Aller au contenu

Equipements

Ascenseurs : des propositions en faveur de la mobilité verticale

Ascenseurs : des propositions en faveur de la mobilité verticale

La Fédération des Ascenseurs a présenté la 6e édition de son baromètre annuel « les Français et l’ascenseur ». Cette étude a été réalisée en collaboration avec l’institut Ipsos. Celle-ci permet de connaître les besoins en matière d’ascenseurs ainsi que leur sécurité d’utilisation dans les habitations et les infrastructures publiques.

Les Français sont préoccupés par la vétusté de certains ascenseurs

L’utilisation des ascenseurs fait partie intégrante du quotidien des Français pour se déplacer dans les bâtiments privés et publics. 77 % d’entre eux sollicitent ces équipements de manière régulière. Cependant, la vétusté de certains ascenseurs est inquiétante. De ce fait, 96 % des Français pensent que nous devons changer les ascenseurs vieillissants.

Pour 58 % des répondants, le remplacement de ces appareils vétustes est une priorité absolue. Dans ce sens, la Fédération des Ascenseurs contacte des équipes de campagne présidentielle pour faire connaître sa proposition “MaPrimeRénov’Ascenseurs”. Ce dispositif d’aide vise à vulgariser la rénovation du parc vieillissant.

Même si un équipement dispose d’une longue durée de vie, il est important de ne pas négliger son entretien et son aspect. Par ailleurs, 56 % des Français mettent l’accent sur l’importance de l’aménagement intérieur de ces appareils. Ils remettent en cause le style et le design démodé de certains ascenseurs.

De nombreux lieux publics et habitations ne sont pas encore équipés d’un ascenseur

L’accessibilité constitue une autre grande préoccupation des Français. 63 % d’entre eux insistent sur la nécessité d’équiper les immeubles d’habitation d’un ascenseur. Ils veulent attirer l’attention des politiciens avec l’élection présidentielle qui approche. Néanmoins, il convient de souligner une amélioration dans les infrastructures publiques en 2020.

Selon Philippe Boué, Président de la Fédération des Ascenseurs, il est important de mettre en avant l’accès à la mobilité au grand public. À l’approche du premier tour de l’élection présidentielle, ce sujet devra figurer parmi les réflexions menées par les candidats. Il entre, en effet, dans les enjeux sociétaux auxquels les Français doivent faire face aujourd’hui.

Notons aussi que l’accessibilité des lieux publics reste à un niveau moyen. Néanmoins, les administrations françaises ont été nettement équipées depuis 2016 (+8 points).




Plus de trois-quarts des Français sont pour l’élargissement des aides à la rénovation

Que doit-on faire pour répondre aux besoins d’accessibilité, de disponibilité et de modernisation des ascenseurs ? 77 % des Français évoquent donc la nécessité d’élargir les aides financières à la rénovation du logement pour installer ou rénover les ascenseurs.

“ Ouvrir ces aides va dans la continuité des actions menées par les acteurs de la construction et de la réhabilitation immobilière. En effet, nous devons rendre plus accessibles les logements à tous : enfants, personnes âgées, personnes à mobilité réduite, etc. Ou tout simplement, pour tous les usages de la vie quotidienne avec un besoin de mobilité facilitée.” – Philippe Boué, Président de la Fédération des Ascenseurs.

Par ailleurs, d’autres chiffres clés montrent à quel point les Français accordent de l’importance à la qualité des ascenseurs. Un Français sur deux pense que les équipements de mobilité verticale améliorent grandement le quotidien et le maintien à domicile.

Près d’un tiers des interrogés veulent vivre une expérience numérique dans les ascenseurs. Il peut s’agir notamment d’installer une commande vocale permettant de sélectionner son étage et d’ouvrir les portes automatiquement. 37 % des Français souhaitent réaliser leur trajet dans une ambiance musicale.

La Fédération des Ascenseurs met en avant ses propositions à l’approche de l’élection

Les dernières semaines avant le premier tour des élections présidentielles constituent le moment idéal pour interpeller les futurs élus. Ainsi, la Fédération des Ascenseurs leur fait connaître quatre propositions concrètes en faveur de la mobilité verticale dans les bâtiments (logements collectifs, bureaux, hôpitaux…).

“ Nous souhaitons attirer l’attention sur l’accès à la mobilité pour tous. À quelques semaines du premier tour des présidentielles, elle doit faire partie des réflexions menées par les candidats sur les enjeux sociétaux auxquels sont confrontés les Français. ” -Philippe Boué.

Proposition 1 : mise en place de MaPrimeRénov’Ascenseurs

La Fédération suggère d’instaurer l’aide à la rénovation MaPrimeRénov’Ascenseurs, conçue sur le modèle de MaPrimeRénov’. En vue de favoriser l’économie circulaire, cette aide pourrait donc être accordée aux propriétaires (occupants ou bailleurs). Elle pourrait être cumulée avec d’autres dispositifs existants : éco-prêts, certificats d’économie d’énergie, etc.

rénovation des ascenseurs

 

Pour déployer au mieux l’aide MaPrimeRénov’Ascenseurs, il est essentiel d’encadrer les stratégies de rénovation et d’amélioration du logement. En effet, l’État doit collaborer avec :

  • la Banque des territoires, les acteurs institutionnels et d’autres organismes agréés. L’objectif est de pouvoir bénéficier de subventions à 50 % du coût des travaux ;
  • le réseau des ADIL dans le cadre de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) ;
  • l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Cette collaboration répondrait alors aux attentes des Français en termes de mobilité verticale dans les quartiers. De plus, cela assurerait une meilleure intégration de l’accessibilité dans les programmes de rénovation urbaine.
Ascenseurs - contrat de maintenance des équipements

Proposition 2 : extension de la mise en accessibilité du parc privé

La Fédération des Ascenseurs propose de généraliser les audits locaux sur l’accessibilité et la sécurisation du parc privé. Cela devrait ainsi s’effectuer avec l’accord des propriétaires bailleurs, des élus et des ascensoristes.

Par exemple, des collectivités mettent en œuvre des programmes de mise en accessibilité des Établissements recevant du public (ERP). Ces programmes ont pour but de mesurer le potentiel de mise en accessibilité des parties communes des immeubles. Ils visent aussi à évaluer la possibilité d’adapter les logements. Tous les bailleurs privés et publics pourront ainsi définir une stratégie patrimoniale solide sur le parc immobilier.

Apport de la loi Sécurité des ascenseurs existants

Proposition 3 : amélioration de la prévention de la perte d’autonomie

La Fédération des Ascenseurs souhaite ajouter dans les appels d’offres publics et les conventions de subvention un critère inclusif de mobilité verticale. De cette façon, il est question d’établir le cahier des charges de remise en état ou de remise à niveau des bâtiments.

Elle propose aussi de construire ensemble un label 360 ° garantissant l’accessibilité du territoire dans sa globalité (lieux publics et logements). Cela inclut les utilisateurs, les bailleurs et les collectivités. Notons que les labels existants sont essentiellement focalisés sur l’accessibilité des bâtiments ou sur la vocation touristique d’un territoire. Parfois, ils concernent plus spécifiquement les personnes en situation de handicap.

La Fédération propose d’ailleurs d’ajouter les solutions de mobilité verticale dans la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) par l’Assurance Maladie. Cette nomenclature répertorie, notamment, des dispositifs médicaux pour des traitements et matériels d’aide à la vie. Or, l’inscription sur cette liste permet d’obtenir une prise en charge partielle des coûts.

Proposition 4 : renforcement de la formation aux métiers liés aux ascenseurs

Il est de mise d’utiliser la formation continue comme outil de compétitivité. En amont, elle peut prendre la forme d’un crédit d’impôt pour les sociétés acceptant d’investir au-delà de leur obligation légale. En aval, elle peut être qualifiée comme un engagement des collaborateurs pour 5 années de service.

À titre d’exemple, en mars 2021, la région Île-de-France a proposé un « revenu jeunes actifs ». Ce dispositif a été ouvert aux 18-25 ans sans emploi, à condition qu’ils suivent une formation gratuite de six mois. Son montant s’élève à 4 000 euros. Sur le même principe, il est possible d’instaurer un dispositif pour former des jeunes aux métiers liés aux ascenseurs. Ainsi, cette démarche ne devra pas peser sur le budget de l’État.

Citons quelques chiffres sur l’emploi dans ce secteur qui représente plus de 1000 recrutements par an. En effet, on compte 20000 salariés en 2020 et près de 80 % des effectifs dédiés aux services (maintenance et rénovation).

“ Nourrir le vivier des ascensoristes et élévatoristes est un prérequis pour que la profession continue à entretenir et rénover ces équipements essentiels à la vie sociale et économique des citadins. Le service rendu par les ascenseurs est fondamental dans le quotidien des habitants.” – Philippe Boué.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire