Aires de jeux en copropriété : les règles pour une sécurité optimale

Aires de jeux en copropriété : les règles pour une sécurité optimale

L’aire de jeux n’est plus réservée aux espaces publics. Avez-vous pensé à installer un espace convivial pour les enfants de votre copropriété ? Vous hésitez encore ? Il est vrai que la réglementation impose le respect de certaines règles pour assurer la sécurité des aires de jeux en copropriété.

Intratone 2021 – Passer au vert
Bannière Uretek à garder

Pourquoi installer une aire de jeux en copropriété??

Les aires de jeux en copropriété aident les petits dans leur épanouissement. Pour les occupants d’un immeuble, ces espaces offrent de nombreux avantages :

  • Garantie de la sécurité. Contrairement à un parc public, l’accès est limité aux résidents.
  • Diversité des activités en plein air. Les enfants peuvent se dépenser et faire du sport en extérieur.
  • Création d’un lien social pour les enfants, mais aussi les adultes.
  • Proximité des lieux. On descend de chez soi.
  • Valorisation de son bien immobilier. Ajout de services et environnement plus agréable.

Cependant, pour pouvoir en profiter pleinement et en toute tranquillité, il est important que les installations répondent aux exigences de la loi en matière de sécurité.

Respecter la réglementation des aires de jeux en copropriété

L’aménagement d’une aire collective de jeux dans une copropriété doit répondre à des règles de sécurité très strictes. L’objectif est de créer un espace sécurisé pour les enfants. La DGCCRF ou Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes énonce dans le décret du 18 décembre 1996 une partie des directives à respecter. Elles concernent le choix de l’emplacement, l’aménagement, le mobilier à installer, la création de la zone de sécurité, le type de sol, l’agencement d’un bassin et d’un bac à sable…

aires de jeux

Choisir un emplacement loin des dangers

En effet, selon ce décret, avant d’aménager des aires de jeux en copropriété, il faut procéder à l’étude de l’environnement. Car les alentours peuvent présenter des dangers. C’est le cas lorsque l’emplacement prévu se situe près d’une rue, d’une installation électrique, d’un plan d’eau … Selon la situation et les risques encourus, on mettra en place des équipements de protection.

Faire attention aux plantes et aux arbres

Une fois l’emplacement déterminé, l’étape suivante consiste à bien organiser l’aire, en conformité avec l’annexe – II. 1. b du même décret. De sorte que cet espace devienne un lieu de loisirs et une zone sécurisée.

On n’y pense pas forcément mais les plantations sont également à contrôler. En effet, certaines essences de végétaux ou plantes peuvent s’avérer toxiques ou épineuses. Les plantes sont responsables de nombreuses allergies. Parfois, il suffit de toucher ces plantes pour souffrir de démangeaisons ou d’autres réactions cutanées. De même, les arbres et arbustes doivent être taillés. Ainsi, il faut à retirer les branches basses.

De fait, les aires de jeux situés dans des parcs ou espaces verts sont bien plus agréables mais elles nécessitent aussi un entretien régulier et l’intervention d’un jardinier.

Veiller à bien choisir le mobilier

Les aires de jeux en copropriété comprennent des équipements pour jouer mais aussi dans certains cas d’autres aménagements. On peut citer pour exemple : des toilettes, bancs, poubelles, systèmes d’évacuation d’eau ou d’arrosage … La réglementation est précise à ce propos. En aucun cas, ces installations ne doivent présenter un quelconque risque pour les enfants et les accompagnateurs. C’est pourquoi, il est prévu une distance suffisante ou une délimitation les séparant des équipements de jeux.

Créer un espace sécurisé

Les jeux pour les enfants sont organisés de manière à ce qu’il y ait suffisamment d’espace entre eux. C’est une zone de sécurité qui vise à éviter les chocs. L’espacement entre les aménagements se calcule en fonction des usages et caractéristiques des différentes installations.

Choisir un sol approprié

Les aires de jeux en copropriété sont conçues à partir de divers matériaux. Le choix dépend de plusieurs facteurs : les jeux, l’usage, les capacités d’amortissement, les moyens financiers et l’entretien. D’autres critères sont aussi pris en compte comme la durabilité, la faible capacité de rétention d’eau … Le décret impose de mettre en place un matériau qui amortit suffisamment le choc, là où les chutes sont fréquentes.

De toute évidence, les copropriétaires doivent respecter des règles de sécurité strictes pour les zones accueillant un bac à sable et/ou un bassin. Si l’on prend l’exemple du bac à sable, celui-ci doit écarter toutes sources de danger. En cela, il disposera d’un système d’évacuation d’eau de pluie. Les parois ne seront ni glissantes ni rugueuses pour éviter que les enfants ne se blessent. Pour ce qui est du bassin, l’article L.221-1 du code de la consommation impose des exigences sur l’aménagement d’une pataugeoire. Elle n’aura que très peu de profondeur pour réduire le risque de noyade, sans oublier de mettre en place un panneau de signalisation.

Quoi qu’il en soit, un entretien régulier s’impose pour des raisons sanitaires. Le sable et l’eau doivent être contrôlés pour éviter les polluants et risques de contaminations.

Ce qu’il faut savoir pour bien aménager des aires de jeux en copropriété

Une aire de jeux qui répond aux besoins des enfants et à la sécurité dépend en grande partie d’un aménagement réussi. Tout d’abord, le choix du sol est crucial. La surface devra amortir suffisamment le choc sur les zones d’impact. La DGCCRF propose trois types de matériaux adaptés : les matériaux compacts, les matériaux fluents et les matériaux synthétiques. Les meilleures alternatives sont le sable, le gravillon roulé, les copeaux de bois, mais ils nécessitent un entretien régulier. Ensuite, l’attention doit se porter sur les types de jeux à installer.

Les matériaux de construction ne devront pas contenir de matériaux toxiques, tout en étant résistants et durables. De plus, les végétaux demandent une vigilance toute particulière. Certains ne conviennent pas. C’est le cas par exemple des plantes toxiques comme l’ortie, la digitale, le chèvrefeuille ou encore des plantes à piquants. Enfin, un panneau d’affichage informatif s’adresse directement aux adultes. Il indique le nom du responsable à contacter en cas de problème et les bonnes pratiques à respecter sur place.

Effectuer une maintenance régulière

Enfin, l’entretien des aires de jeux en copropriété est indispensable. La DGCCRF effectue régulièrement des contrôles. Ces espaces de loisirs doivent être propres et sécurisés. Les jeux sont réparés dès qu’ils présentent quelques fragilités ou défaillances. Le sable contenu dans le bac est vérifié pour éviter qu’il ne contienne des particules tranchantes ou des saletés pouvant entraîner une maladie infectieuse. Aussi, pour assurer un entretien ponctuel, le syndic mettra en place un planning avec une entreprise de nettoyage et d’entretien des espaces de jeux en extérieur.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150