Artisanat du bâtiment : un 4ème trimestre en croissance malgré tout

Artisanat du bâtiment : un 4? trimestre en croissance malgré tout

L’activité de l’artisanat du bâtiment accélère sa croissance au 4e trimestre 2020. Après un premier trimestre particulièrement difficile et un arrêt total de l’activité pendant près de 2 mois, on observe un rattrapage progressif. Une hausse de 0,5 % au 3e trimestre, et une accélération au 4e trimestre de 1,5 %.

L’activité de l’artisanat du bâtiment accélère sa croissance au 4e trimestre

On observe un effet de rattrapage en fin d’année par rapport au premier trimestre 2020. En outre, 99 % des entreprises du secteur déclarent avoir poursuivi leur activité durant le deuxième confinement. Ainsi, elles sont 74% à avoir effectué plus de 90% de leur production. De sorte, que la forte baisse de croissance attendue n’a pas eu lieu.

Fissure immeuble – Acces BTP – 728×150

Néanmoins la CAPEB reste vigilante concernant la baisse des autorisations de permis de construire. Car, dans les prochains mois, le risque est de voir apparaitre une chute de cette dynamique de croissance.

“ L’année 2020 a été complexe pour nos entreprises d’artisanat du bâtiment, tout particulièrement au premier semestre. Après une année chaotique et une activité soutenue par les mesures gouvernementales, l’environnement économique en 2021 reste à ce stade encore incertain. ” – Jean-Christophe Repon, Président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment.

Le rebond de croissance au second confinement s’explique par la continuité de l’activité de l’artisanat du bâtiment. En effet, on observe que le volume d’activité progresse de 1,5 % au 4e trimestre 2020 et ce, quelle que soit la taille des entreprises.

Le secteur de l’entretien-rénovation enregistre une croissance mesurée de 1 %. Pour les travaux d’Amélioration de Performance Énergétique du Logement, la hausse est légère : 0,5 %. Cependant le recul du secteur n’est pas à négliger ! On compte tout de même -9,3 % pour les entreprises de moins de 10 salariés, et -7,7 % pour les entreprises de 10 à 20 salariés.

carte activité de l'artisanat du bâtiment
source : CAPEB

Un rebond observable dans le neuf et l’entretien-rénovation

Ce rebond de l’activité de l’artisanat du bâtiment s’inscrit tout particulièrement sur deux segments bien précis.

Le neuf

En effet, l’activité de la construction neuve montre une forte accélération, avec 2,5 % de croissance. Cela peut s’expliquer dans un premier temps par de très bonnes conditions météorologiques. Mais aussi par la possibilité pour une grande majorité des entreprises du BTP de poursuivre leur activité durant le second confinement.

Toutefois, il est important de noter qu’une baisse des autorisations et des permis de construire est venu déstabiliser certains projets. Aussi au 4e trimestre, 51 500 logements en moins ont été autorisés par rapport au même trimestre de l’année 2019.
Dans le même temps, près de 381 900 logements ont été mis en chantier (24 200 de moins que l’an passé).

L’ancien

Le secteur de l’entretien rénovation est également dynamisé avec une croissance de 1 %. Ainsi, les travaux d’Amélioration de Performance Énergétique du Logement progressent de 0,5 %. De plus, ils devraient être renforcés avec la montée en puissance de Ma Prim’ Rénov (170 000 demandes à la mi-décembre).

Évolution dans les métiers de l’artisanat du bâtiment

Durant le dernier trimestre, on constate une nette progression du volume d’activité pour l’ensemble des corps de métiers. En effet, la maçonnerie enregistre 2,5 % de croissance. Tandis que la hausse atteint 1,5 % pour la couverture-plomberie-chauffage et la menuiserie-serrurerie. Enfin l’électricité et l’aménagement-décoration-plâtrerie enregistrent une croissance plus modérée avec respectivement 1 % et 0,5 %.

Une trésorerie fragile

L’un des plus gros problèmes rencontrés à la suite du covid, au-delà de la cessation d’activité, est la fragilité de la trésorerie. En effet, 26 % des professionnels font état d’une détérioration de leur trésorerie au 4e trimestre. Seuls 4 % constate une amélioration.

Ces besoins de trésorerie sont de plus en plus lourds à supporter alors que 43 % déclarent un besoin supérieur à 10 000 euros. Durant le 4e trimestre 2020, 20 % des entreprises dans l’artisanat du bâtiment déclarent une baisse des marges, contre 2 % qui déclarent une hausse.

Une baisse des montants de crédits accordés

L’achat de logement neuf reculent de 10,5 % au deuxième trimestre 2020. C’est aussi le cas pour les crédits destinés à l’acquisition de logements anciens (-4,5 %), et les crédits destinés aux travaux d’entretien-amélioration(- o,8 %).

Globalement, les montants ont baissé de 5,6 % par rapport au second trimestre 2019.
Le taux d’épargne s’infléchit et s’établit à 16,5 % (26,5 % au deuxième trimestre).
Il demeure toutefois au-dessus du niveau moyen de 2019 (14,9 %).

Emplois et intentions d’embauche en légère augmentation

L’emploi salarié du BTP s’établit à 1 446 800 au troisième trimestre 2020 (+ 2,1 % sur un an). Soit 30 200 emplois supplémentaires dans le BTP. Au 3e trimestre 2020, le secteur de la construction totalise plus de 133 600 emplois intérimaires. L’intérim est donc en baisse (- 11 %) par rapport à l’année précédente, son taux s’établit à 8,5 %.

Des écarts de dynamique territoriale

Les évolutions régionales s’avèrent différentes. Ainsi, la reprise s’accélère sur la façade Atlantique, mais aussi en Centre-Val de Loire, Grand Est et Hauts-de-France.
Les régions PACA et Occitanie finissent l’année en forte hausse (+4 %).

En revanche, l’activité reste en baisse en Île-de-France (- 0,5 %), et se dégrade en Auvergne-Rhône-Alpes et en Bourgogne-Franche-Comté (- 1%/ – 1,5 %).

Un contexte très incertain

Les chefs d’entreprises redoutent fortement un autre confinement total. Toutefois, on observe une sectorisation de l’économie qui divise ceux qui parviennent à exercer leurs métiers et ceux qui n’y arrivent pas. Malheureusement, cette situation finira tôt ou tard, par peser sur le secteur du bâtiment. C’est aussi le cas de la montée du chômage et des baisses de revenus qui vont impacter le secteur.

En revanche, les professionnels du secteur de l’artisanat du bâtiment fondent leurs espoirs sur la mise en œuvre du plan de Relance.

“ Poursuivre le travail engagé, à notre demande, de simplifier les dispositifs des CEE. Mettre en place sur le territoire des facilitateurs pour accompagner les entreprises au quotidien dans leurs demandes de qualifications RGE et de certificats d’économie d’énergie. Si, ce que je souhaite, la pandémie est maitrisée et si l’économie repart normalement, sans confinement partiel, 5000 emplois à minima pourraient être créés en 2021.” – Jean-Christophe Repon.

L’activité de l’artisanat du bâtiment estimée entre 5 et 6% pour 2021

Sur l’année 2021, le secteur du BTP pourrait bien enregistrer une croissance entre 5 et 6 %. Une hausse qui s’apparenterait plus comme un rebond technique qu’à une véritable reprise de l’économie.
Dans un contexte économique aussi atypique que celui-ci, ce sont davantage des hypothèses de croissance qu’une réelle formulation de prévisions.

Les intentions d’embauches dans l’artisanat du bâtiment

De nombreuses entreprises dans l’artisanat du bâtiment dès janvier 2021 ont pour objectif d’embaucher. Ce besoin d’embauche sera supérieur au nombre d’entreprises envisageant de licencier ou de ne pas renouveler des contrats.
Parmi celles-ci, 91 % prévoient de maintenir l’emploi à son niveau actuel au premier semestre 2021. Aussi 6 % pensent embaucher des salariés supplémentaires.

L’ensemble de ces intentions d’embauche concernent aussi des remplacements.
Ce sont près de 3 % des chefs d’entreprise qui pensent à licencier ou à ne pas renouveler les contrats. Ces chiffres laissent envisager la possible création de 5 000 emplois en 2021.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)