Century 21 : les chiffres-clés du marché immobilier en 2011

Century 21 : les chiffres-clés du marché immobilier en 2011
www.century21.fr

Sur un an, le prix moyen au m² progresse de 6% en France, tiré vers le haut principalement par le marché des appartements. Cette augmentation annuelle résulte essentiellement de la hausse enregistrée au premier semestre, et masque le recul des prix (-2,2%) constaté entre le premier et le second semestre 2011.

 

Fissure immeuble – Acces BTP – 728×150

Sur l’année, le nombre de transactions enregistre une baisse de -6,9% (-9,2% pour le marché des maisons et -5% pour le marché des appartements). En Ile-de-France, la contraction de l’activité est encore plus prégnante (-12,9%). Le pouvoir d’achat des Français n’a évidemment pas évolué au rythme des prix immobiliers, et cette déconnexion a fortement pesé sur l’activité.

 

Signes de correction du marché, les délais de vente s’allongent entre le premier et le second semestre 2011 (+4 jours en Ile-de-France, et, fait exceptionnel, +10 jours à Paris !) et les marges de négociation augmentent, elles aussi, sensiblement.

 

Malgré la baisse des prix observée en seconde partie d’année, le prix moyen au m² atteint en 2011 un record historique. Ainsi, par rapport au plus haut constaté avant la crise (2.549€ au 1er semestre 2008), les prix immobiliers ont encore augmenté de 5,5% et s’établissent désormais à 2.690€ France entière. Cette progression moyenne cache de fortes disparités géographiques. Sur un an, la Capitale voit ses prix s’envoler de 12,6%, tandis que l’Ile-de-France connaît une augmentation de 8,3%.

 

Ces chiffres dissimulent toutefois le net ralentissement de la hausse des prix, constaté au second semestre 2011. Tandis que les prix parisiens n’enregistrent qu’une très légère progression entre le premier et le second semestre 2011 (+1,2%), les prix en Ile-de-France reculent, eux, de 0,3%.

 

Dans l’ensemble, entre 2010 et 2011, le prix moyen d’un logement aura augmenté de 10.000 euros et se situe désormais à 205.177 euros (contre 195.649 euros en 2010). Dans la Capitale où cette évolution est exacerbée, le prix moyen d’une acquisition est passé de 346.686€ à 387.687€ en un an, soit 41.000€ de plus que doivent financer les acquéreurs.

 

Les catégories les plus modestes voient leur proportion, parmi les acquéreurs, baisser de 4,7% sur un an. Le retrait des catégories les plus modestes est encore plus visible à Paris (-10,8%) ainsi qu’en Ile-de-France (-6%) sur un an. France entière, ce sont les cadres moyens qui paient le plus lourd tribu : leur part parmi les acquéreurs chute de 6,7% sur l’année (-17,6% à Paris). Confirmant le fait que le marché est essentiellement porté par les secundo-accédants, la part des moins de 40 ans s’étiole (-15,8% France entière) quand les retraités, eux, voient leur représentativité augmenter de près de 20% sur un an.

 

Ceux qui, parmi les ménages, peuvent encore acheter, à la limite de leur solvabilité, sont contraints de faire des concessions en termes de surface : la superficie moyenne d’une acquisition baisse ainsi de -4m² entre le premier et le second semestres 2011.

 

La part des acquisitions réalisées au titre d’investissements locatifs s’envole de 26% France entière, entre le premier et le second semestre 2011, et représente une transaction sur cinq en seconde partie d’année, confirmant ainsi que les Français considèrent l’immobilier comme une valeur refuge par excellence.

 

Selon le réseau d’agences immobilières CENTURY 21, la situation économique et politique actuelle laisse à penser qu’ « en 2012 le marché immobilier va connaître un net ralentissement de son activité, dès le premier semestre, et devrait accuser une baisse du nombre de transactions de 10 à15% sur l’année. »

 

Les intentions de mises en vente seront moins nombreuses, et nombre de ménages reporteront leur projet, notamment s’il s’agit d’une mise en vente de confort. La demande sera cependant soutenue par ceux qui peuvent encore acheter, et il est à craindre que cette pénurie de l’offre contribue à provoquer de nouvelles tensions sur les prix aboutissant à une hausse de 2 à 3% sur l’année 2012. Dans la lignée des années précédentes, cette hausse ne sera pas homogène et il faut s’attendre à des corrections en termes de prix et de volumes d’activité très différentes d’une région à l’autre.

 

1er réseau d’agences immobilières dans le monde, CENTURY 21 fédère en France plus de 900 agences et cabinets, et regroupe 5.500 personnes qui interviennent sur les métiers de la transaction (immobilier résidentiel neuf et ancien, entreprise et commerce), de la gestion locative et de la gestion de copropriétés sur l’ensemble du territoire français.

 

Source : www.century21.fr

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)