Détention de logements par les institutionnels : faits avérés et contrevérités

Détention de logements par les institutionnels : faits avérés et contrevérités
www.ieif.fr

 

Charles-Henri de Marignan, Analyste Senior à l’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière (IEIF) vient de réaliser une étude complète sur la détention de logements par les institutionnels.

Fissure immeuble – Acces BTP – 728×150

 

Le logement demeure sans conteste le principal sujet de préoccupation des citoyens. Conscient de cela, le Gouvernement tente d’inciter les institutionnels, qui avaient fui cet actif jugé peu rentable et couteux en gestion (entre 1985 et 2009, 1,2 million de logements ont été cédés par les personnes morales), à revenir sur cet actif.

 

L’étude que publie l’IEIF fait un état des lieux qui présente le poids du logement dans les actifs détenus par ces mêmes institutionnels (SCPI, SIIC, OPCI, Compagnies d’Assurance). L’étude aborde la question des performances réellement obtenues dans le logement en comparaison avec les autres classes d’actifs immobiliers. Elle s’intéresse aux incitations juridiques et fiscales et à la prise de conscience des professionnels eux-mêmes de l’intérêt à revenir sur le logement.

 

Il est intéressant de noter qu’en valeur, le résidentiel représente 14,5 milliards d’euros pour les compagnies d’assurances, de l’ordre de 7,5 milliards pour les SIIC, de 3,2 milliards pour les SCPI et environ 1,4 milliard pour les OPCI soit en tout près de 27 milliards d’euros, correspondant à 15% du total de l’immobilier détenu par les investisseurs institutionnels.

 

Cette étude a permis de dégager un certain nombre de contrevérités :« S’il est vrai que les institutionnels ont cédé une part importante de leurs actifs immobiliers, il apparaît que le résidentiel n’a pas été plus arbitré que l’immobilier d’entreprise, du moins par les compagnies d’assurance. Le pourcentage de détention d’immobilier par les compagnies d’assurance-vie en valeur de bilan est de 2,8% en 2011 », indique Charles-Henri de Marignan, Analyste Senior à l’IEIF.

 

Par ailleurs, on constate que les performances globales dans le résidentiel sont comparables à celles des autres classes d’actifs immobiliers même si le rendement obtenu par le résidentiel est faible. Ainsi en 2011, les performances sont les suivantes : 11,7% pour le résidentiel, 7,2% pour les bureaux, 9,5% pour les commerces et 6,2% pour les activités logistiques, industrielles.

 

Une comparaison internationale est édifiante : contrairement à des idées reçues, la détention d’actifs résidentiels par les institutionnels est tout aussi importante en France que dans certains pays où ces derniers sont réputés en détenir une part très importante dans leur parc, l’Allemagne en tête.

 

Actifs institutionnels en résidentiel en Europe :

 

  • France : 15%
  • Allemagne : 15%
  • Pays-Bas : 23%
  • Suisse : 29%
  • Suède : 5%
  • UK : 4%
  • Espagne : 0,3%
  • Italie : 0,1%

 

 

Source : www.ieif.fr

 

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)