Consommation pour le logement en France : +14 % par rapport à la moyenne européenne

Consommation pour le logement en France : +14 % par rapport à la moyenne européenne

 

En 2009, en France, la consommation effective des ménages par habitant en volume est supérieure de 13 % à la moyenne des 27 pays de l’Union européenne malgré un niveau de prix des biens et services consommés supérieur de 14 % notamment en raison de prix élevés pour les dépenses de logement.

 

La position relative de la France en Europe est bonne : la consommation effective par habitant après ajustement des parités de pouvoir d’achat (PPA) y est supérieure de 13 % à la moyenne des 27 pays de l’Union européenne en 2009. Cet indicateur varie sur une échelle de un à trois et demi (de 45 % de la moyenne européenne pour la Roumanie à 152 % pour le Luxembourg).

 

Si l’on s’était fondé sur un indicateur de comparaison internationale plus couramment utilisé, le produit intérieur brut (PIB) par habitant, après ajustement des parités de pouvoir d’achat, la France se serait située au 11e rang de l’Union européenne, à un niveau supérieur de 8 % à la moyenne des 27 pays de l’Union.

 

Volume de la consommation effective des ménages par habitant*, par catégories de produits en 2009

en % de la moyenne de l’UE 27

Catégories de produits

Allemagne

Espagne

France

Italie

Royaume-Uni

Consommation effective des ménages

116

96

113

101

125

Alimentation et boissons non alcoolisées

93

110

118

118

84

Boissons alcoolisées et tabac

108

106

93

80

87

Vêtements et chaussures

112

100

95

151

144

Logement, eau, énergie et travaux domestiques

115

79

114

103

119

Meubles et équipements de la maison

137

77

114

128

108

Santé

120

100

119

95

115

Transport

122

88

131

114

133

Communication

137

80

104

97

101

Loisirs et culture

115

96

120

77

144

Éducation

98

90

110

88

102

Restaurants et hôtels

80

205

74

122

157

Biens et services divers

119

85

119

72

152

 

Source : Eurostat

 

 

La consommation relative au logement, à l’eau, à l’énergie et aux travaux domestiques des Français est supérieure de 14 % à la moyenne européenne, il en est de même pour la consommation en meubles et équipements de la maison.

 

La consommation effective des ménages comprend également les dépenses prises en charge par les administrations publiques, notamment en matière d’éducation, de santé, ou de logement. Ces dépenses en volume varient dans un rapport de un à trois et demi entre la Bulgarie et le Danemark. Leur niveau en Allemagne est proche de la moyenne européenne, alors que celui de la France lui est supérieur de plus de 25 %. Les administrations publiques françaises (État, collectivités territoriales, organismes de sécurité sociale) prennent en charge 88 % de la consommation des ménages en éducation, 77 % de leur consommation de santé et même 15 % de leur consommation de loisirs et culture, contre respectivement 74 %, 68 % et 7 % en Allemagne.

 

Les niveaux de prix diffèrent entre pays de l’Union européenne, bien que ces pays appartiennent à une même union économique. En France, en 2009, les prix sont supérieurs de 14 % à la moyenne européenne. Les différences de prix entre pays sont plus importantes pour les services que pour les biens.

 

Ainsi, en 2009, les prix des services en France étaient supérieurs de 22 % à la moyenne européenne, alors que l’écart n’était que de 5 % pour les biens de consommation. En particulier, les niveaux de prix des dépenses liées au logement en France équivalent à 127 % de la moyenne européenne, contre 110 % en Allemagne, 104 % en Italie et 103 % en Espagne. Cela est dû à la relative cherté des loyers et des services de rénovation du logement en France par rapport aux autres pays de l’Union européenne.

 

Les écarts de prix se resserrent entre pays européens mais des différences importantes subsistent, notamment dans les services qui ne sont pas des produits échangeables et donc beaucoup moins sujets à la concurrence que les biens.

 

Source : www.insee.fr

« Consommation : la France dans le haut du tableau européen »

Fabrice Romans, division Synthèses des biens et services

Insee Première n°1347 – Mai 2011