Aller au contenu

Energie

Linky : des précisions de la CRE sur le coût du service et d’éventuelles dépenses supplémentaires

Linky : des précisions de la CRE sur le coût du service et d’éventuelles dépenses supplémentaires

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) répond aux questions soulevées dernièrement par l’association UFC-Que Choisir sur le compteur Linky. En particulier sur le coût du service et les dépenses supplémentaires pour les consommateurs liées à une puissance souscrite insuffisante.

Dans une lettre d’information publiée lundi 7 octobre, la CRE précise que les consommateurs ne paieront rien lorsque le gestionnaire de réseau changera leur compteur pour le remplacer par un compteur évolué Linky.

En effet, les frais de comptage, aujourd’hui comme demain, sont intégrés à la facture du consommateur dans la partie tarif d’utilisation des réseaux d’électricité. Le coût sera amorti sur la durée de vie des compteurs, c’est-à-dire sur 20 ans. De plus, l’installation des compteurs Linky permettra des économies d’exploitation (suppression de déplacements, réduction des pertes non techniques, …). Il n’y aura donc globalement pas d’impact sur la facture du consommateur.

En ce qui concerne d’éventuelles dépenses supplémentaires pour les consommateurs qui demanderaient une modification de la puissance contractuelle à la suite de la pose d’un compteur Linky, la CRE a demandé, dans sa délibération du 7 juillet 2011, que la prestation de changement de puissance soit réalisée gratuitement par ERDF.

Pour autant, le compteur Linky offre la même souplesse que les compteurs actuels en cas de dépassement de la puissance souscrite : il ne disjoncte pas plus fréquemment.

En revanche, l’expérimentation a montré des situations dans lesquelles le disjoncteur n’était pas réglé à la puissance souscrite. Cela a concerné 2% de sites d’une puissance installée entre 3 kVA et 12 kVA et 11% des sites d’une puissance installée entre 12 kVA et 36 kVA. Contrairement aux compteurs actuels, le compteur Linky intègre un interrupteur. La puissance de coupure sera donc toujours calée à la puissance souscrite contractuellement.

Il sera également possible d’ajuster plus finement la puissance souscrite à la réalité de sa consommation. Aujourd’hui, on ne peut régler son disjoncteur que par palier de puissance de 3 kVA. Le compteur Linky permettra des paliers par pas de 1 kVA.

Source : www.cre.fr

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire