Immobilier : Après une année 2017 exceptionnelle, 2018 s’annonce comme une année de consolidation

Immobilier : Après une année 2017 exceptionnelle

Benoit Catel, Directeur Général du Crédit Foncier, a présenté l’analyse du Crédit Foncier sur les marchés immobiliers résidentiels et les perspectives pour 2018.

Fissure immeuble – Acces BTP – 728×150

Une année record pour le marché du logement en 2017

178 Mds € de crédits immobiliers, hors rachats, ont été acceptés ; soit une hausse pour l’année de 13% et de 48% en trois ans, de 2014 à 2017.

970.000 transactions dans l’ancien ont été enregistrées, un niveau supérieur de 30% à la moyenne observée au cours des dix dernières années ; soit une hausse annuelle de 15% et de 40% en trois ans.

419.000 logements ont été construits (+16% sur un an ; +25% sur trois ans). Porté par l’accession (+20% sur un an) et l’investissement locatif (+20%), le marché du neuf n’a pas encore retrouvé les niveaux d’avant-crise (494.000 logements commencés en 2006).

Ces progressions exceptionnelles enregistrées en 2017 ont été portées par un niveau de taux d’intérêt très bas (1,5% en fin d’année) ; depuis de nombreuses années, la France est un des pays qui affichent les taux d’intérêt de crédit les plus bas en Europe. L’efficacité des mesures de soutien public, notamment le Prêt à Taux Zéro (PTZ) et l’APL-accession, ainsi que le dispositif Pinel d’aide à l’investissement locatif y ont également contribué

Le marché du logement restera soutenu en 2018

Selon le dernier baromètre Crédit Foncier/CSA, 80% des professionnels de l’immobilier sont optimistes pour 2018. En raison d’une hausse qui devrait être insignifiante (1,65% attendu fin 2018), les taux d’intérêt de crédit resteront à des niveaux très faibles et attractifs. A l’inverse, la hausse des prix immobiliers et la quasi-suppression de l’APL Accession vont pénaliser le pouvoir d’achat des ménages.

Dans ce contexte, les indicateurs de marché devraient afficher des baisses, tout en restant à des niveaux élevés. Le volume de crédits immobiliers devrait s’élever à 167 Mds € (-6% vs 2017) ; le volume de transactions dans l’ancien devrait atteindre 900.000 unités, soit une baisse annuelle de 7%, mais un niveau qui restera 20% supérieur à la moyenne enregistrée sur les dix années précédentes ; 395.000 logements devraient être construits (-5% vs 2017).

La hausse des prix dans l’ancien devrait se poursuivre, mais à un rythme moindre (2,5%, moyenne nationale).

Selon Benoit Catel, « L’année immobilière 2017 a été exceptionnelle sur tous les fronts. 2018 devrait être également une année dynamique, bien qu’en-deçà des records enregistrés en 2017. Pour les ménages, le surplus de pouvoir d’achat apporté par le niveau bas des taux d’intérêt devrait être contrarié, d’une part par la hausse des prix, d’autre part par la diminution des dispositifs de l’Etat. La quasi-suppression de l’APL accession et la baisse du PTZ auront un effet négatif sur la primo-accession ».

Source : www.creditfoncier.fr

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)