Incidents techniques : Combien coûtent-ils aux propriétaires-bailleurs ?

Incidents techniques : Combien coûtent-ils aux propriétaires-bailleurs ?

Flatlooker, spécialiste de la gestion locative en ligne, apporte un éclairage sur les incidents techniques imprévus auxquels sont confrontés les propriétaires-bailleurs. Quels sont les problèmes techniques les plus fréquents et combien coûte la gestion de ces imprévus ?

25 tâches à traiter entre propriétaire et locataire par an

Le propriétaire d’un logement en location est soumis à des obligations inscrites dans l’article 6 de la loi du 6 juillet 1989. En effet, il se doit de remettre au locataire un logement décent, en bon état d’usage et de réparation.

URMET 2020 – Bannière 1

Il est important, en matière de gestion locative, de posséder de bonnes connaissances juridiques ainsi qu’une certaine maîtrise du marché immobilier. Pourtant, cela n’est pas encore suffisant, car le propriétaire devra aussi prévoir du temps à consacrer à la gestion des incidents techniques imprévus.

Flatlooker qui a mené l’enquête à partir d’une analyse d’environ 1000 logements dont 60% se situe en région parisienne, dénombre ainsi 15 tâches prévisibles et 10 imprévues à traiter chaque année par le propriétaire.

incidents techniques à traiter

Parmi les tâches administratives prévisibles on retrouve :

  • Appels et quittances de loyers
  • Régularisation de charges
  • Indexation de loyers
  • Déclaration d’impôt

Parmi les tâches imprévues :

  • Retards de paiements, déclarations APL, déclaration assurances,…)
  • Gestion d’incidents techniques imprévus.

Quelle est l’origine de ces incidents ? Quelle est leur fréquence ?

Quelle est la fréquence des incidents techniques dans un logement ?

Les travaux de plomberie / chauffage sont les plus fréquents puisqu’ils interviennent en moyenne chaque année. L’électroménager et l’ameublement arrivent en seconde position, tous les deux ans.

Viennent ensuite, tous les deux ans et demi, les travaux réalisés suite à des dégâts des eaux. Parmi les travaux qui sont à envisager tous les 3 ans environ, on retrouve l’électricité, la serrurerie et l’huisserie.

fréquence des incidents techniques

Contrairement aux idées reçues, les incidents techniques qui se font les plus rares sont ceux touchants à l’humidité, l’aération ou la VMC (tous les 5 ans).

Rappelons toutefois que ces données dépendent de l’ancienneté du bien ainsi que de l’entretien de l’immeuble par les occupants et la copropriété.

Combien de temps faut-il pour résoudre ces incidents techniques ?

Il faut en moyenne 5 à 6 échanges pour régler ces incidents techniques. Selon l’origine du problème, cela peut prendre encore plus de temps. En effet, on dépend de la réactivité de tierces parties : syndic, artisans, assurances, etc.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la gestion d’un grand appartement n’est pas beaucoup plus consommateur de temps qu’un petit. Le plus souvent, on est confronté à des problèmes de plomberie ou des interactions d’ordre administratives. Or, l’administratif n’est pas plus chronophage sur un T4 que sur un T3.

Quel est le coût moyen envisagé ?

En moyenne, un propriétaire de logement en location devra dépenser 240 euros à l’année en gestion courante sans compter la rénovation partielle ou complète du logement.

Coût des incidents techniques

On note que les travaux de plomberie / chauffage représentent 40 % du budget moyen annuel soit environ 96 € TTC. C’est un poste important pour le propriétaire. Bien que bien moins fréquents, les interventions liées à des incidents techniques portant sur des problèmes d’humidité et d’aération peuvent se révéler bien plus coûteuses : 17 % du budget au total.

“ En région parisienne, lorsqu’un locataire déclare un incident à la charge du bailleur, celui-ci déboursera rarement moins d’une centaine d’euros. Il doit faire appel à un professionnel qui facturera son déplacement, sa main d'œuvre, la fourniture des pièces et les taxes associées… Ce qui fait vite monter la facture”, explique Nicolas Parisot, Cofondateur de Flatlooker.

Aération : 75-100 € à plus de 1000 €

Si vous tardez à traiter les problèmes d’humidité, la facture peut atteindre facilement les 1000 € et plus. Il faudra alors réaliser des travaux pour créer de nouvelle grilles d’aération, traiter les murs contre la moisissure ou encore repeindre la pièce concernée…

Volets : 100-150 € jusqu’à 900 €

La réparation simple d’un volet roulant est facturé généralement entre 100 et 150 €. En revanche, la fourniture et le remplacement total d’un volet roulant de marque premium sur une grande fenêtre peut monter jusqu’à 900 €.

Huisserie : 100 € à 700 €

Un propriétaire dépensera rarement moins de 100 € pour le graissage et le meulage d’une porte bloquée. Pour le remplacement complet d’une porte d’entrée, il faudra compter au minimum 700 € pour une porte en bois simple. Toutefois, les prix peuvent s’envoler à plusieurs milliers d’euros pour le remplacement d’une porte blindée.

Plomberie / Chauffage : de 100 € à 1000 €

Un simple remplacement de robinet sera facturé autour de 100 €. Par contre pour le remplacement d’un chauffe-eau et dépose en décharge, il faudra compter pas moins de 1000 €.

Électroménager : de 75 € à 600 €

Dans le cadre d’un logement loué en meublé, le propriétaire doit prendre en charge les panne des équipements dues à leur usure normale. En cas de changement d’un gros équipement comme le réfrigérateur ou le lave-linge, le coût tout compris se situe autour de 500-600 €.

Serrurerie : de 50 € à 1000 €

La serrurerie peut faire l’objet d’une fourchette de prix très large en fonction de l’incident technique. Par exemple, pour effectuer un double de clés, on pourra dépenser autour de 50 €. S’il s’agit, par contre, d’une ouverture de porte et d’un remplacement de serrure 3 points, la facture peut grimper entre 500 € et 1000 €.

“Les problématiques de serrurerie restent la source de conflit la plus importante. Un changement de serrure est généralement coûteux et fait dans l’urgence par le locataire. Pour éviter les mauvaises surprises, il faut prévenir son bailleur avant d’avancer des frais pour déterminer à qui incombe la charge des réparations”, explique Nicolas Parisot.

Tous ces coûts sont basés sur des prestations complètes comprenant fourniture, déplacement, main d'œuvre, taxes en région parisienne sur l’année 2019.

Guide des Pros 2020 (728×150)