Compteurs communicants : Les bénéfices pour les consommateurs se font attendre

Compteurs communicants : Les bénéfices pour les consommateurs se font attendre
www.energie-mediateur.fr

Alors que les bénéfices des compteurs communicants Linky pour les consommateurs se font attendre, Alain Bazot, Président de l’UFC-Que Choisir et Jean Gaubert, Médiateur national de l’énergie, soulignent la nécessité de bien informer les consommateurs et de les accompagner dans le changement.

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

Concernant les compteurs communicants, quelles sont les craintes ou réticences des consommateurs ?

Avec le déploiement du compteur communicant Linky, l’UFC-Que Choisir voit affluer des demandes d’informations de la part des consommateurs. Pour une grande majorité, elles portent sur le refus d’installation d’un compteur communicant. « Bien que notre association conteste l’intérêt des compteurs communicants et se soit opposée à leur généralisation sur le terrain législatif et juridique, malheureusement vainement, elle se doit, néanmoins, dans un devoir de responsabilité vis-à-vis des consommateurs, de les alerter sur les risques contractuels, comme la possible coupure de courant, d’un tel refus. Cette position suscite parfois leur incompréhension, voire leur opposition, car dans le même temps la direction et les communicants d’Enedis laissent entendre qu’il est possible de refuser le compteur sans aucun préjudice à venir », explique Alain Bazot, Président de l’UFC-Que Choisir.

L’association observe la méfiance des consommateurs et regrette de devoir assurer le  service après-vente de compteurs dont elle a toujours critiqué le réel intérêt consumériste. Des questions sont posées également sur les risques sanitaires liés aux ondes ou sur l’utilisation des données personnelles. Ces interrogations reflètent des inquiétudes plus générales sur les technologies de l’information et les objets connectés.

« Le déficit criant d’information autour du déploiement des compteurs communicants n’a fait qu’exacerber ces inquiétudes. En effet, bien que six ans se soient écoulés entre les premiers tests et le déploiement du compteur Linky, il a fallu attendre presque un an après la pose des premiers compteurs pour avoir des évaluations indépendantes sur les risques sanitaires et six mois de plus pour avoir une vision précise de la gestion des données par les consommateurs », dénonce Alain Bazot.

Quels sont les avantages des compteurs communicants pour le consommateur ?

Alors que près de 4 millions de compteurs Linky sont déjà déployés en France, Jean Gaubert, Médiateur national de l’énergie reste convaincu que les apports de ces nouveaux compteurs pour les consommateurs devraient être mieux exploités. « Outre le fait qu’ils facilitent le travail du gestionnaire de réseau qui peut réaliser à distance le relevé des compteurs et certaines interventions, comme par exemple, les mises en service ou les modifications de puissance, ils devraient permettre de réduire le nombre de litiges liés à la facturation », précise-t-il.

Grâce aux données mensuelles remontées automatiquement, les fournisseurs d’énergie pourront éditer des factures plus précises, basées sur la consommation réelle. Cependant, si les bénéfices pour les opérateurs sont évidents, ceux qui concernent les consommateurs tardent à se concrétiser. Les avantages mis en avant par Enedis et les pouvoirs publics concernent les économies d’énergie et la maitrise de la consommation. Selon Alain Bazot, pour l’instant, les consommateurs disposant d’un compteur Linky ne voient pas vraiment de différence. « Une question qui revient régulièrement dans nos associations, « Pourquoi changer un compteur qui fonctionne correctement ? ».

Dès l’expérimentation, le médiateur avait soutenu le fait qu’un dispositif de suivi de la consommation en temps réel et son équivalent en euros accompagne systématiquement les compteurs communicants. Il a pu obtenir l’installation gratuite d’un tel boîtier dans le logement uniquement pour les foyers éligibles au chèque énergie, et seulement à partir de 2018.

Quelles fonctionnalités ou quels services associés apporteraient un réel bénéfice aux consommateurs ?

Améliorer l’information des consommateurs aurait dû être l’objectif principal du déploiement des compteurs communicants. En effet, il existe beaucoup de préjugés ou de méconnaissance du monde de l’énergie (changement de fournisseur compliqué, consommation d’énergie des équipements, efficacité énergétique réelle d’un logement, etc.) qui peuvent limiter, voire parfois empêcher une meilleure maîtrise de la consommation et de la facture d’énergie.

Selon l’ADEME, pour être efficace, il est nécessaire que l’information soit accessible en temps réel et dans le lieu de vie. « Il est regrettable, alors que les compteurs communicants sont en cours d’installation, qu’aucun service d’information en temps réel n’existe, alors même que la loi de transition énergétique l’impose pour les ménages précaires », note Alain Bazot. « On peut dire que le déploiement des compteurs communicants, en particulier sur l’électricité, s’est fait en dépit du bon sens et sans les consommateurs. Comment s’étonner, dès lors, que ces derniers soient au mieux indifférents, au pire réticents à l’égard de ces nouveaux compteurs », conclut-il.

Jean Gaubert rappelle que s’il a accueilli favorablement le déploiement des compteurs communicants, c’est parce qu’ils pouvaient apporter des bénéfices à la fois aux opérateurs et aux consommateurs. « Force est de constater que les bénéfices pour les consommateurs tardent à se concrétiser et que tout retard supplémentaire pourrait compromettre la réussite du projet », conclut-il.

Source : www.energie-mediateur.fr

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150