Aller au contenu

Diagnostics

Choisir son logement : quels sont les critères qui comptent le plus ?

Choisir son logement

Cette année, le Baromètre QUALITEL, réalisé en partenariat avec IPSOS, s’intéresse à l’étape cruciale du choix du nouveau domicile. Comment bien choisir son logement ? Quels sont les critères indispensables avant l’achat ? Doit-on faire des compromis ? Peut-on éviter les mauvaises surprises ? Autant de questions auxquelles répond la 6ème édition de ce baromètre.

Quels sont les critères pour choisir son logement idéal ?

Le logement occupe une place centrale dans nos vies. Il est aussi le premier poste de dépenses pour une majorité de ménages. Alors au moment de choisir son logement, les critères de sélection sont déterminants. Or les Français sont-ils bien conscients des critères liés à la qualité des logements ? Pas si sûr et pourtant ils vont conditionner la qualité de vie des occupants pour de nombreuses années !

Durant ces cinq dernières années, l’environnement très anxiogène a renforcé le sentiment de protection qu’apporte la propriété d’un logement. Comme le souligne Brice Teinturier, directeur général délégué Ipsos, cette période a revalorisé le “logement cocon”. Ainsi, les attentes sont plus fortes tant sur le plan affectif que fonctionnel.

Par ailleurs, le choix pour la maison individuelle est toujours confirmé (58 %). Ce souhait est encore renforcé chez les jeunes propriétaires de moins de 35 ans et les couples avec enfants. De même, les Français ont une préférence pour les logements en ville ou en zone urbaine (61%). On observe également une orientation plus prononcée pour l’achat dans l’existant (48%).

Le Top 3 des critères indispensables pour choisir son logement

Toutefois, au-delà de cet idéal, certains critères ne font l’objet d’aucun compromis. C’est le cas du prix et de la présence d’un espace extérieur placés au même niveau (59%). Pour autant, en appartement, le nombre de pièces prime sur l’espace. Enfin, de plus en plus de ménages veulent pouvoir garer leur voiture. C’est pourquoi la présence d’un parking est devenue un critère indispensable (51%).

Top 3 des critères pour choisir son logement

Les critères indispensables pour choisir son logement

 

Ce qui est surprenant, c’est que très peu de propriétaires se projettent dans l’avenir. Bien qu’ils pensent faire un achat pour la vie, ils ne pensent pas aux vieux jours ! Seulement 12 % des sondés cite le critère d’adaptabilité du logement aux personnes âgées ou à mobilité réduite. Plus surprenant encore, ils ne sont que 18 % parmi les 60 ans et plus à se préoccuper de cette question au moment de choisir son logement.

Les critères pour l’achat d’un appartement

Les critères pour l’achat d’un appartement

Choisir son logement : une prise de décision rapide sous pression

Le parcours de recherche s’exerce le plus souvent sous pression. Alors que le marché est tendu, les futurs acquéreurs sont confrontés à une concurrence forte. Quant aux visites, elles s’enchainent et sont peu poussées. La décision se prend rapidement et s’avère stressante, en particulier, pour les jeunes de moins de 35 ans. C’est-à-dire les primo-accédants.

En effet, 84 % des acquéreurs ont visité 1 à 2 fois le bien immobilier avant de faire une offre. Ce n’est certainement pas suffisamment, surtout lorsque l’on doit faire son offre en moins d’une semaine pour avoir une chance de remporter ce bien !

Dans ces conditions, comment peut-on acheter un bien qui représente un projet de vie et un engagement financier durablement ? On le sait, pendant les visites, c’est souvent l’émotion qui l’emporte. Pour autant, notre idéal d’achat doit laisser la place à la vigilance. Il faut donc choisir son logement en priorisant les critères essentiels qui répondent à ses vrais besoins.

La visite, une étape décisive pour choir son logement

En cela, on regrette que les visites ne soient pas suffisamment poussées lorsqu’il s’agit de choisir son logement. Ainsi, les acquéreurs ne sont pas attentifs à certains critères qui déterminent la qualité de vie dans le logement.

Notons parmi ces derniers :

  • la date de construction,
  • le niveau de sécurité,
  • la classe du DPE, le système de ventilation,
  • l’adaptabilité aux personnes âgées, etc.
Les points clés à surveiller pendant la visite

Les points clés à renforcer pendant la visite

 

Toutefois, ils sont plutôt attentifs aux vitrages et à l’état général des fenêtres (88 %), la superficie des pièces (87 %), leur organisation et agencement, l’état des murs, le type de chauffage (individuel ou collectif), etc.

Les propriétaires ont dû faire des compromis

Enfin, à l’heure des choix, 78 % des acquéreurs ont dû faire des compromis.

des compromis au moment de choisir son logement

Les critères indispensables pour lesquels j’ai dû faire des compromis

Et, dans ce cas, même les critères les plus indispensables ou importants, au début de la recherche, peuvent être concernés :

  • Le prix, pour 18 % des acquéreurs. Puisque le prix d’achat est de 12 % en moyenne plus élevé que le budget initial envisagé ;
  • La superficie de certaines pièces, pour 17 % des acquéreurs. Ils ont perdu 16 % en moyenne du nombre de m² sur la superficie globale.

L’achat d’un logement peut réserver des mauvaises surprises et des travaux imprévus

Une fois installé dans son nouveau logement, les propriétaires font des découvertes ! C’est pourquoi plus des deux tiers déclarent avoir eu au moins une mauvaise surprise.

“Un certain nombre de points ne sont pas forcément visibles. Ce sont des points techniques, mais également d’autres relatifs à la qualité d’usage ou au confort.” – Antoine Desbarrières, directeur de l’Association Qualitel.

En effet, parmi les points non visibles et difficiles à appréhender, on retrouve le plus souvent, le confort acoustique. De même, l’exposition, l’ensoleillement, est délicat à déterminer selon le moment de la visite.

Le Top 5 des mauvaises surprises

  • Le froid l’hiver, pour 17 %. les problèmes d’isolation sont en tête de liste ;
  • Le bruit des voisins, pour 16 % ;
  • La chaleur l’été, pour 13 % ;
  • Le bruit de la rue, pour 12 % ;
  • Les charges, les dépenses, pour 11 %.

des aspects que je n’avais pas remarqués

 

Ainsi, la date de construction des logements se révèle être l’un des facteurs clés des mauvaises surprises. Dans les logements récents, on est surpris par la chaleur l’été et le manque d’espace. Alors que pour les logements anciens, ce sera plutôt le froid et l’humidité qui dérangent le plus les propriétaires.

Des travaux imprévus à la clé

Ces mauvaises surprises peuvent entraîner des travaux imprévus. Ainsi, 52 % des propriétaires interrogés ont eu conscience de la nécessité de réaliser des travaux après l’achat !

Globalement, il s’agit de travaux d’embellissement (peintures, revêtements, etc. Mais, pour 45 %, il est question de la réfection complète d’une ou de plusieurs pièces. Ou encore pour 34 % de la réfection ou le remplacement d’un équipement. Or ces travaux peuvent représenter une enveloppe comprise entre 10 000 € et 50 000 €.

Des conséquences sur la perception de la qualité de son logement

En effet, ces mauvaises surprises influencent la perception de la qualité de son logement. Cela va avoir pour résultat d’inciter les propriétaires à changer de logement. Ainsi, 44 % des propriétaires qui ont acquis un logement il y a moins de 5 ans souhaitent en changer dont 28 % à court ou moyen terme.

Alors, est-ce que l’on aurait pu éviter cette situation au moment de choisir son logement ? Certainement, avec d’avantage d’attention lors des visites. Par exemple, 45 % des propriétaires qui ont eu des mauvaises surprises sur les charges n’avaient pas été attentifs à la classe du DPE. C’est aussi le cas de 32 % des propriétaires qui ont eu des mauvaises surprises sur l’isolation acoustique. Ils n’avaient pas été attentifs aux nuisances sonores.

Un accompagnement lors d’un futur achat

C’est pourquoi, près de la moitié des propriétaires (47 %) aimeraient être accompagnés pour un futur achat. En cela, le propriétaire souhaiterait faire appel à un professionnel du bâtiment pour choisir son logement. Il pourrait alors faire évaluer l’état du bien lors des visites.

“Il faut renforcer l’information sur les points d’insatisfaction potentiels des Français au moment de l’achat d’un logement. Qu’il s’agisse du confort acoustique, thermique, de la qualité de l’air et de la performance énergétique.” – Antoine Desbarrières.

Certes, les professionnels doivent être sensibilisés à ces questions pour bien conseiller leurs clients afin de bien choisir son logement. D’ailleurs, Qualitel souhaite mettre en place les conseils d’un tiers sachant non partie prenante de la transaction. Ce dernier pourrait ainsi attirer l’attention de l’acquéreur sur les points clés. De toute évidence, les outils comme le Qualiscore contribuent à renforcer la prise de conscience sur ces enjeux majeurs.

Méthodologie

Enquête réalisée en avril 2022, auprès de 3 056 personnes, dont 1 664 ayant changé de logement au cours des 5 dernières années.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire