Immobilier : 3 questions à Roland Tripard sur le marché du neuf et de l’ancien

Immobilier : 3 questions à Roland Tripard sur le marché du neuf et de l’ancien

A J-1 du coup d’envoi du salon national de l’immobilier, Roland Tripard, Président du directoire du groupe SeLoger.com fait état, en 3 questions, du marché du neuf et de l’ancien.

Certains réseaux immobiliers intervenant spécifiquement sur le marché de l’ancien font état d’un frémissement du marché depuis février. Quelle est votre analyse du marché en termes de demande ?

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Si l’on se base sur l’audience croissante de notre site, aujourd’hui supérieure à 20 millions de visites chaque mois depuis janvier, ajoutée à l’augmentation du nombre de nos abonnés (75 millions d’alertes, dont 20 millions via notre application mobile), nous pouvons confirmer le fort intérêt des particuliers pour l’immobilier, leur appétence à devenir propriétaire, qui se traduit par une recherche de biens. Ceci étant, de la recherche à l’acte d’achat, le pas reste à franchir. Et concrètement, si l’on compare les deux premiers mois de l’année à ceux de 2012, le nombre de compromis signés chute de 6%. Autant dire que je ne partage pas pour le moment ce brin d’optimisme.

Au niveau des prix, la hausse semble globalement enrayée. La stabilité s’installe. Des baisses commencent même à poindre. Quelle évolution des prix percevez-vous pour les mois à venir ?

D’après notre baromètre du mois de mars 2013, l’indice national est stable. Avec toutefois de fortes disparités selon les villes. Si certaines métropoles comme Lyon, Bordeaux ou Lille affichent une légère hausse, d’autres comme Paris, enregistrent une baisse de 0,5% sur 3 mois et 1% sur un an. En Ile-de-France, dans les Hauts-de-Seine, par exemple, la baisse est sur un an de 3,6%, en Seine-et-Marne de 2,9%, de 1,5% en Val-de-Marne.

Les vendeurs vont commencer à réviser leurs prix mais il n’y aura pas, me semble-t-il, une baisse très forte du marché car la demande structurelle est là. Le dynamisme démographique induit des déménagements pour des logements plus grands, l’augmentation des divorces  multiplie le besoin en logements et implique des mutations professionnelles.

Ceci dit, dans un environnement où en dix ans, les prix ont vertigineusement augmenté et où le loyer de l’argent a longtemps caché l’ajustement des prix à la baisse, il me semble que nous arrivons à un moment de vérité avec comme seule variable d’ajustement, la baisse des prix. Une baisse que nous prévoyons lente, de 5 à 10% cette année, mais qui pourrait durer.

Dans ce marché qui se cherche, comment aidez-vous  vendeurs et acquéreurs mais aussi professionnels à s’y retrouver ?

Nous mettons à la disposition des internautes vendeurs et acheteurs, sur notre site lacoteimmo.com, un indice des prix immobilier fiable, calculé uniquement sur la base des transactions financières. En direction des professionnels, dont 24.000 sur 30.000 agences nous font confiance, nous nous efforçons de les aider à passer au mieux le creux de la vague. Cela passe par une meilleure lisibilité des annonces au montage d’ateliers dédiés aux professionnels régionaux.

Source : www.seloger.com

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)