Colocation : Forte augmentation des loyers en Ile-de-France

Colocation : Forte augmentation des loyers en Ile-de-France
www.appartager.com

Pour cette rentrée estudiantine, si les loyers au niveau national augmentent peu, passant de 488 € au premier trimestre 2017, à 494 € pour ce troisième trimestre, ils sont en forte progression en région Ile-de-France.

Cela peut s’expliquer, par la rentrée étudiante qui amène très souvent des renouvellements de bail qui permettent au propriétaire d’augmenter le loyer et qui créé en plus un véritable effet d’aubaine puisque la demande étudiante est très forte dans la région durant cette période. Enfin, en toile de fond on retrouve bien entendu l’augmentation des prix de l’immobilier qui se répercute sur le marché de la colocation.

Fissure immeuble – Acces BTP – 728×150

Mais les loyers en colocation sont en moyenne 30% moins chers que ceux des  studios et les économies réalisées sur le mobilier ou encore les charges locatives (électricité, gaz, internet …) sont également à prendre en compte.

Les alternatives à Paris : Saint-Denis, Cergy et Montreuil

Les trois villes en Ile-de-France où l’offre de colocation est la plus forte sont SaintDenis, Cergy et Montreuil. Situées en banlieue proche ou à proximité d’établissements scolaires, elles restent une alternative intéressante pour de nombreux étudiants dont le budget ne leur permet pas de trouver un logement dans Paris intramuros.

En effet, le montant du loyer dans ces dernières est en dessous de la moyenne régionale (647 €), puisqu’il en coûtera en moyenne 527 € pour se loger à Saint-Denis, 459 € à Cergy et 556 € à Montreuil. Outre les raisons budgétaires, cette solution est de plus en plus envisagée du fait du développement du réseau de transports en commun, de l’espace et du calme que l’on peut retrouver au-delà du périphérique.

Au contraire, la ville de Levallois-Perret avec un loyer moyen en colocation de 700 €, est la plus chère d’Ile-de-France, suivie par Neuilly-sur-Seine avec 680 € et BoulogneBillancourt avec 649 €.

Paris : le 11e arrondissement, le plus recherché en colocation

A Paris, pour les colocations tous les arrondissements ne sont pas logés à la même enseigne. Quartier vivant et reconnu pour son atmosphère populaire, le 11ème arrondissement est le plus prisé des locataires (14% des recherches spécifiques sur Paris). Il est suivi de près par le 15ème arrondissement (13%), souvent loué pour sa qualité de vie. Suivent enfin les 17, 18 et 10ème arrondissement, très vivants et au caractère typiquement parisien.

Recrudescence de la demande étudiante

Alors qu’au premier trimestre 2017, la demande était en majorité composée par des salariés (45% contre 40% pour les étudiants), c’est sans surprise que l’ont constate un fort retour de la demande étudiante pour des colocations. Elles constituent en effet 58% des demandes contre 32% pour les salariés. La part des retraités reste quant à elle très faible mais stable avec moins de 1% des demandes.

Loyer moyen par catégorie

Le baromètre du 1er trimestre 2017 mettait en lumière des différences de prix des loyers en fonction de la catégorie des personnes proposant l’offre de colocation. Les loyers sont notamment plus élevés lorsque le propriétaire ne vit pas dans la colocation (449 € contre 478 € pour une colocation avec le propriétaire) et augmentent encore lorsque la location est gérée par une agence (530 € en moyenne).

Budget moyen par activité

Le budget prévisionnel moyen des colocataires pour cette rentrée 2017 est en légère hausse par rapport au 1er trimestre. Il s’élève aujourd’hui à 494 € contre 488 € auparavant. Lorsque l’on observe les chiffres par activité, le budget des salariés reste le plus élevé (546 €), il est suivi de celui des étudiants (471 €). Celui des retraités est encore le plus faible avec 424 € en moyenne au 3ème trimestre.

Ce qu’acceptent les propriétaires au sein de leur logement

Généralement, colocation et couples ne font bon ménage pas. D’ailleurs, seuls 16% des propriétaires les acceptent dans leur logement. Plusieurs raisons peuvent être avancées et notamment le risque que les deux personnes s’isolent au détriment de l’atmosphère de la colocation.

D’autre part, seulement 6% des propriétaires autorisent les enfants au sein de leur logement. Le nombre de familles monoparentales est cependant en forte progression et les annonces de parents seuls sont de plus en plus nombreuses. Les propriétaires sont enfin relativement réticents à autoriser les animaux (8,6% l’autorisent). Leur interdiction au sein d’un contrat de location n’est pas légale, toutefois, le législateur a dressé une liste des animaux interdits dans une location, a fortiori dans une colocation, et ce afin d’assurer la protection des biens et des personnes. A titre d’exemple, les chiens des catégories 1 et 2, tels que les chiens de garde et de défense appartenant notamment à la race des Rottweilers ne sont pas autorisés.

Source : www.appartager.com

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)