condition nécessaire pour que s’évacuent les courants de défaut et pour que les utilisateurs d’équipements soient hors de danger. La sécurité des personnes contre les chocs électriques repose sur l’association d’une protection principale contre les contacts directs et d’une protection complémentaire contre les contacts indirects en cas de défaut.




« À la suite d’une rénovation complète de votre bâtiment, en intégralité ou en partie, l’installation électrique doit impérativement faire l’objet d’une inspection détaillée. Nous contrôlons toute votre installation en vérifiant les décharges ponctuelles, surtensions, départs d’incendie potentiels avec pour objectif d’optimiser les charges énergétiques », explique Patrice de Sousa.

Par ailleurs, il peut être utile et rassurant pour des bâtiments anciens de faire appel à un service d’audit de votre installation électrique et de faire vérifier régulièrement la mise en conformité de votre installation. Vous aurez ainsi la garantie d’éviter tout incident en conservant dans la durée une installation électrique fiable.

L’installation électrique en immeuble nécessite une connaissance pointue des colonnes d’électricité, de leur distribution ainsi que des mesures de sécurité en cas de panne ou de surcharge. Vous devez pour cela faire appel à des électriciens professionnels et exiger la délivrance d’un certificat de conformité pour ce qui concerne les parties communes d’un immeuble d’habitation délivré par le Comité National pour la Sécurité des Usages de l’Électricité. EDF peut exiger cette attestation pour se déplacer sur l’installation et par exemple faire un changement de compteur.

Qui contacter pour faire un contrôle de l’installation électrique de votre copropriété ?

Malheureusement, il n’est pas rare de voir certaines copropriétés ne pas être aux normes électriques aujourd’hui. En effet, celles-ci peuvent évoluer avec le temps, et les immeubles qui ont été construits il y a de cela plusieurs décennies ne répondent pas toujours aux dernières réglementations en vigueur. Afin de prendre toutes les précautions, nous vous recommandons de vous rendre sur cette page de contrôle installation électrique qui vous permettra de prendre toutes les mesures nécessaires. En effet, cette entreprise peut se charger de vérifier si toutes les normes de sécurité sont détectées. Dans certains cas, une mauvaise installation peut être la cause de nombreux dysfonctionnements que vous aurez pu constater dans les parties communes ou encore au sein de votre appartement.

Afin d’en avoir le cœur net, n’attendez plus une seule seconde et demandez un devis à cette entreprise : vous pourriez ensuite très bien le soumettre au syndic de copropriété pour le faire valider.
En quelques minutes seulement, vous pourrez obtenir un prix pour contrôler l’installation électrique de votre copropriété, et cela est également valable si vous êtes une entreprise, ou si vous vivez dans une habitation individuelle.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire