Les projets des tours parisiennes en question

Les projets des tours parisiennes en question
Projet à Clichy-Batignolles

Le groupe d’experts du Conseil Européen de l’Urbanisme (CEU)* émet une alerte sur les projets des tours à Paris : « Les tours en projet sont une menace à long terme pour le développement durable, l’identité locale, et le développement économique. »

 

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Le Conseil Européen de l’Urbanisme (CEU), une ONG internationale dédiée au développement durable urbain, et SOS Paris, association de défense du patrimoine architectural parisien, ont annoncé les conclusions du Livre blanc du CEU sur les tours que la Mairie de Paris envisage de faire construire dans le 13e, 15e, et 17e arrondissements.

 

À l’exception de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, la construction d’immeubles de grande hauteur est interdite à Paris. Après la désapprobation de la part du public de la tour Montparnasse construite en 1973, une loi limitant la hauteur des immeubles a été promulguée en 1977, et a été respectée pendant près de 40 ans. Mais en Juillet 2008, la Mairie de Paris a autorisé la construction de six tours, dont les trois projets déjà très avancés, ont fait l’objet de l’étude du CEU.

 

Le Livre blanc du CEU, rédigé par son équipe d’experts, met en avant les conclusions suivantes :

• L’argument de la Mairie de Paris selon lequel des nouveaux bâtiments de grande hauteur sont nécessaires pour réaliser un nombre suffisant de logements, n’est pas fondé. Notamment, le CEU n’a trouvé aucune preuve que de tels immeubles ajouteraient un plus grand nombre de logements que celui qui pourrait être obtenu par des immeubles parisiens traditionnels.

• Les arguments portant sur le développement économique peuvent paraître valables dans le court terme, mais ils sont contrebalancés par les dommages causés, à long terme, à l’attractivité économique de la ville.

• L’argument selon lequel les tours sont compatibles avec le développement durable n’est pas fondé, puisqu’il est basé sur une approche expérimentale du développement durable. Aussi, les preuves quant au caractère durable de ces tours, à plus grande échelle, sont faibles.

• Les tours vont créer une altération flagrante à l’horizon, qui aura des conséquences sur la valeur économique de l’industrie du tourisme culturel de la ville.

• Ces immeubles de grande hauteur seraient en violation de l’article 6 de la Charte de Venise qui prévoit la protection des monuments tels que le centre historique de Paris.

• Les projets proposés suivent un « CIAM moderniste », modèle de structure urbaine en contraste frappant avec la structure élaborée à l’échelle humaine du centre traditionnel de Paris. Les affirmations selon lesquelles cette nouvelle structure est plus « authentique » dans une « ère moderne » sont sans fondement.

 

Enfin, le Livre blanc demande d’urgence qu’un organisme international de conservation comme l’UNESCO, l’ICOMOS, ou le World Monuments Fund commande une étude approfondie des conséquences prévisibles sur le plan social, économique et environnemental de tours en projet à Paris.

 

Le Livre blanc du CEU résulte de sa mission d’information et de ses rencontres avec l’association SOS Paris en Octobre, 2011. Le groupe d’experts du CEU, accompagné de SOS Paris, avait alors visité les sites d’implantation des tours à Clichy-Batignolles dans le 17ème arrondissement, et à Paris Rive Gauche dans le 13ème arrondissement, avant la tenue d’une réunion commune.

 

« La Mairie de Paris, pour soutenir ses projets de tours, avance un certain nombre d’arguments qui évoquent le développement durable et le développement économique. Nous sommes ravis que le CEU les ait examinés attentivement. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous tromper à tel point, cela laisserait les générations futures bien démunies à plus d’un titre. Et ce ne serait certainement pas une stratégie durable », a déclaré Jan Wyers, secrétaire général de SOS Paris.

 

La contestation des projets de tours à Paris rejoint l’opposition de citoyens à des projets similaires ailleurs en Europe : la remise en question du projet de la tour Gazprom de 100 étages dans la partie historique de Saint-Pétersbourg, a obligé son déplacement en dehors du centre-ville. La controverse a entouré, également, la tour « Shard » de 72 étages, à Londres.

 

Pour télécharger le Livre Blanc du CEU

 

*Le Conseil européen de l’Urbanisme (CEU) est un réseau comprenant des chercheurs universitaires, des architectes professionnels, des urbanistes, des responsables gouvernementaux, des citoyens concernés et d’autres, et se consacre à l’équilibre des générations actuelles et futures par la promotion de villes à visage humaine, de communes, de villages et de zones rurales en Europe.

 

Sources : www.ceunet.org et http://sosparis.free.fr

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)