Financement des travaux de rénovation énergétique : un bilan record pour les certificats d’économie d’énergie

certificats d'économie d'énergie
Un bilan record pour les certificats d'économie d'énergie.

Financement des travaux de rénovation énergétique par les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) : adhésion record des particuliers en 2018, encouragés par les mesures et incitations gouvernementales.

2018, une année riche en éco-mesures gouvernementales

 

Entre hausse du prix de l’énergie et dégradation du pouvoir d’achat, les travaux de rénovation pourtant jugés nécessaires par une majorité de Français pèsent sur le budget des ménages.

Dans contexte où la question du coût de la rénovation est bien souvent au cœur de toutes les préoccupations, on peut dire que toutes les mesures et incitations gouvernementales sont les bienvenues.

En effet, l’année 2018 a été marquée par le renforcement de la mobilisation de l’Etat sur les enjeux de transition écologique avec des versements de certificats d’économie d’énergie (CEE) records en 2018… Et une nouvelle hausse au 1er trimestre 2019 sous l’effet des « coups de pouce économies d’énergie ».

Le lancement de la quatrième période des CEE (2018-2020) doit consacrer six milliards d’euros aux travaux d’économie d’énergie. De plus, le Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE) a été reconduit tout comme la campagne FAIRE ont permis à de nombreux particuliers de s’engager dans des travaux de rénovation énergétique.

2018 a été une année exceptionnelle à bien des égards. Tout d’abord, il n’y a jamais eu autant de demandes de CEE, ce qui signifie que les particuliers n’ont jamais été aussi nombreux à engager des travaux de rénovation énergétique. Le montant des primes que nous avons reversées a atteint un niveau record, et il continue à augmenter en 2019.

Nicolas MOULIN, fondateur de PrimesEnergie.fr

Pub Syndic Galian
Koproo solution ProArchives

Des versements de Certificats d’économie d’énergie records en 2018

 

Le recours aux certificats d’économie d’énergie (CEE), reste encore méconnu du grand public. Mais le dispositif s’impose aujourd’hui comme l’un des principaux leviers pour accélérer la transition énergétique du pays.

Ainsi, depuis leur lancement en 2006, les CEE auraient permis d’économiser 1.700 Térawattheures cumac* (TWhc), soit l’équivalent de la consommation énergétique de 17 millions de Français pendant 15 ans. Et entre 2018 et 2020, on estime à 10 milliards d’euros les économies réalisées chaque année par les consommateurs par leur intermédiaire.

La prime CEE représente un montant de 205.800.000 euros versés à plus de 180.000 bénéficiaires en 2018 en hausse de 44% en termes de financement.

L’Auvergne-Rhône-Alpes et le Grand-Est sont en tête du classement des régions ayant le plus bénéficié des CEE en 2018. Ces deux régions, par ailleurs particulièrement touchées par la précarité énergétique, ont le plus bénéficié du dispositif. La Nouvelle Aquitaine (12,2%), l’Occitanie (10,9%) et l’Ile-de-France (9,1%) complètent le TOP 5 national.

A noter que le montant moyen des CEE reversés aux ménages en 2018, a augmenté de 25% par rapport à 2017 pour atteindre 1143€.

Parmi les explications de cette augmentation : les obligations plus importantes imposées par le Ministère de la transition écologique et solidaire aux fournisseurs d’énergie en matière de financement de la rénovation énergétique, rendant le dispositif des primes énergie particulièrement avantageux.

« Coup de pouce chauffage » : un impact direct sur le montant des CEE

 

Début 2019, le gouvernement lançait un nouveau « coup de pouce chauffage » afin d’accélérer le remplacement de vieilles chaudières par des systèmes à haute performance énergétique. A la clé, des primes pouvant atteindre 4000€, bien loin des 426€ reversés en moyenne l’an passé.

Lancée en 2017 dans le cadre de l’opération « coup de pouce économie d’énergie », la Prime Conversion Chaudière – ciblant en particulier les ménages les plus modestes pour encourager l’équipement d’un système de chauffage récent et écologique – a rencontré un tel succès, que les ménages ont été de plus en plus nombreux à entreprendre des travaux de chauffage.

Nicolas MOULIN, fondateur de PrimesEnergie.fr

En effet, les travaux de chauffage représentaient 32% du nombre total de travaux engagés par les ménages en 2018, contre 25% en 2017. Sur le premier trimestre 2019, au niveau national, le « coup de pouce chauffage » a généré plus de lancements de chantiers que le « coup de pouce isolation » soit 23.169 contre 21.465.

Ce coup de pouce a aussi favorisé une hausse de +69% du montant moyen des primes énergie reversées en un an, soit 1647€ en moyenne sur le premier trimestre 2019.

Ce niveau sans précédent est 4 fois supérieur aux primes reversées il y a à peine trois ans… Le nombre de ménages bénéficiaires est lui aussi en hausse de +78% sur le premier trimestre 2019 sur la même période en 2018.

Nicolas MOULIN