Les cinq plaies qui dégradent la qualité de vie quotidienne des Français

Les cinq plaies qui dégradent la qualité de vie quotidienne des Français
www.qualite-logement.org

Le baromètre Qualitel-Ipsos* mesure le niveau et les motifs de satisfaction / insatisfaction des Français et leurs principales attentes vis-à-vis de leur logement. Il apparaît que 5 « plaies » affectent tout particulièrement la qualité de vie à la maison.

 

Cinq « plaies » dégradent la qualité de vie quotidienne des Français

 

L’étude permet d’identifier les critères qui contribuent le plus à l’insatisfaction. Il apparaît que 5 « plaies » affectent tout particulièrement la qualité de vie à la maison. On les retrouve surtout en appartement et en ville : la mauvaise isolation thermique, une consommation énergétique excessive, l’isolation acoustique déficiente, la mauvaise qualité des matériaux de construction et la mauvaise aération.

N°1 : l’inconfort thermique – La moitié des Français déclare avoir parfois ou souvent trop froid en hiver, la même proportion dit avoir trop chaud en été. Ceux qui vivent en appartement sont particulièrement affectés (41 % d’insatisfaction vs 26 % en maison).

N°2 : la consommation énergétique – 1/3 des Français se disent insatisfaits de la consommation énergétique de leur logement. Le chauffage individuel électrique, qui est pourtant le plus utilisé (34 % de la population), est aussi celui qui est considéré comme le moins satisfaisant par les Français. En cause : les installations anciennes, car le niveau d’insatisfaction vis-à-vis du chauffage électrique baisse dès lors que le logement est récent.

N°3 : le défaut d’isolation acoustique – La mauvaise isolation acoustique est également une plaie quotidienne pour 3 Français sur 10. Elle frappe surtout les habitants d’appartements et de studios. À tel point que 31% des occupants de studio disent être souvent ou très souvent réveillés la nuit par des bruits provenant de leur voisinage, contre seulement 12% pour l’ensemble des Français. La mauvaise isolation engendre des frictions : ainsi 4 personnes sur 10 vivant en appartement ont déjà vécu des tensions avec leurs voisins à cause du bruit.

N°4 : la mauvaise qualité des matériaux de construction – 25% des Français se disent insatisfaits de la qualité des matériaux de construction de leur logement : c’est seulement le cas pour 15% des occupants propriétaires contre 41% des locataires.

N°5 : la mauvaise qualité de l’aération et de la ventilation – Un Français sur cinq se plaint d’une mauvaise aération / ventilation au sein de son logement. Une plaie qui affecte presque trois fois plus les locataires (35%) que les propriétaires (13%) et qui est très directement liée à la surface du logement : 20% des occupants de logements de moins de 75 m2 affirment même que l’air qu’ils respirent dans leur logement « n’est pas sain ».

 

Les parisiens sont les plus affectés

 

Si les prix de l’immobilier de l’agglomération parisienne restent très supérieurs à la moyenne nationale, la qualité perçue des logements y est plus faible qu’ailleurs (Qualiscore moyen de 6,4/10 en agglomération parisienne, 6,2 à Paris intra-muros).

Les habitants de l’agglomération parisienne sont ainsi les recordmen de l’insatisfaction pour 4 des 5 plaies du logement : l’isolation acoustique (38% d’insatisfaction) le confort thermique (37%), la qualité des matériaux de construction (30%), l’aération et ventilation (30%).

Les Parisiens intra-muros sont les plus sujets aux nuisances quotidiennes : ils sont deux fois plus nombreux que la moyenne des Français à être souvent réveillés la nuit par le bruit extérieur et à se dire gênés par des odeurs de déchets ou de poubelles.

Fort de ces enseignements, Bertrand Delcambre, président de l’association Qualitel souligne l’importance de continuer à concevoir et appliquer des normes efficientes, en adéquation avec les nouveaux défis sociétaux et environnementaux : « alors que la population française vieillit, une majorité de Français jugent que leur logement n’est pas adapté pour les personnes âgées ou handicapées. De même, le logement de demain doit mieux prendre en compte les impacts du changement climatique comme les périodes de canicule ainsi que les préoccupations des Français relatives à leur sécurité, y compris sanitaire ».


*Cette enquête d’opinion se distingue par son envergure – 2700 personnes interrogées, 80 questions posées – et par une innovation méthodologique : le Qualiscore, un outil de scoring qui permet de noter, sur 10, la qualité perçue d’un logement sur la base de 15 critères (confort thermique, confort acoustique, luminosité…).

Source : www.qualite-logement.org