Loi logement : Pour la création de la « résidence junior » pour les jeunes actifs

Loi logement : Pour la création de la « résidence junior » pour les jeunes actifs
www.openpartners.fr

La nouvelle loi Logement est actuellement en cours de préparation par le Gouvernement. Open Partners souhaite proposer la création d’une nouvelle catégorie d’habitat permettant la reconnaissance des jeunes actifs ayant besoin d’un logement adapté à leur situation.

Afin de combattre le mal-logement chez les jeunes, Open Partners, société d’investissement indépendante, souhaite créer une nouvelle catégorie d’habitat dédiée : la résidence junior, englobant à la fois les résidences universitaires, mais aussi les résidences dites « jeunes actifs ».

« Actuellement, la loi logement ne reconnaît que la résidence universitaire pour les étudiants, ce qui exclut les jeunes actifs. La création de la « résidence junior » permettrait de regrouper à la fois les résidences universitaires, mais aussi les résidences jeunes actifs exclusivement réservées aux jeunes, à la fois étudiants et/ou actifs, afin de proposer une offre de logements adaptée, répondant à la problématique du lien indissociable emploi/logement », indique Laurent Strichard, gérant d’Open Partners.

La création de la résidence junior présenterait plusieurs avantages

En premier lieu, il ne s’agit pas de remettre en cause les dispositions en vigueur ou de porter atteinte au régime du foyer des jeunes travailleurs qui relève du code de l’action sociale et des familles. Au contraire, la création des résidences spécifiques aux jeunes actifs, permettrait de résoudre les difficultés des jeunes qui ne sont pas accueillis en résidence universitaire et qui ne disposent pas d’une catégorie d’habitat dédiée. Elle répondrait aux nouvelles formes d’emploi des jeunes (formation en alternance, stage, apprentissage…).

« Cela clarifierait et uniformiserait l’état du droit relatif à la notion de résidence « jeunes actifs ». Actuellement, la réalisation de résidences dédiées aux jeunes donne lieu à des projets très divers et parfois très éloignés des qualités attendues », souligne Laurent Strichard.

Un impact positif pour le marché de l’emploi, pour lutter contre le mal-logement et favoriser l’entrepreneuriat

Les jeunes confrontés à une crise du logement et au chômage pourront ainsi faire face à leur essor démographique et à leur besoin de mobilité. La pression sur les logements classiques serait également diminuée. Cette démarche encourage le développement de logements adaptés aux étudiants et/ou aux jeunes actifs, du point de vue de leurs caractéristiques propres (régimes locatifs, architecture, …) et le développement des réseaux professionnels et du travail à distance en raison des services et équipements qui y seraient proposés.

« Si une telle proposition était retenue, elle impliquerait bien évidemment de modifier les dispositions du code de la construction et de l’habitation relatives au programme local de l’habitat afin que soient pris en compte dans les politiques des collectivités les besoins des jeunes actifs et pas seulement ceux des étudiants. En outre, pour déployer toute sa portée, elle devrait être complétée, au niveau réglementaire, par des règles spécifiques en matière fiscale, architecturale et d’accessibilité », précise Laurent Strichard.

L’allégement des coûts qui en résulterait permettrait un développement important de cette nouvelle catégorie d’habitat. Enfin, afin de faciliter cette évolution, Open Partners propose de modifier plusieurs dispositions réglementaires en vigueur visant les résidences universitaires afin de se référer plus largement aux résidences junior.

Pour rappel, les jeunes actifs âgés de 18 à 29 ans représentent plus de dix millions de personnes (INSEE). En absence d’Observatoire dédié, on estime de cinq cent mille à un million le déficit de logements pour cette population et cinq cent mille personnes ne pourraient accepter un emploi chaque année faute de logement.

Source : www.openpartners.fr