Comment recharger sa voiture électrique en copropriété ? Entretien avec Patrick Kic, Directeur de Waat

Comment recharger sa voiture électrique en copropriété ? Entretien avec Patrick KIC, directeur de WAAT, une société d’électricité spécialisée dans l’installation et la gestion de bornes de recharge électriques.

Pouvez-vous nous présenter la société WAAT ?

 

L’entreprise WAAT est avant tout une société d’électricité qui est spécialisée dans les infrastructures de bornes de recharge électrique.

Nous gérons toute la partie en amont de l’infrastructure électrique depuis le point de livraison, en passant par le tableau divisionnaire, jusqu’à la borne.

Ce qui est primordial, c’est tout ce qui concerne l’exploitation et la gestion des bornes, qui peuvent aller jusqu’à des notifications que l’utilisateur va recevoir sur son smartphone, ou le suivi de ses propres consommations.

Dans les copropriétés nous sommes très à l’aise sur les parkings souterrains, mais également sur les parkings aériens. Ces derniers sont un peu plus difficiles techniquement, car il faut très rapidement faire des tranchées et raccorder à la terre des mâts électriques, mais la société a ce savoir-faire.

Quelles sont les spécificités du marché de la copropriété ?

 

Tout d’abord, la complexité réside dans le fait que la configuration des différents parkings n’est jamais la même.

Les points de livraison ont été dimensionné à l’époque de la construction des bâtiments, pour les besoins propres des communs et des logements. Ils n’ont pas été dimensionné pour accueillir et alimenter plusieurs bornes qui en moyenne, font 7 kilowatts. (La puissance moyenne est de 7 kilowatts mais elle peut aller de 3 jusqu’à 22 kilowatts).

C’est la raison pour laquelle la principale difficulté que nous rencontrons dans les copropriétés, réside en la création d’un nouveau point de livraison dédié aux bornes de recharge électrique.

Il nous permettra par la suite, de suivre l’évolution du nombre de bornes. On va pouvoir les raccorder sans être contraint par la puissance délivrée du point de livraison qui est déjà dans le bâtiment. Avec ENEDIS, nous créons un nouveau point de livraison.

Comment la copropriété va-t-elle prendre la décision ?

 

La demande des bornes électriques pour recharger sa voiture électrique émane très souvent d’un ou plusieurs copropriétaires. Tant que nous n’avons pas mis en place des dispositifs de recharge dans les copropriétés, cela reste un frein à l’achat d’un véhicule électrique. Cependant, nous remarquons que dès que le parking est électrifié, le nombre de voitures électriques augmentent considérablement.

Le circuit de décision est assez long : on passe obligatoirement par une décision en Assemblée Générale avec les deux mois de recours, ainsi qu’un vote au Quorum.

Ce process peut freiner certains copropriétaires ayant besoin d’une voiture électrique dans l’immédiat. C’est pourquoi nous adaptons systématiquement notre solution pour servir et alimenter très rapidement la première ou la deuxième borne, et pouvoir temporairement brancher la borne sur le compteur des services généraux, le temps de créer le point de livraison et de pouvoir alimenter un plus grand nombre de bornes.

Qui doit payer pour l’installation de la borne pour recharger sa voiture électrique ?

 

On rencontre parfois des difficultés avec des copropriétaires qui ne souhaitent pas acheter de véhicules électriques et ne désirent donc pas financer ces installations.

Pour répondre à cette situation, nous proposons une solution qui permet de financer intégralement l’infrastructure électrique. En contrepartie, le forfait pour l’alimentation des bornes sera un peu plus élevé.

Les copropriétaires doivent aussi savoir que le fait d’électrifier leur parking va leur apporter une vraie valeur ajoutée ainsi qu’une augmentation du prix à la revente, même s’ils n’ont pas de borne de recharge.

En effet, nous remarquons aujourd’hui que les parkings qui sont électrifiés prennent entre 10% et 15% de valeur supplémentaire. L’acheteur peut se raccorder très rapidement puisque toutes les installations sont déjà en place.

De plus, indépendamment des aides gouvernementales, des initiatives sont prises comme à la mairie de Paris. D’ailleurs, de plus en plus de mairies de provinces appliquent des règles très drastiques d’autorisation de circulation pour certaines catégories de voitures.

Par exemple : sur Paris intra-muros à partir de juillet 2019, toutes les voitures de critère numéro 4 seront très restreintes dans la circulation à Paris. Elles ne pourront pas circuler entre 8h et 20h.

Progressivement les voitures les plus polluantes vont être interdites, et donc les copropriétés vont devoir trouver des solutions. Le droit à la prise est justement la solution pour faire valoir son droit à l’électrification des parkings pour installer une borne de recharge.

Quelles sont vos recommandations aux copropriétaires ?

 

Avant tout, il ne faut pas hésiter à faire l’acquisition d’une infrastructure avec un point de livraison qui va être complètement indépendant et qui va pouvoir permettre d’alimenter un nombre de bornes considérable par rapport au nombre de places de parking.

Nous ne faisons aucune étude sans nous déplacer sur le site. Nous avons besoin de faire un audit de l’installation, c’est-à-dire de voir les pieds de colonnes existants et la vétusté de l’installation électrique existante puisque nous allons créer un nouveau point de livraison. Cela nous permet de nous adapter aux différentes configurations de parking et ainsi de proposer la solution la plus adéquate.

Le circuit de décision d’un acquéreur d’une voiture électrique est en moyenne de 3 mois, c’est-à-dire que l’acquéreur ne sait pas que trois mois avant, il va acheter une voiture électrique.

La voiture électrique présente de plus en plus d’avantages en terme d’autonomie, en terme financier ainsi qu’en terme d’entretien car il n’y a pratiquement pas d’entretien sur une voiture électrique. La consommation est aussi un avantage comparé à un véhicule diesel ou essence.

Il est important de ne pas se poser de questions et de créer un point de livraison indépendant avec une gestion indépendante pour lequel la copropriété et le gestionnaire n’auront aucune action puisque la société WAAT s’occupe de tout.

Cela permettra à la fois de valoriser la place de parking, mais surtout de poser plus aisément des bornes quel que soit la puissance sur les emplacements.

Il ne faut pas hésiter à partir sur des bornes paramétrables entre 3 et 22 kilowatts pour alimenter tous les types de véhicules : du scooter électrique à une voiture Tesla…. Pour se faire, il faudra simplement changer un paramètre dans la borne.

Quelle est votre actualité, avez-vous de nouveaux projets ?

Nous avons une actualité très chargée dans les semaines et mois qui viennent. Aujourd’hui, notre siège est à Paris 9e et nous avons aussi des bureaux à Issy-les-Moulineaux.

Nous sommes en plein développement et nous recrutons ! Nous avons des postes ouverts, notamment dans la vente en tant qu’ingénieur commercial, chargé d’étude pour les devis car nous faisons tous les chiffrages, et puis également chargé de travaux, puisque nous avons de plus en plus de travaux à servir.

Notre périmètre est la France, nous gérons aujourd’hui l’ensemble de la province depuis l’Île-de-France et nous constatons qu’il y a un véritable besoin de proximité auprès de nos clients syndics en province.

Nous avons un plan d’action d’ici 2020 pour ouvrir cinq bureaux en province, en commençant par Bordeaux puis Lille, Nantes, Strasbourg et Lyon.

Nous travaillons également avec les promoteurs et sur le marché du tertiaire, puisque le possesseur d’un véhicule électrique se recharge à 40% à son domicile, mais également à 40% à son bureau.

C’est une aventure humaine très intéressante pour nous et l’ensemble de l’équipe.

Apéro Copro 17
Guide des pros 2019 728×90
Fnaim ESI 2019 728×90
Livre Blanc Tome 2 Engie