Bertrand Perroud – Drieux Combaluzier : L’évolution du numérique en copropriété

A l’occasion du Salon de la Copropriété 2018, Bertrand Perroud, directeur commercial chez Drieux-Combaluzier, a participé à une table ronde organisée par la radio de l’immobilier pour discuter de l’évolution du numérique en copropriété…

Une expérience client inédite Drieux Combaluzier

 

Je viens vous parler d’évolution numérique alors que je représente la maison Drieux-Combaluzier qui existe depuis 1947 ! On produit des ascenseurs sur-mesure et on entretient plus de 8500 appareils sur Paris (Île-de-France) depuis 70 ans.

Et pour la première fois, sur le salon de la copropriété, nous proposons une expérience client totalement inédite. On offre, une expérience de réalité virtuelle sur notre stand qui permet de voyager dans un ascenseur mais aussi de visiter toutes nos nouvelles cabines réalisées par un architecte Designer. On a des cabines de type Haussmannien, Nouvelle Régence, Art-déco, qui reprennent tous les codes architecturaux des différentes époques.

Un nouvel art de vivre, un nouvel l’état d’esprit des usagers

 

Avant de parler d’ascenseurs, on va déjà parler un peu des utilisateurs. Les copropriétaires sont avant toute chose des particuliers. Si on reprend quelques chiffres, 83% des Français utilisent Internet quotidiennement.

Au-delà de l’écosystème de la copropriété et au-delà de l’ascenseur, on est confronté à un nouvel art de vivre, un nouvel l’état d’esprit, qui bouscule tout le monde et qui fait que le changement est un état permanent.

La révolution du numérique est en marche depuis pas mal de temps. Sur les réseaux sociaux aussi, les français passent en moyenne une heure et demie par jour. On voit vraiment que c’est un art de vivre avec des nouveaux jalons, des nouveaux items, avec lesquels il faut composer. La copropriété n’échappe pas à cette règle, les ascensoristes non plus.

La loi ALUR a eu une forte impulsion en matière de numérique

 

L’écosystème de la copropriété a quand même été fortement challengé par la loi ALUR avec une forte impulsion en matière de numérique. On peut prendre quelques exemples :
l’extranet copropriété depuis 2015, l’article 211 du code du patrimoine avec l’obligation d’archiver.

C’est un sujet clé pour l’ensemble des syndics du fait de la masse phénoménale de documents à archiver pour une copropriété et du passage obligé à la dématérialisation de l’archivage.

Et puis, un dernier exemple : l’immatriculation des copropriétés au fameux fichier RNCP. Là encore, on rentre dans la dématérialisation de l’ensemble des copropriétés identifiées sur le territoire national.

Au delà de ces aspects administratifs, quand on regarde le comportement de nos clients aujourd’hui, le cycle d’achat se fait déjà essentiellement sur Internet.

Et finalement, pour beaucoup d’acheteurs, lorsqu’ils rencontrent un commercial, c’est plus pour aller chercher un point de réassurance par rapport à ce qu’ils ont lu ou à ce qu’ils ont déjà entendu. C’est une vraie différence par rapport à il y a quelques années où le rôle du commercial était de présenter et d’expliquer les solutions.

Aujourd’hui l’ensemble des acteurs économiques et notamment au niveau des achats, ont déjà une vraie connaissance des produits et des services. Cela s’applique aussi au monde de la copropriété puisque les copropriétaires sont aussi des acheteurs, comme les syndics.

L’engagement dans l’acte d’achat a été fortement modifié par le numérique.

Le numérique a changé nos métiers

 

On ne vend plus et on n’accompagne plus nos clients comme on le faisait auparavant avec les outils digitaux. On conserve pour autant une relation de proximité avec des visites qui est paradoxalement encore plus importante qu’avant pour nos clients. Le numérique n’a pas remplacer la relation physique. Effectivement, cela permet d’avoir une présence beaucoup plus large mais avec des vraies contraintes et des vraies obligations.

On doit être, à la fois très présent sur le digital et le numérique, et dans la vie réelle. Parce que l’un ne va pas sans l’autre.

Et même si le cycle d’achat a évolué, il faut continuer à avoir un périmètre, le plus large possible pour être, non plus face à nos clients, mais à côté de nos clients. Je vais reprendre l’expérience de réalité virtuelle Drieux-Combaluzier, puisqu’on a évoqué le sujet. On a repensé, effectivement, l’acte d’achat.

Quand on parle de complémentarité entre le numérique / le digital et la relation physique donc l’humain, la réalité virtuelle, en est un très bon exemple, c’est-à-dire que, bien-sûr, nos clients ont accès à cette réalité virtuelle, pour découvrir tous nos habillages cabines et toutes nos nouvelles cabines, pour, effectivement, se déplacer au sein de ces cabines etc.

La réalité virtuelle n’est qu’un levier pour aider le copropriétaire ou la copropriété à prendre la meilleure décision. Et là, on voit bien qu’ il y a des leviers au niveau numérique.

Parce que, il y a l’expérience, le ressenti, et là, la 3D joue son rôle à 100%. Mais, il y a aussi tout l’accompagnement technico-commercial sur le comment du pourquoi : Quelles finitions? Quels objectifs recherchés par la copropriété ? Quelle est la meilleure réponse en matière de matériaux ? Etc.

Le numérique va fluidifier les prises de décisions

 

Il y a beaucoup de sujets de communication interne dans la copropriété. On a beau être voisins, on ne communique pas forcément bien, même parfois très mal. Du coup, ça va aussi à l’encontre de bonnes prises de décisions et de la fluidité des décisions au sein de la copropriété. En ce sens-là, le numérique modifie les comportements.

Avec Drieux-Combaluzier, nous allons lancer une application multi-device dans les mois qui viennent. Mais au-delà de l’aspect technique, cette application va permettre de suivre l’état du parc, en temps réel.

Et si je me mets à la place d’un gestionnaire de copropriété, il aura une connaissance en temps réel de l’état de son parc d’ascenseurs entretenus par Drieux-Combaluzier. Une information complète sur les pannes éventuelles, ou sur les personnes retenues en cabine…Mais aussi sur les interventions prévisionnelles.

C’est-à-dire, moi copropriétaire, ça va me permettre de savoir quand est-ce que le technicien Drieux-Combaluzier va passer. Et là, on est vraiment sur de l’information en lien avec les prises de décisions car ce type d’application numérique est partagé par tous, à la fois les usagers et les gestionnaires.

Au regard de l’historique de l’ascenseur, il est alors possible de prendre des décisions ultérieures, en matière de rénovation, de modernisation de l’appareil.

Parce qu’on peut avoir encore des appareils qui sont relativement âgés et qui nécessitent un certain nombre de travaux. Partager l’information, permet de prendre de meilleures décisions.

 

Pour en savoir plus sur notre partenaire Drieux-Combaluzier

Apéro Copro 17
Guide des pros 2019 728×90
Fnaim ESI 2019 728×90
Livre Blanc Tome 2 Engie

Table ronde enregistrée lors du salon de la copropriété 2018 à Paris Porte de Versailles.

Retrouvez l’intégralité du Podcast sur Radio Immo.

Retrouvez toutes les chroniques hebdo Copro en cliquant ici.