Location saisonnière : le bon plan ou la mauvaise idée ?

Location saisonnière : le bon plan ou la mauvaise idée ?

Propriétaire d’un appartement, vous souhaitez le mettre en location saisonnière ? Il s’agit d’une idée à la fois économique et astucieuse. Vous gagnerez de l’argent alors que votre logement sera habité et donc bien entretenu. Avant de vous lancer, on vous dit tout sur les bonnes pratiques et les règles à respecter.

Location saisonnière : le bon plan ?

En tant que propriétaire d’un logement, vous êtes le seul décideur. Vous pouvez décider d’acheter un bien immobilier pour en faire, votre résidence principale ou pour le louer. Certains se tournent vers la location saisonnière pour pouvoir en tirer profit. De quels avantages parle-t-on ?

URMET 2020 – Bannière 1

Des loyers mensuels qui compensent les charges

La location saisonnière peut être de courte ou de longue durée. Vous pouvez aussi bien louer votre logement à la nuitée à des touristes, ou sur une longue période à des étudiants.

L’avantage de la location saisonnière à courte durée apporte une rentabilité mensuelle plus importante. Pendant les périodes de vacances, les touristes préfèrent louer un logement au lieu d’un hôtel car c’est plus abordable.

Néanmoins, si vous réussissez à louer votre logement sur tous le mois, vous pourrez atteindre rapidement la barre des 2 000 euros mensuels.

De toute évidence, avec la location saisonnière, vous générez un revenu complémentaire considérable. Ainsi, ce revenu peut participer au remboursement du crédit et de différentes charges.

Supposons que vous avez dû opter pour un crédit afin d’acquérir votre propriété. Grâce à la location saisonnière, vous pouvez sans nul doute rembourser tous les frais (prix d’achat, frais de notaire, rénovation, aménagement, déménagement, etc.).

À tel point que certains investisseurs en locatif se vantent d’avoir créé un véritable patrimoine immobilier sans dépenser le moindre sou. En appliquant un système où les loyers mensuels compensent toutes les charges.

Aucun risque d’impayés de loyers

La location saisonnière vous permet de gérer au mieux le loyer du logement. Il n’y a donc pas de risque d’impayé puisque vous imposez à votre locataire de payer avant même d’aménager. Le bailleur comme le locataire ont l’esprit tranquille.

De plus, en tant que propriétaire, vous adaptez le calendrier comme bon vous semble. Vous choisissez le moment durant lequel vous souhaitez occuper les lieux, et selon vos besoins, décider de mettre votre habitation en location.

Une fiscalité avantageuse avec le régime micro-BIC

Mettre un logement en location, c’est s’adapter aux conditions de la fiscalité appropriée. Sur ce point encore, vous sortez gagnant. Comme il s’agit d’une location saisonnière, le logement est loué meublé. Vous avez alors le statut de « Loueur en meublé ».

Vous allez devoir choisir entre le régime micro-BIC (ou régime forfaitaire) et le régime réel. Votre décision dépend notamment du montant de vos recettes locatives.

Pour bénéficier d’un abattement de 50 % sur les recettes, celles-ci ne doivent pas dépasser 70 000 € sur l’année.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez choisir le « Régime du réel » où toutes les charges seront déduites de vos revenus locatifs.

La caution va garantir le bon entretien du logement

La location saisonnière est un bon plan à condition d’avoir de bons locataires. Il vous faudra imposer des règles. Toutefois, on observe que les logements occupés risquent moins de se dégrader pendant votre absence.

Le point fort est le versement d’une caution à l’arrivée. De ce fait, vos locataires ont tout intérêt à bien entretenir votre propriété.

En somme, la location saisonnière vous apporte beaucoup d’avantages. Pourtant, il faut aussi prendre en compte certains inconvénients qui peuvent vous amenez à penser qu’il s’agit plutôt d’une mauvaise idée…

Location saisonnière : la mauvaise idée ?

Avant d’aborder les risques, il est nécessaire de rappeler certains points à commencer par la durée maximale de la location.

S’il s’agit d’une résidence principale, la durée de location maximale est de 4 mois. D’où la limite des 120 jours de location saisonnière.

Rappelons que votre appartement est considéré comme votre résidence principale si vous y habitez au moins 8 mois dans l’année.

Votre bien peut être loué partiellement ou en totalité à usage exclusif. Toutefois pour bénéficier des 120 jours par an, vous devez louer la totalité de votre appartement sous peine d’être exposé à une amende civile définie par la loi ELAN.

Toutes ces conditions ne sont pas pourtant suffisantes pour éviter certaines contraintes liées à cette activité. Si vous êtes une personne très occupée, la location saisonnière de votre logement est une très mauvaise idée.

Dès la préparation jusqu’à la fin du contrat, vous devez être disponible. D’abord, il vous faut préparer l’annonce et le bouche-à-oreille ne suffit pas. Prendre des photos, rédiger l’annonce, la publier et suivre de près les réactions des internautes, ce n’est pas chose facile.

Une fois votre annonce publiée, et même avant, vous devez bien préparer le logement pour accueillir les locataires. Cet entretien peut coûter cher, sachant que les clients ont aussi leur part d’exigence : nettoyage, réparations, renforcement de la sécurité, etc.

Ne négligez pas les déplacements que vous devez réaliser. La location saisonnière étant de courte durée, vous êtes bien obligés de remettre les clés aux nouveaux locataires et de les reprendre ensuite, et ainsi de suite pour chaque client. Le mieux est donc d’habiter à proximité. De plus, vous allez devoir vous rendre disponible pour les visites, les appels et toutes les démarches obligatoires …

Concernant ce dernier point, quelles sont les règles strictes liées à la location saisonnière ?

Location saisonnière : les règles en vigueur à respecter

La location saisonnière est soumise à une règlementation stricte à ne pas négliger.

La déclaration auprès de la mairie

En général, il n’est pas nécessaire de faire de démarches en mairie pour mettre en location sa résidence principale. Toutefois, certaines communes obligent le propriétaire à déclarer sa résidence principale. C’est notamment le cas à Paris, Annecy, Aix-en-Provence, Biarritz, Bordeaux, Cannes, Lyon, Nice, Strasbourg, Toulouse, Tours.

Dans ce cas, vous devez absolument commencer des démarches bien claires auprès de la mairie. En effet, il vous faut un numéro de déclaration qui devra figurer dans vos annonces, quel que soit le support choisi. Cela justifie que vous êtes bien dans les règles, et cela mettra aussi en confiance vos futurs locataires.

Le délai maximal

La période locative d’une résidence principale ne doit pas excéder 120 jours dans l’année. Le non-respect de cette règle vous expose à des sanctions financières assez lourdes (Loi ELAN). En France, les autorités sont très strictes par rapport au respect de cette règlementation.

En revanche, s’il s’agit de votre résidence secondaire, la durée maximale de la location change en fonction de la localisation du logement. Il serait donc plus prudent de vous renseigner avant même de vous lancer dans la location saisonnière.

Pour un logement en copropriété

Dans le cas d’un appartement situé dans une copropriété. Vous devez obtenir l’accord de la copropriété.

Vous devez prendre en compte les impacts de cette location sur la vie privée de vos voisins. Ils doivent être mis au courant de toutes les informations nécessaires. Vous devez aussi consulter le règlement de copropriété pour éviter les litiges.

Car s’il est mentionné “usage d’habitation bourgeoise exclusive”, cette clause vous interdit la location saisonnière.

N’oubliez pas que le copropriétaire qui pratique la location meublée saisonnière de son bien, doit veiller au respect de la tranquillité de l’immeuble et de l’ensemble des autres copropriétaires.

En cas de nuisances de la part de son locataire, (cris, tapage nocturne, dégradation des parties communes…), le syndicat, représenté par son syndic, a qualité pour agir à l’encontre du copropriétaire pour trouble de jouissance ou trouble anormal de voisinage.

Par ailleurs, la demande d’autorisation temporaire de changement d’usage pour louer en saisonnier est obligatoire pour les copropriétés, mais aussi pour tous les bailleurs de résidences secondaires.

À Paris, la location saisonnière de sa résidence secondaire est encore plus complexe, le propriétaire doit demander l’autorisation de transformer son bien immobilier en local commercial.

Le choix d’un professionnel

La location saisonnière connaît aujourd’hui un essor considérable sur le marché immobilier. La concurrence étant assez rude, il faut disposer d’un minimum de compétence en la matière pour réussir son projet. Il faut passer par diverses étapes avant de conclure un contrat, sans compter les changements liés aux règlementations en vigueur.

Pour éviter les erreurs et les pièges, passer par un professionnel s’avère indispensable. Il saura répondre aux besoins des deux parties, loueur et locataire, et vous serez plus libre. À présent que vous êtes prêt à vous lancer, ne commettez plus d’erreurs et profitez de cette opportunité.

3 conseils pour réussir une location saisonnière

Une location saisonnière peut vous faire bénéficier de nombreux avantages. Voici 3 conseils pour ne pas mettre en péril tous vos profits.

  • Limiter le nombre de locataires : oui, la concurrence est rude, oui, vous avez besoin d’argent, mais attention, n’entassez pas trop de personnes dans votre logement. Fixez un nombre maximum d’occupants, bien adapté à la surface de l’habitation.
  • Décorer votre appartement  : préparer le bien pour accueillir les locataires amène aussi à l’embellir. C’est d’ailleurs une opération que vous devez réaliser avant les visites. Mettez de côté les vieux meubles et optez pour une déco plus moderne. Vous valoriserez votre logement et apporterez un atout majeur à votre offre. Ainsi, vous réussirez aussi à fidéliser la clientèle.
  • Tenir compte des avis clients : vous devez être à l’écoute de vos clients. N’hésitez pas à leur demander leur avis, ils se projetteront mieux dans leur logement de location. Imposez des règles, mais n’en faites pas trop.

Guide des Pros 2020 (728×150)