Immobilier dans les métropoles de province : 20 ans d’évolution des prix

Immobilier dans les métropoles de province : 20 ans d’évolution des prix
www.notaires.fr

A partir des données issues de la base de données immobilières des notaires, une étude analyse l’évolution des prix des appartements et des maisons sur le marché de l’ancien enregistrés ces 20 dernières années dans les 17 métropoles de province.

D’après l’indice Notaires-Insee, sur la France entière, les prix des logements anciens ont augmenté modérément de 1,5% entre 2015 et 2016. Dans le collectif, une hausse annuelle des prix est constatée dans les métropoles de Nantes (+2%) et Bordeaux (+6%) alors que dans les métropoles d’Orléans, de Tours, de Rouen, de Montpellier et de Lille, les prix baissent entre 2% et 3%.

Les métropoles du tracé de la LGV Ouest

Pour développer l’accessibilité du Grand Ouest, deux infrastructures ont vu le jour en 2017 (Projet Atlantique 2017) :

  • LGV BPL traverse la Sarthe, la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine, en desservant Le Mans, Sablé-sur-Sarthe et Rennes ;
  • LGV SEA passe par les régions Centre Val-de-Loire et Nouvelle Aquitaine, et dessert des gares de centre-ville comme Tours, Poitiers, Angoulême ou Bordeaux.

Grâce à ces nouvelles lignes, le Grand Ouest bénéficie de temps de trajet réduits. Il devient encore plus accessible, et se rapproche des grands centres économiques français et européens (Paris, Bruxelles, Londres, etc.).

La métropole de Bordeaux

Les marchés des appartements et des maisons suivent la même tendance en 2016 (+6% sur an). En appartements, c’est la 2ème métropole la plus onéreuse derrière celle de Nice. En maisons, elle occupe la 3ème place du classement derrière les métropoles de Montpellier et Nice. Comparé à 1997, le niveau des prix a plus que triplé. Elle occupait alors la 14ème place en appartements et la 12ème en maisons.

La métropole de Rennes

Les évolutions enregistrées sont moins homogènes sur les deux marchés depuis 1998. Par exemple, les prix des appartements en 2015 sont stables sur un an alors que ceux des maisons chutent de 8%. En 2016, les prix restent stables en appartements mais sont en hausse de 2% en maisons.

L’évolution des prix entre 1997 et 2016 est très variable d’une métropole à l’autre

Tant sur le collectif que sur l’individuel, les métropoles d’Orléans, Dijon, Brest et Nancy enregistrent les hausses de prix les plus modérées, entre 80% et 100%. À Bordeaux, les évolutions de prix sont remarquables, atteignant jusqu’à 250% en maisons. C’est la seule métropole qui voit ses prix tripler sur les deux marchés.

Rennes rejoint le groupe des métropoles dont les prix des maisons ont le moins progressé, autour de 80%. Lyon et Toulouse, le groupe des métropoles où les prix des appartements ont le plus augmenté, autour de 200%.

Source : www.notaires.fr