M. Guillaume Roehrig, PDG du groupe Coutot-Roehrig

M. Guillaume Roehrig
Guillaume Roehrig

Que représente le groupe Coutot-Roehrig ?

 

Notre entreprise existe depuis 117 ans, elle est fondée en 1895 par Amédée Coutot, reprise par son fils Maurice en 1924. En 1979, mon père Jean-Claude Roehrig lui succède et je reprends les rênes peu à peu pour en devenir le Pr2sident Directeur Général en 2011.

 

Nous sommes aujourd’hui leader européen dans le domaine de la généalogie successorale. Nous traitons 5000 affaires par an pour un chiffre d’affaires de 40 M€ en 2011 soit 36% de parts de marché du secteur.

 

Notre réseau international de correspondants est une force alors qu’une recherche d’héritiers sur trois nous amène à l’étranger. Un autre atout, notre fichier unique d’un milliard de données numérisées pour lequel nous avons investi plus de 10 M€ depuis 2000.

 

Comment votre profession accompagne-t-elle les professionnels de l’immobilier ?

 

Notre mission consiste à rechercher les héritiers des personnes décédées sans héritiers connus. Nous intervenons la plupart du temps à la demande des notaires dans le cadre de successions non réglées.

 

Nous partons de l’acte de décès de quelqu’un et nous remontons dans son arbre généalogique pour retrouver des héritiers vivants. En France, nous pouvons hériter jusqu’au 6ème degré. Il est donc rarissime de ne pas trouver d’héritier à ce niveau. Si toutefois nous ne trouvons personne, c’est l’Etat qui hérite.

 

Nous travaillons également pour le compte de syndics immobiliers dans le cas de décès de copropriétaires et auprès de promoteurs dans le cadre d’achat de foncier.

Concrètement, comment fonctionnez-vous ?

 

Dans notre métier il y a deux profils. Les chercheurs d’une part, chargés de retrouver le ou les héritiers manquants et qui vont sur le terrain, parfois à l’autre bout de la planète. Une fois que l’on nous communique un nom, nous interrogeons notre bas de données, après cela nous nous déplaçons dans les greffes des tribunaux de Grande Instance, dans les mairies, les archives départementales et municipales. En parallèle, des enquêtes sont menées sur le terrain afin d’interroger les voisins, amis, la gardienne d’immeuble, la famille par alliance…

 

Cette recherche peut prendre quelques jours comme plusieurs mois, chaque dossier est différent. Chez nous 95% des affaires sont résolues, mais ce que nous ne maîtrisons pas c’est le délai pour y parvenir.

 

Nous devons retrouver l’intégralité des héritiers car nous sommes responsables pendant dix ans des dévolutions successorales établies par notre société. En clair, si nous avons oublié un héritier, ce dernier a dix ans pour venir nous demander sa part et nous devons le rembourser !

 

Nous faisons aussi appel à des juristes formés aux métiers du notariat qui ont pour mission de représenter les héritiers retrouvés dans la liquidation de la succession. Nous faisons alors l’interface entre l’héritier et le notaire.

 

Quel est l’intérêt de faire appel à vous pour un syndic de copropriété ?

 

Ils sont nombreux ! En cas de décès d’un propriétaire, si ses héritiers sont inconnus, qui va assurer le paiement des charges de copropriété ? Si l’on ne fait pas appel à nous, il va falloir saisir les Domaines, c’est-à-dire l’Etat, et cela peut prendre plusieurs mois avant que les charges ne soient remboursées. Faire appel à un généalogiste permet d’alléger considérablement le processus, en retrouvant les héritiers, nous rendons possible la vente du bien et ainsi le désintéressement de la copropriété.

 

Nous pouvons également établir des origines de propriété, rechercher des propriétaires de biens vacants, effectuer des localisations d’héritiers et même identifier les adresses de personnes dont les courriers reviennent avec la mention « NPAI », non présent à l’adresse indiquée.

 

Tous les syndics et les administrateurs peuvent avoir besoin de nos services d’autant plus qu’ils sont gratuits pour eux. Les honoraires sont prélevés sur la part nette revenant aux héritiers retrouvés telles que prévus par le contrat que celui-ci aura signé avec la société. Si en revanche il s’avère que le passif successoral soit supérieur à l’actif escompté ou qu’il n’y ait pas d’héritiers au degré successible, nous conserverons à notre seule charge tous les frais avancés.

 

Pour la recherche d’adresse d’un locataire ou d’un propriétaire (NPAI), nous établissons un devis.

 

Quels conseils donnez-vous aux professionnels de l’immobilier ?

 

Nous regrettons que notre activité ne soit pas encore connue de tous les professionnels syndics de copropriété et administrateurs de biens. Nous souhaitons les convaincre de faire appel à nous pour la recherche des héritiers d’un copropriétaire, ou même d’un locataire, décédé sans héritiers connus et sans avoir fait de testament. Passer par un généalogiste est un moyen efficace pour réduire les frais de créances impayées et les frais liés à la gestion d’un immeuble en évitant les procédures judiciaires de recouvrements toujours longues et coûteuses…

 

www.coutot-roehrig.com

 

Guillaume Roehrig, généalogiste, Expert près la Cour d’Appel de Paris et juriste de formation, nommé Président Directeur Général en janvier 2011 de la première société européenne de recherche d’héritiers à la suite de son père, Jean-Claude Roehrig.