Aller au contenu

Equipements

Bornes de recharge : il faut accélérer le déploiement dans les copropriétés

Delphine Merle, cofondatrice de White Bird

Moins de 2% du parc résidentiel collectif seraient aujourd’hui équipés. Alors que le marché de l’électrique explose et que les recharges s’effectuent très majoritairement à domicile. Il serait temps que les copropriétés s’équipent d’infrastructures de bornes de recharge. En cela, le droit à la prise ne constitue-t-il pas un nouvel enjeu pour les syndics ? Delphine Merle, cofondatrice de White Bird, l’administration de biens nouvelle génération, nous apporte son éclairage.

Moins de 2% des copropriétés sont équipées de bornes de recharge

On estime qu’1 voiture vendue sur 3 sera électrique d’ici 10 ans. En effet, selon l’Avere, les voitures électriques et hybrides rechargeables ont vu leurs ventes progresser de + 62% en 2021.

bornes de recharge en copropriété

Moins de 2% des copropriétés sont équipées de bornes de recharge

 

Le marché de l’électrique explose aussi, car il répond à une réalité environnementale et économique. Aussi, les transports terrestres s’orientent vers la décarbonisation pour répondre à l’urgence climatique. Or, l’électrification du parc automobile et la disponibilité des bornes de recharge reste encore un frein au déploiement à grande échelle. C’est un vrai sujet alors que le gouvernement ambitionne d’atteindre un million de véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation d’ici fin 2022.

En ce qui concerne les bâtiments résidentiels neufs, ils ont désormais l’obligation de pré-équiper l’ensemble des places de stationnement de bornes de recharge. La seule condition : le parking doit contenir au moins 10 places. Mais, pour le parc existant, on est loin du compte. Ainsi, d’après une récente étude OpinionWay pour Engie, deux tiers des Français estiment que la rareté des bornes de recharge constitue le frein principal au développement du véhicule électrique.

Les copropriétés sont au cœur de la mobilité électrique

90% des recharges sont effectuées aujourd’hui à domicile. De toute évidence, les infrastructures de bornes de recharge sont amenées à devenir un élément de valorisation d’un bien immobilier. L’intérêt d’une telle installation ne se discute plus. D’autant que selon une étude Ifop pour Zeplug, seuls 7% des copropriétaires y ont accès au sein de leur immeuble.

En effet, cette accélération ne pourra pas se concrétiser sans un déploiement massif de bornes de recharge dans l’habitat collectif qui héberge près d’un Français sur deux. À cet égard, les professionnels de l’immobilier, syndics de copropriété en tête, ont un rôle clé à jouer. Ils contribuent à accélérer le déploiement d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) au sein des 450 000 copropriétés qui maillent le territoire.




Droit à la prise

Le droit à la prise, nouvel enjeu pour les syndics

 

Certes, les syndics sont des facilitateurs de la transition électrique des copropriétés. Ils accompagnent le choix entre bornes individuelles ou collectives. Afin de sélectionner parmi les offres, celle qui sera la plus adaptée à chaque copropriété. De même, les gestionnaires de copropriété sont là pour assurer le bon exercice du droit à la prise. Ils vont suivre les travaux, mais également informer les copropriétaires sur les aides disponibles, etc.

Sans compter qu’il est fort à parier que la mise à disposition de bornes de recharge deviendra dans les années à venir un critère déterminant de la qualité des immeubles. Sans nul doute, les futurs acquéreurs ou locataires en tiendront compte au moment de choisir leur nouveau logement. Un plus serviciel qui valorisera encore un peu plus l’immeuble.

nv-author-image

Delphine MERLE

Fondée en 2020, White Bird est une équipe de professionnels qui transforme l’industrie de l’administration de biens en plaçant la valorisation des biens de ses clients au cœur de sa mission. White Bird s’appuie sur la révolution numérique pour proposer à ses clients un accompagnement à forte valeur ajoutée. Au 1er janvier 2022 White Bird comprend plus de 40 collaborateurs et gère 250 immeubles en syndic.

Laisser un commentaire