Habitat indigne : la Fondation Abbé-Pierre réclame en urgence une politique nationale ambitieuse

Habitat indigne
De 900.000 à 1.300.000 personnes, sont contraintes de vivre dans des conditions d’habitat dangereuses et indignes.

Le drame des effondrements d’immeubles à Marseille a mis en avant l’urgence d’affronter une réalité, celle d’un habitat indigne qui touche 600.000 logements en France. La solution : rénover environ 60.000 logements chaque année pendant 10 ans.

 

Habitat indigne : un phénomène massif associé à une crise du logement

 

Selon la Fondation Abbé Pierre, de 900.000 à 1.300.000 personnes, sont contraintes de vivre dans des conditions d’habitat dangereuses et indignes.

Tous les territoires sont touchés, très présent dans des centres anciens de grandes agglomérations, l’habitat indigne se retrouve aussi bien en zones périurbaines que dans les villages et les territoires ruraux. D’ailleurs, ce phénomène reste bien souvent « invisible », de l’extérieur, rien ne transparaît.

La crise du logement limite le nombre de logements accessibles aux ménages pauvres et les loyers restent trop élevés dans le parc privé. Faute de solutions, des ménages se logent dans des conditions dangereuses pour leur santé et leur sécurité.

Certains ménages bien que propriétaires ont été tentés par l’acquisition d’un appartement dans une copropriété dégradée ou d’un logement à rénover. Dans les deux cas, le poids des charges s’alourdit avec l’ampleur des travaux à réaliser.

Pour les moins protégés, devenir propriétaire se révèle parfois une cruelle impasse.

 

Des opérations sur le terrain assorties d’obligations de résultats

 

Le gouvernement multiplie les annonces percutantes contre les « marchands de sommeil », phénomène révoltant et contre lequel il faut agir effectivement avec détermination. Certes, il a mis en place récemment deux plans : le plan « Initiatives Copropriétés » et le programme « Action Cœur de ville ».

Des mesures sont prises également pour lutter contre les « marchands de sommeil ». Mais l’ensemble des territoires n’est pas encore engagé dans ces opérations et les procédures coercitives peinent à aboutir.

Dans ce type de situations, l’accompagnement des occupants est déterminant. Il faut absolument que le locataire ou le propriétaire occupant soit informé, rassuré et suivi dans la durée. Il est nécessaire de pouvoir financer l’accompagnement socio-technique des propriétaires occupants ainsi qu’un soutien juridique des locataires, pour leur permettre de connaître et défendre leurs droits.

 

60.000 logements indignes à rénover chaque année pendant 10 ans

 

À l’heure actuelle, les objectifs fixés à l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah), sont seulement de 10.000 à 15.000 logements à traiter par an. En 2017 par exemple, seuls 78% des 14.500 logements visés ont été rénovés.

La Fondation Abbé Pierre demande donc au gouvernement d’engager sans tarder un ambitieux plan national de lutte contre l’habitat indigne, avec une véritable volonté programmatique.

Pour la Fondation, La bataille contre l’habitat indigne ne pourra être gagnée que lorsque la crise du logement sera enrayée par la mise en œuvre de toutes les mesures portées depuis des années par les associations et la Fondation Abbé Pierre :

➡ Production massive de logements à loyers abordables,

➡ Encadrement des loyers en secteurs tendus,

➡ Augmentation des APL,

➡ Accélération de la politique du logement,

➡ Intensification de la prévention des expulsions locatives,

➡ Renforcement des moyens pour les quartiers en politique de la ville…