Patrimoine des ménages : 70% d’actifs non financiers immobiliers

Patrimoine des ménages : 70% d’actifs non financiers immobiliers
www.insee.fr

En 2011, le patrimoine des ménages continue d’augmenter (+4,1%), mais nettement moins qu’en 2010 (+8,1%). Il atteint 10.411 milliards d’euros, ce qui correspond à 7,9 fois leur revenu disponible net de 2011.

 

Le patrimoine économique des ménages est constitué à 74% d’actifs non financiers, immobiliers pour l’essentiel (70%).

 

En conséquence, les ménages sont les premiers affectés par la décélération des prix des terrains. Le patrimoine en terrains bâtis (3.524 milliards d’euros), principalement à l’origine de la forte hausse du patrimoine des ménages en 2010, est en effet moins dynamique en 2011 (+3,4% après +14,3%).

 

Ce ralentissement l’emporte sur l’accélération de leur patrimoine en logements (+9,2% après +4,5%, avec un encours de 3.563 milliards d’euros fin 2011), qui tient à la forte hausse de l’indice du coût de la construction. Au total, le patrimoine non financier s’accroît de 6,0% en 2011 après + 8,9% en 2010.

 

Le patrimoine financier net des ménages, qui représente 26% de leur patrimoine total, baisse légèrement (- 0,8% après +5,9% en 2010).

 

Du côté des actifs financiers, l’assurance-vie demeure le premier placement financier des ménages avec un encours évalué à 1.430 milliards d’euros fin 2011. Celui-ci progresse toutefois plus modérément qu’en 2010 (+1,5%, après +7,6%). Cette décélération est liée à la fois à la diminution des souscriptions nettes de contrats d’assurance-vie (34 milliards d’euros en 2011, après 86,5 en 2010), à la baisse régulière de leur rendement depuis la mi-2009 et aux moins-values enregistrées sur les contrats en unités de compte en 2011.

 

Dans le même temps, les avoirs des ménages en actions et titres d’OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) diminuent de 7,6% en 2011. Ce recul résulte principalement de l’évolution défavorable des marchés boursiers (l’indice CAC 40 baisse de 20,8 % en 2011), qui pèse sur les encours et décourage les nouveaux placements. Au total, l’encours de titres directement détenus par les ménages est estimé à 966 milliards d’euros fin 2011, dont 494 milliards d’actions non cotées.

 

Dans un contexte de fortes incertitudes sur les marchés financiers, les ménages se tournent davantage vers les placements bancaires, ceux-ci présentant à leurs yeux les meilleures garanties de sécurité et de liquidité. La croissance de l’encours détenu sous forme de dépôts et numéraire se renforce en 2011 (+5,8% après +3,3% en 2010). Les ménages privilégient notamment les livrets d’épargne, et plus particulièrement le livret A dont le taux est relevé à 2% en février 2011, puis à 2,25% en août. Ces hausses, répercutées sur les taux des livrets soumis à l’impôt, ont pour effet d’en dynamiser également la collecte. Fin 2011, l’encours de numéraire et dépôts des ménages s’élève à plus de 1.200 milliards d’euros.

 

Enfin, le passif financier des ménages augmente plus modérément en 2011 : le taux de croissance de leurs crédits bancaires, principalement destinés au financement de leurs acquisitions immobilières, revient à +4,6% après +5,9% en 2010.

 

Le patrimoine économique national en 2011 – Insee Première N°1431 – janvier 2013 (Pdf, 148 Ko)

Léa Mauro, division Synthèse générale des comptes, Insee, Adeline Bachellerie, direction générale des Statistiques, Banque de France.

 

Source : www.insee.fr